News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau

La pollution des océans

206 kilos de plastique se déverseraient chaque seconde dans la mer. Abandonnés sur les plages où portés par le vent jusque dans les rivières et les fleuves, ces déchets sont acheminés vers les côtes et le grand large. La plus gigantesque décharge de plastiques au monde se cache au large de l’archipel d’Hawaii. La « Grande Poubelle du Pacifique » est vaste comme près de six fois la France : 3,4 millions de kilomètres carrés de superficie pour 22 200 kilomètres de circonférence ! Il est urgent de ne plus attendre…
 

Les déchets déversés dans les océans se retrouvent piégés dans des zones où convergent des courants circulaires baptisés « gyres ». C’est ainsi que s’est formée la poubelle géante que l’on surnomme « Le 7e continent ». Un amas si compact de sacs, bidons et autres bouteilles que l’on pourrait presque marcher dessus. L’image est forte. Mais d’après François Galgani de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (IFREMER) : « Il s’agit en réalité d’une énorme soupe où se mêlent des débris épars de plus d’un demi-centimètre et une myriade de microfragments en suspension. » D’où viennent ces détritus ? De la terre ferme, à 80 % ! Car sur les quelques 300 millions de tonnes de plastique produites chaque année dans le monde, 8 millions en moyenne finissent en haute mer.

" L’expédition « 7e continent » joue un rôle primordial, celui de la sensibilisation auprès du public... "

 

L’expédition « 7e continent » pour cartographier et sensibiliser

De 2007 à 2013, vingt-quatre missions furent conduites par divers pays pour débusquer d’éventuelles décharges en suspension sur d’autres océans. Résultat : chacun des cinq grands bassins – Pacifique Nord, Pacifique Sud, Atlantique Nord, Atlantique Sud et océan Indien – en héberge une ! Et la Méditerranée n’échappe pas à la règle. Le rôle des expéditions françaises « 7e continent » est de cartographier les zones polluées, étudier le transport des produits toxiques par les déchets plastiques et déterminer leurs répercussions sur les animaux... Parrainé par la Société des Explorateurs français, avec le partenariat du CNES*, de la Nasa* et de la NOAA*, la mission consiste à se rendre sur place en voilier équipé d’une balise Argos qui permettra de suivre la route du navire dans le gyre et de faire un état des lieux sur la progression des déchets plastique. L’expédition « 7e continent » joue un rôle primordial, celui de la sensibilisation auprès du public en collaboration avec les media.

Pollution des océans ©JM. Sauvage

Ocean Cleanup : vers un possible nettoyage…

Après le succès de l’opération de crowdfunding* lancée en 2012 par le jeune Boyan Slat, étudiant néerlandais, qui a permis de récolter plus de 2 millions de dollars, le projet Ocean CleanUp est désormais bien lancé. Une grande expédition est en cours et un projet-pilote en préparation au Japon. Cette grande expédition a rassemblé une trentaine de bateaux partis début août 2015 d’Hawaii pour rejoindre Los Angeles. Il s’agissait des participants à la Transpac 2015 qui venaient d’effectuer le chemin inverse de cette grande course à la voile. A l’aller déjà, entre L.A. et Honolulu, les skippers avaient dû composer avec de nombreux macro-déchets qui constituaient des obstacles sur leur route. Ainsi de nombreuses données ont été collectées sur l’ampleur de la pollution plastique dans la zone... L’idée d’Ocean CleanUp ?  Au lieu de courir après les déchets avec des bateaux et des filets, pourquoi ne pas les laisser venir vers un dispositif fixe au gré des vents et des courants ? D’une longueur de 2300 mètres, il s’agira de la plus longue structure flottante jamais déployée dans l’océan. Les autorités japonaises ont signé un accord le 20 mai 2015 pour permettre la recherche et le développement de la première barrière de dépollution océanique. Le dispositif flottant servira à intercepter les déchets avant qu’ils ne touchent les côtes. Le but sera de tester le système Ocean CleanUp dans des conditions réelles, de l’optimiser et de faire réaliser des économies dans le coût du ramassage des déchets sur l’île de Tsushima, située entre la Corée du Sud et le Japon, dans le détroit de Tsushima. Le courant dépose 30.000 m³ de déchets chaque année sur les côtes et le coût du nettoyage manuel revient environ à 5 millions de dollars annuels. La dépollution des océans est en marche…

 

Crédits photos : 

Paolo Margari

 JM. Sauvage

Pour aller plus loin

Retrouvez toutes les infomations sur l'Expédition 7e continent en cliquant ici.

Retrouvez toutes les infomations sur Ocean Cleanup en cliquant ici.

News

Direction le Cap Leeuwin

Cette nuit, Armel et le Mono Banque Populaire VIII sont passés au nord des iles Kerguelen. Ils filent maintenant à plus de 20 nœuds en direction du Cap Leeuwin, 2ème point de passage du parcours. Au classement de 9h, Armel possède 13 milles d’avance sur Alex Thomson (Hugo Boss) et plus de 600 sur Sébastien Josse (Edmond de Rothschild).[...]

À découvrir également

Focus sur la pointe de la Torche, un haut lieu de la glisse

Découvrez tout sur le spot breton de la glisse...

En savoir plus
La saga des Pen Duick

L'incroyable aventure des Pen Duick d'Eric Tabarly...

En savoir plus
New York : lieu incontournable de la voile en 2016

Venez en apprendre plus sur New-York et son rapport avec la course au large...

En savoir plus
Toutes les passions