News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau

La voile olympique : supports et règles

Les dix séries olympiques, présentées par Guillaume Chiellino, directeur des Equipes de France de voile :


Nacra 17 (mixte)

« Avec le Nacra 17, on assiste au retour du catamaran aux Jeux (le Tornado avait été retiré du programme après les JO de Pékin) et à l’arrivée du mixte en voile olympique sur un support spectaculaire qui permet de faire de belles images. C’est un bateau qui nécessite de prendre de bons départs et d’aller vite, il faut que le barreur soit un sacré pilote, notamment quand il y a du clapot, et que l’équipier allie côté physique et une bonne vision tactique et stratégique. » Long de 5,25m, ce catamaran pèse 142 kg.

 

Nacra 17 Besson Riou Hyères 2016_copyright Jesus Renedo-Sailing Energy-World Sailing


 

470 (hommes / femmes)

« Le 470 commence à faire partie de nos vieux bateaux, puisqu’il est au programme des Jeux depuis 1972. Depuis 1988, hommes et femmes naviguent séparément mais le bateau est exactement le même. » Il mesure 4,70m de long et pèse 118 kg. La dimension physique est un peu moins importante que sur les autres supports, on est beaucoup sur les réglages, sur la tactique et la stratégie. Le choix du matériel et des voiles, est aussi primordial pour la vitesse. »

 

470 Femmes Lecointre Defrance Hyères 2015_copyright C.Launay - FFV


 

Laser Standard (hommes) / Laser Radial (femmes)

« C’est un bateau strictement monotype qui a une dimension physique importante au-delà de 9-10 nœuds. C’est dans ces conditions que le jeu de la régate est le plus ouvert, la tactique et les choix par rapport aux adversaires directs deviennent alors capitaux. C’est un support sur lequel il vaut mieux être assez grand et robuste, les hommes tournent en général autour de 80 kilos. Chez les filles, la surface de voile est moins importante que chez les garçons. » Long de 4,23m, le dériveur pèse environ 59 kg, chez les hommes comme chez les femmes.

 

Radial De Kerangat Hyères 2015_copyright C.Launay - FFV


 

Finn (hommes)

« C’est vraiment le support pour hommes forts, on est sur des gabarits de rugbymen, la composante physique est importante. En effet le Finn mesure 4,50 m et pèse 145 kg. C’est aussi un bateau à jauge un peu plus ouverte, où le choix du matériel, à savoir de la coque, du mât et des voiles, a un gros impact sur la performance. Cela nécessite de passer beaucoup de temps sur la question. Les trois aspects à maîtriser à parts égales sont donc la vitesse via la recherche du matériel, le physique, la tactique/stratégie. Le Finn est là depuis longtemps, mais il passe bien au travers des âges car il a su se renouveler avec de nouveaux matériaux. Il est beau à voir naviguer. »

 

Finn Lobert Weymouth 2016_copyright Jesús Renedo - Sailing Energy


 

49er (hommes) et 49er FX (femmes) 

« Là encore, l’aspect physique est important, mais plus sous l’angle du dynamisme et de l’explosivité. Il faut être un véritable chat sur le bateau, les spécialistes sont à la fois des équilibristes et des pilotes de F1. Il ne faut pas avoir froid aux yeux en termes de pilotage et d’un autre côté, pouvoir jaillir. Entre filles et garçons, la plateforme est la même, le dériveur est long de 4,99 m et pèse 125 kg, mais la taille du mât est plus petite chez les filles, du coup les trois voiles sont différentes. »

 

49er D'Ortoli Delpech_copyright Christophe Breschi - FFVoile


 

Planche RS:X (hommes / femmes)

« Le critère essentiel sur cette planche, c’est le physique, quelle que soit l’intensité du vent. Contrairement au Laser, c’est encore plus physique quand il n’y a pas beaucoup de vent. Lors des Championnats du monde 2015 à Oman, dans du petit temps, les planchistes sont tous ressortis épuisés, les garçons et les filles vont vraiment au bout d’eux-mêmes, c’est un support très, très éprouvant. Le choix du matériel entre aussi en ligne de compte pour la vitesse, il faut également du sens tactique et stratégique, avoir une bonne vision du plan d’eau et des adversaires pour bien choisir son côté. » La planche à voile, le plus petit des supports olympiques, est identique chez les hommes et les femmes avec une longueur de 2,79 m pour 13kg.

