News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau

Association Initiatives Grand Largue

Le « Coup de Cœur #PassionVoile », c'est quoi ? Chaque mois, la Banque de la Voile met à l'honneur une belle initiative en lien avec l'univers maritime. Elle vous fait découvrir des associations, des événements, des faits marquants ou des personnalités, en allant à la rencontre de celles et ceux qui partagent leur passion du grand large.

L’été est l’occasion de découvrir les joies que procurent la voile, c’est pourquoi l’association Initiatives Grand Largue organise des week-ends de découverte pour des jeunes de 13 à 18 ans, venant de centres d’éducation spécialisée. L’objectif est de sortir ces adolescents en difficulté de leur quotidien, en leur proposant de vivre une expérience nouvelle, le temps d’un court séjour. Les activités nautiques et divers jeux en groupe favorisent les échanges et améliorent leur vie sociale. Rencontre avec le Vice-président de l’association, Monsieur Christian Dulac.

Initiatives Grand Largue



Pouvez-vous nous présenter votre association en quelques mots ?

L’association est née de la volonté d’un éducateur, Monsieur Roger LeBohec, qui travaillait dans un centre d’éducation spécialisée à Nantes. Il a eu l’idée de faire des sorties le week-end avec les jeunes de son établissement. Etant moniteur de voile, il a décidé de faire des séjours dédiés aux jeunes. Les week-ends ont rencontré un vif succès et en 1989 il ouvre l’association Initiatives Grand Largue en 1989.

L’idée est de faire vivre une expérience aux jeunes qui n’ont jamais eu l’opportunité de sortir en mer grâce à la générosité de propriétaires de voiliers qui mettent à disposition
gratuitement leur bateau, le temps d’un week-end.


Dans combien de villes réalisez-vous vos week-ends ?

Nous organisons aujourd’hui 10 week-ends par an et à chaque fois nous partons d’un port différent. Nous partons des Sables d’Olonne pour remonter vers le Nord : La Rochelle, Pornic, Crouesty, La Trinité-sur-Mer, Lorient, Sainte- Marine, Brest, Calais…

A chaque fois, nous devons trouver entre 15 et 20 bateaux pour accueillir une cinquantaine de personnes. Des équipages sont créés de 2 à 3 jeunes, accompagnés systématiquement de leur éducateur. 

Cela donne une belle flottille, à laquelle nous essayons d’associer des bateaux mythiques tels que les Pen Duick, le Saint-Michel II qui est la réplique d’un bateau de Jules Verne ou encore le Martroger qui nous accompagne également.


Combien de jeunes avez-vous accueilli ?

Depuis la création de notre association, c’est plus de 4 000 ! Tous les ans, près de 400 jeunes découvrent la voile avec nous.Ils sont issus de plusieurs établissements et sont encadrés par des éducateurs. Ils n’ont pas eu de chance dans la vie et sont, pour la plupart, séparés de leur famille, « cabossés » voire maltraité. Nous essayons de donner un souffle nouveau en leur faisant vivre de belles choses.La plupart d’entre eux apprennent aussi ce qu’est le bénévolat et l’investissement humain déployé dans ce type d’engagement.

Nous avons également un rôle pédagogique vis-à-vis de la mise en contact avec des métiers dont ils ont une mauvaise image, comme ceux des services de l’ordre. Nous organisons alors des rencontres avec la Gendarmerie Maritime, qui leur fait passer des messages de prévention en leur montrant son métier. En général, ils repartent avec un autre visage du gendarme. Il y a également la SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer) qui nous accompagne. On insiste sur le fait que dans la vie, il faut savoir s’occuper des siens mais aussi des autres. 


Comment les jeunes vivent-ils cette expérience ?

Quand ils ressortent de cette expérience, certains jeunes ont le pied marin et ont envie de travailler dans le monde maritime. On se rend compte qu’il y a deux niveaux d’expériences pendant et après le week-end. Au début du séjour, les participants peuvent être réticents et dès le premier contact avec le monde marin, ils en sortent changés. Le dimanche soir, quand ils doivent retourner dans leurs établissements, c’est toujours un peu déchirant de les voir partir à reculons.

