News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau

Vent mollissant, transition difficile….

Retour aux news
Cette nuit, Armel a dû, une fois de plus, s’armer de patience dans des conditions exténuantes pour négocier au mieux cette dernière transition avant de parer vers Ambrose light dans les prochaines 24 heures. Même si la victoire n’est plus qu’à quelques milles, le skipper préfère rester concentré, le match n’est pas terminé. Joint ce midi par son équipe, il nous raconte sa dernière nuit de navigation.

Nuit agitée et banc de requins à perte de vue
« Hier soir, j’ai traversé une zone sans vent, ça n’était pas forcément prévu sur les fichiers météo, il a fallu s’adapter. J’ai passé quelques heures un peu pénibles pour avancer tant bien que mal avec le peu de vent qu’il y avait. A côté de ça, j’ai eu la chance de voir un magnifique coucher du soleil, j’étais entouré d’un banc de requins pèlerins qui nageaient autour du bateau, des gros de cinq, six mètres, ils sont inoffensifs mais c’est toujours impressionnant ! Il y avait aussi des dauphins qui regardaient le bateau qui n’avançait pas ! Le vent a mis du temps à revenir, une fois de plus, j’étais bien épuisé quand le vent a commencé à se mettre dans le bon sens.

Ca glisse à bord du Mono Banque Populaire VIII
Je suis content d’être sorti de cette zone là et de faire route vers New York avec le vent prévu. Depuis ce matin, j’essaye d’enchaîner quelques siestes de 30 minutes pour pouvoir recharger les batteries, j’ai vraiment puisé dans mes ressources depuis quelques jours.
Pour cette fin de course, je suis plutôt gâté, il fait beau, il y a du vent et un grand ciel bleu, ça glisse avec le soleil ! C’est du portant en ce moment, on est bien débridé, le bateau est plutôt adapté à ce type d’allure, même si, ça va se terminer au près à l’arrivée. Je profite de ces quelques heures de répit pour récupérer, ranger le bateau, j’ai sorti plusieurs voiles depuis le début et préparé mon programme pour les 24 prochaines heures. »

Ne pas crier victoire trop vite
Petite frayeur hier soir, j’ai eu peur que dans cette zone sans vent, Vincent (Riou) rattrape son retard, finalement tout le monde a été logé à la même enseigne et j’ai réussi à vite repartir. J’ai des milles d’avance, il faut en profiter mais je n’oublie pas que je suis encore loin de l’arrivée, je préfère ne pas crier victoire trop vite. »

Position de 12h :
1- Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) à 264,8 milles de l'arrivée

2- Vincent Riou (PRB) à 66,88 milles du leader 
3- Jean-Pierre Dick (St Michel - Virbac) à 235,84 milles du leader
Vent mollissant, transition difficile

 

Crédit photo : Y.Zedda/BPCE

À découvrir également

Le Gulf Stream

Découvrez ce courant océanique marin très puissant...

En savoir plus
Les bateaux à foils en plein décollage

Voler sur l’eau : 100 ans d’un rêve       

En savoir plus
Les bateaux Banque Populaire

Une saga de près de 30 ans

En savoir plus
Toutes les passions