News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau

Le directeur de course du Vendée Globe

Le « Coup de Cœur #PassionVoile », c'est quoi ? Chaque mois, la Banque de La Voile met à l'honneur une belle initiative en lien avec l'univers maritime. Elle vous fait découvrir des associations, des événements, des faits marquants ou des personnalités, en allant à la rencontre de celles et ceux qui partagent leur passion du grand large.

Ce mois-ci, La Banque de la Voile plonge en immersion au sein de l’organisation du Vendée Globe et vous présente une personne essentielle au bon fonctionnement de cette course mythique : Jacques Caraës, le directeur de course.

Easy Ride / BPCE Qu'est-ce qu’un directeur de course ? 
 Un directeur de course doit avoir un regard transversal sur toute la partie maritime, la mise en place du départ sur l’eau, organiser les briefings avec les autorités locales de la ville départ et arrivée,  garantir la sécurité du parcours sur l’eau et enfin organiser le bon déroulement du départ avec la Fédération Française de Voile. Ensuite la direction de course est en charge du suivi de course. Elle  reçoit la position des bateaux toutes les 30 minutes afin de surveiller 24h/24 leurs traces et leurs vitesses. Dès que l’on se rend compte qu’une vitesse ou une direction n’est pas conforme à la météo  du moment, on contacte immédiatement le Team du skipper pour analyser avec lui le problème. Si ce dernier n’a pas plus d’infos, on appelle immédiatement le bateau, sans réponse de sa part la  situation peut devenir inquiétante. On prend alors la décision de, soit dérouter un concurrent, soit déclencher les MRCC (Maritime Rescue Coordination Center) à l’étranger ou les CROSS (Centre  Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage) en France.

 Quelle est la procédure en cas d’urgence ?
 Il y a 3 niveaux d’alertes : jaune, orange, rouge. A partir de la « orange », on déclenche une cellule de crise. Si c’est une balise du bateau qui se déclenche, le MRCC est immédiatement au courant et  prévient ainsi la direction de course qui prévient à son tour le team manager. On réunit alors la 1ere cellule crise, on analyse la situation et les solutions puis on prévient les équipes de communication  du bateau.

 Est-ce qu’il faut avoir été  ou être naviguant pour être directeur de course ? *
 A mon sens c’est indispensable, un directeur de course qui n’a pas navigué ne peut pas parler le même langage, notre relation est très axée sur les coureurs et leur team manager. C’est un dialogue  de marin avant toute chose et non de communicant. J’ai une bonne relation avec les concurrents, c’est un atout pour être proche d’eux. Je n’hésite pas à les appeler quand j’ai un doute ou que je dois  prendre une décision importante. Ceux sont eux les acteurs donc c’est bien de les consulter. Je suis assez ouvert à la discussion à partir du moment où cela va dans le sens du collectif.

Qu’est-ce que vous pensez d’Armel Le Cléac’h ?
Armel fait partie des skippers avec qui j’aime converser, il n’est jamais « perso », à chaque fois il donnera une réponse pour le collectif et non pour son cas personnel. Il a beaucoup de calme et de sérénité dans ses réponses, c’est une grande qualité. Je n’ai pas peur de le questionner aussi bien sur mes certitudes que sur mes doutes. On peut aborder des problèmes pour l’avenir avec Armel c’est très intéressant. Il a une vraie franchise, une incroyable détermination et il est très humble, c’est quelqu’un d’apaisant qui favorise la discussion. Il peut ne pas être d’accord mais on trouve toujours une solution et ça c’est très appréciable.

*Jacques Caraes : Directeur et organisateur de course

Monocoque
Directeur de course du Vendée Globe 2016-2017
Transat New York / Vendée 2016
Transat St Barth / Port la Forêt
Barcelona World Race 2014-2015
Défi Azimut
Warm-Up course de l’Europe
B to B

Multicoque
Krys Ocean Race New-York – Brest

Figaro
6 Solitaire du Figaro
Cap Istanbul

Photos