 

RS-X H Pierre le Coq Hyères 2015_copyright Ch.Launay - FFV


 

Trois règles essentielles des épreuves olympiques :


Participation : Contrairement à d’autres sports, il n’y a qu’un seul équipage sélectionné par pays par série. Chaque pays tente donc d’abord de décrocher un quota olympique sur des épreuves déterminées à l’avance, comme les Championnats du monde par exemple ; des quotas continentaux étaient ensuite attribués, répartis à l’occasion des différents championnats continentaux. Le nombre de participants est différent selon les séries (de 20 à 46 bateaux pour un total de 380 sportifs à Rio).
 

Format des régates : L’épreuve olympique se dispute selon le timing suivant : quatre journées à trois courses pour les séries rapides (RS:X, 49er/49er FX, Nacra 17), cinq journées à deux courses pour les autres séries (Finn, Laser/Laser Radial, 470). Selon les supports, le parcours est un aller-retour (par exemple en Nacra 17 et 49er) ou un trapèze, les régates étant lancées dans un « range » de vent entre 5 et 25-30 nœuds selon les séries. Le premier marque un point, le deuxième deux, le troisième trois… chaque équipage ayant la possibilité de retirer une manche, sa moins bonne, du décompte final. A l’issue de ces douze ou dix manches, est organisée une ultime régate, appelée la Medal Race, qui réunit les dix premiers du classement général. Elle compte double en points (le classement à partir de la 11e place est alors figé) et se dispute sous la forme d’un aller-retour au plus près de la terre, donc du public. Celui qui, à l’issue de la Medal Race, compte le plus petit nombre de points est sacré champion olympique. Le comité de course peut annuler une manche si la durée maximale fixée dans les instructions de course est atteinte (entre 1h et 1h30 selon les supports) ou s’il estime que les conditions de vent ne sont plus justes pour l’ensemble des compétiteurs.
 

Arbitrage : Deux formes d’arbitrage sont appliquées sur les régates olympiques. Un Jury international à terre instruit et arbitre après-coup les réclamations éventuellement déposées par les équipes à l’issue des manches. Sur l’eau, des arbitres embarqués sur deux ou trois semi-rigides veillent au bon déroulement des régates. Ils sont présents en particulier sur les phases de départ, sur les passages de bouée et sur les bords de portant, pendant lesquels ils veillent à la bonne utilisation du « pumping », mouvement consistant à donner des à-coups pour avancer de façon plus rapide quand il est autorisé (en planche, Finn et 470). En cas par exemple de départ prématuré, l’impétrant doit réparer sur l’eau en recoupant la ligne, en cas de priorité volée ou de bouée touchée, en faisant un tour sur lui-même en s’écartant des autres. Il peut y avoir une réclamation d’une autre équipe si ce n’est pas le cas. Certaines sanctions peuvent aller jusqu’à la disqualification.

 

 

Crédits photos : 

Jesus Renedo / Sailing Energy

Ch.Launay / FFV

Christophe Breschi / FFVoile

Portraits liés

Jonathan Lobert

Athlète, Equipe de France de Voile, Finn

En savoir plus
Charline Picon

Athlète Equipe de France de Voile

En savoir plus
Pierre Le Coq

Athlète Equipe de France de Voile

En savoir plus
Billy Besson & Marie Riou

Athlètes Equipe de France de Voile

En savoir plus
Camille Lecointre & Hélène Defrance

Athlètes Equipe de France de Voile

En savoir plus
Sofian Bouvet & Jérémie Mion

Athlètes, Equipe de France de Voile, 470

En savoir plus

News

Les victoires commencent dans les clubs

Après des Jeux Olympiques réussis sportivement avec la médaille d’Or de Charline Picon en planche à voile, celle en Bronze de Pierre Le Coq dans la même discipline, et la médaille de Bronze de Camille Lecointre et Hélène Defrance en dériveur double, la Fédération Française de Voile espère que la très bonne médiatisation de ces résultats lui permette de séduire de nouveaux licenciés. La FFVoile lance ainsi une campagne de promotion qui vise à valoriser le travail quotidien de ses clubs affiliés, s’intitulant « Les victoires commencent dans les clubs ». [...]

albums

Equipe de France de Voile Olympique
Equipe de France de Voile Olympique

Découvrez les athlètes et les responsables de l'Equipe de France de Voile Olympique...

En savoir plus
Tous les albums

À découvrir également

La saga Banque Populaire V

Redécouvrez l'incroyable histoire du Maxi Banque Populaire V...

En savoir plus
Banque Populaire VII, né pour gagner…

Redécouvrez l'histoire du Maxi Solo Banque Populaire VII...

En savoir plus
Les champions olympiques français depuis 1972

Découvrez les derniers champions olympiques français de voile !

En savoir plus
Toutes les passions