Certains me disent « Tu as peut-être besoin de quelqu’un cet été pour t’aider à naviguer avec ton bateau ! » Là on voit le bénéfice de ce week-end.

Ceux qui viennent, sont ceux qui ont entendu parler de nos sorties par le bouche à oreille, c’est très gratifiant pour nous.
Les jeunes qui viennent ne sont pas seulement de la façade Atlantique, ils viennent de partout en France.


Comment s’organise le week-end ?

En général ils sont bien préparés à l’avance pour nos opérations. Nous organisons leur week-end, en leur adressant des vidéos de nos sorties  précédentes, afin que les éducateurs puissent leur montrer ce qu’ils vont vivre. Notamment leur préparation vestimentaire et alimentaire, car ils vont devoir se nourrir eux-mêmes pendant le week-end, excepté pendant la fête du samedi soir ! 

Nous les accueillons le vendredi dans la soirée avec un briefing pour leur présenter le programme du séjour. Les skippers les accueillent sur leur bateau, et partagent un premier repas  à bord, afin qu’ils puissent faire connaissance.

Pendant la navigation, les « matelots » peuvent barrer le bateau, faire des virements de bord ou encore s’essayer à la pêche… On leur propose également des jeux autour de la voile comme des concours de nœuds marins, des poèmes autour de la mer… Le samedi soir, nous organisons un dîner avec une soirée animée de type karaoké.

Après la soirée les jeunes, reviennent à bord pour dormir une deuxième nuit sur le bateau. En général ils dorment mal, car ça bouge (même dans un port), cette expérience est prise de bon cœur car on leur explique que c’est le quotidien de tout marin. La vie à bord, c’est toute une organisation, que ce soit, la vaisselle, le rangement, c’est vivre pendant 48 heures dans une petite cellule familiale. D’ailleurs, nous essayons de leur faire oublier leur portable, je leur dis souvent « sur un bateau il faut savoir écouter le silence ! ».
 

Comment bénéficiez-vous de moyens matériels : voiliers, équipements  etc. ?

Ce sont des bénévoles qui nous prêtent leurs bateaux et les skippers sont également volontaires. 

Nous avons entre 200 et 250 bateaux à disposition pour autant de bénévoles. A chaque sortie, nous avons une équipe qui s’occupe des repas du samedi soir et on réunit entre 100 à 140 personnes, selon les week-ends. L’équipe à terre est tout aussi importante, elle représente une quinzaine de bénévoles mobilisés. 


Jacqueline Tabarly est la marraine de votre association, avez-vous déjà emmené des jeunes à bord d’un Pen Duick ?

Très souvent et ce grâce à l’aide de Jacqueline Tabarly et de l’Association Eric Tabarly, nos jeunes ont eu la chance de visiter des Pen Duick, notamment les II, III,V et VI. Les skippers de ces bateaux sont d’ailleurs toujours très heureux de les accueillir et prennent beaucoup de plaisir à parler d’Eric Tabarly et de son investissement dans le monde de la voile.  


Par quels moyens, recevez-vous des fonds ?

Le week-end coûte 30€ par personne. Nous essayons également de trouver du financement de sponsors, nous recevons des dons, et des assurances nous aident et nous permettent de répondre à tous nos besoins. Par ailleurs, la Fondation d’Entreprise Banque Populaire Atlantique nous a accordé une subvention, pour notre projet de navigation avec des mineurs en situation de projection administrative ou judiciaire, le 25 janvier 2017.

Quels sont vos prochains objectifs ?

C’est de continuer à pouvoir organiser tous ces week-ends. C’est un travail au quotidien qui demande beaucoup d’organisation, entre les mairies et les ports, pour concrétiser nos sorties de mi-avril à mi-juin. 

Pour plus d’informations sur l’association rendez-vous sur leur site internet :  http://www.grandlargue.org/html/menu_pages/menu_association.html

 

Photos