News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau

Veille de course !

8 août 2016
Dans le cadre d’une compétition sportive importante, le jour qui précède le départ est crucial. Il conditionne l’approche mentale et l’état d’esprit dans lequel le sportif se trouvera sur la ligne de départ. Avec la pression qui repose sur nos épaules, la préparation mentale et peut-être au moins aussi importante que l’entraînement à proprement parler.

A la veille du début des régates, les athlètes de l’Equipe de France Olympique ont certainement tous la fameuse boule au ventre. Elle est essentielle car elle permet d’éviter toute distraction, et aide à entrer dans sa bulle. Cela fait quatre ans qu’ils se préparent pour être au sommet de leur forme, et physiquement il ne fait aucun doute qu’ils le sont. C’est la compétition de leur vie, celle qui les motive depuis toujours et leur donne l’énergie de se lever chaque matin pour aller s’entraîner ! La seule défaillance possible à ce stade est d’ordre mental, la concentration est primordiale avant d’aborder une telle compétition.

Veille de course !


J’ai tendance à comparer les Jeux Olympiques pour les athlètes, au Vendée Globe pour moi. Les deux compétitions arrivent tous les quatre ans, et elles sont les plus prestigieuses, mais aussi les plus difficiles. Personnellement, avant de passer près de 80 jours seul autour du monde, je travaille de nombreux mois à l’avance ma concentration avec une préparation mentale spécifique. Bien souvent, la semaine avant le départ, mes proches me disent que je suis déjà parti tellement je suis dans ma bulle. Il est important pour moi d’imaginer, d’anticiper, de visualiser toutes les situations susceptibles d’arriver quand je serai en mer. Si l’on adapte cela à la voile olympique, c’est sensiblement la même chose, si ce n’est que l’effort est plus court, tout en étant plus intense et fractionné.

La veille du départ, il est donc nécessaire de se recentrer, parfois de s’isoler, pour se couper de toute distraction : il faut déjà être en « mode course ». Quand la pression monte il ne faut pas chercher à la fuir mais à la dompter, à en tirer une détermination et une adrénaline qui feront que le sportif sera à 200% au moment du départ.

Finalement, chaque sportif a son propre rituel avant de démarrer une compétition, mais tous ces rituels visent le même objectif : la concentration et le conditionnement mental. Les athlètes français ont déjà beaucoup d’expérience des compétitions internationales, et je ne doute pas un seul instant qu’ils sont prêts. Il ne me reste donc plus qu’une chose à dire… Allez les Bleus !

Armel

À découvrir également