News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau

Une première partie de course idéale !

Retour aux news
Après une semaine de course, il est l’heure de faire le premier bilan pour Armel Le Cléac’h et le Mono Banque Populaire VIII. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le skipper de la Banque de la Voile pouvait difficilement faire mieux ! Il n’a pas cédé le leadership depuis maintenant plus de 4 jours et possède 55 milles d’avance sur Vincent Riou (PRB). Début de course idéal donc mais à moins de 1 200 milles de l’arrivée, la course est loin d’être jouée, nul ne peut pronostiquer le nom du vainqueur de The Transat bakerly.
Une première partie de course idéale !

Marcel Van Triest, routeur du Team Banque Populaire, porte un regard extérieur sur la course, (rappelons qu’en IMOCA le routage est interdit) : « Armel a très bien géré son début de transat, cela était même surprenant de le voir exactement à l’endroit que nous avions vu ensemble sur les routages avant le départ. Il n’a fait aucune erreur mais ses concurrents non plus… Maintenant son destin est entre ses mains».

Après l’avis d’expert de Marcel, Armel nous livre sa vision de l’intérieur :

« Depuis le début de la course, nous avons des phases de transitions très courtes, on a peu de moments de répits. C’est très répétitif, on enchaîne entre les manœuvres, les changements de voiles, le matossage. A chaque virement, je dois déplacer plus de 600 kilos de l’autre côté du bateau, … c’est fatiguant pour l’organisme mais je parviens à bien récupérer quand j’en ai l’occasion », explique Armel.

« Cette transat est intéressante car je prends mes repères en solitaire, c’est de bon augure pour le Vendée Globe à la fin de l’année. Le bateau va super bien mais j’ai quand même noté quelques ajustements à apporter mais c’est de l’ordre du détail, rien à voir avec les modifications suite à la Transat Jacques Vabre. »


Et comment s’annonce le reste de la course : « La suite est encore très indécise, on est sous l’influence canadienne et les systèmes météo changent rapidement. Pour l’instant je me vois arriver dans la nuit du 13 au 14 mai à New-York », conclut Armel.

 

Crédit photos : Y.Zedda/BPCE 

À découvrir également

Récit d’une Route du Rhum entrée dans l’histoire

L’histoire de la victoire de Loïck Peyron et de Banque Populaire VII dans la Route du Rhum 2014...

En savoir plus
Une Ecole Française de Voile « phare » en Bretagne Sud

Découvrez le Yacht Club de Carnac...

En savoir plus
Météo marine : de la dorsale au thalweg*, les mots pour le dire !

Météo marine : de la dorsale au thalweg*, les mots pour le dire !

En savoir plus
Toutes les passions