News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau

Un kit foils pour faire voler votre « bon vieux » Laser

A 45 ans, le dériveur solitaire le plus célèbre au monde s’offre une seconde jeunesse grâce au Glide Free Foils, un kit d’appendices à foils compatible sur tous les Laser, en lieu et place de la dérive et du safran classiques. Imaginé et développé par l’Australien Peter Stephinson, le concept permet de découvrir de nouvelles sensations sans effectuer la moindre modification ou adaptation sur la coque de votre Laser. Destiné aux amateurs éclairés, le Laser à foils permet de décoller à partir de 10-12 nœuds de vent et ainsi de filer en silence sans toucher l’eau…

 

Deux foils en lieu et place de la dérive et du safran

Les 60 pieds IMOCA comme le Banque Populaire VIII d’Armel Le Cléac’h ne sont pas les seuls monocoques à être équipés de foils. A beaucoup plus petite échelle, le légendaire Laser (4,23 m de long, 1,42 m de large) peut désormais,  lui aussi, s’appuyer sur des appendices porteurs. Une révolution pour ce dériveur solitaire simple et robuste lancé en 1970 dont le succès est notamment dû à son accessibilité technique et financière. Nul besoin d’investir dans un nouveau bateau onéreux pour décoller au-dessus de l’eau. Le Glide Free Foils est compatible sur tous les Laser existants. Ce kit est composé de deux foils qui s’emboîtent en lieu et place de la dérive et du safran. Dans un souci de simplicité, le concept a été imaginé pour qu’aucune modification ou adaptation ne soit à prévoir sur votre Laser. En plus de l’Australie, ce kit foils est distribué en Suisse, en Allemagne, en Italie, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et… en France ! Installé à Saint-Lunaire (Ille et Vilaine), Atout Dériveur est le seul magasin spécialisé qui propose des kits foils.

 

Une mise en œuvre relativement simple

La mise en place et la manipulation ne changent pas fondamentalement par rapport aux appendices classiques du Laser. A un détail près, qui a tout de même son importance : le foil central, qui remplace la dérive, s’emboîte par dessous la coque et, une fois fixé, il ne peut plus se relever. Pour installer ce foil central, il faut donc déplacer le Laser jusqu’à avoir de l’eau au niveau des genoux, puis pivoter le bateau sur un côté. Si la manœuvre est simple sur plan d’eau plat, elle se complique sérieusement si des vagues viennent casser au bord de la plage. Il faut alors prévoir d’être à plusieurs pour porter le dériveur et fixer le foil sans encombre. De même, en fin de session, au moment de rentrer à terre, on garde une marge de sécurité afin que les foils ne touchent pas le fond. Et on ôte donc le foil central avec de l’eau jusqu’aux genoux. Excepté cette subtilité, la mise en place est simple et rapide. On peut rapidement repasser en configuration « normale » avec la dérive et le safran classiques, pour régater par exemple (les foils ne sont en effet pas autorisés en compétition pour les Laser). Ces précautions d’usage posées, il ne reste plus qu’à profiter !

"On ne touche plus l’eau, on file sans un bruit."

Franck Catto, moniteur de voile

« Des sensations hallucinantes ! »

Un niveau minimum en Laser est requis avant d’espérer décoller. « Le support n’est pas accessible aux purs débutants, il faut des connaissances préalables et donc un minimum de pratique en Laser dans les pattes », confirme Franck Catto, moniteur à l’UCPA Bénodet, qui a testé et approuvé le concept. « On est déstabilisé au début car, contrairement au Laser classique, il faut naviguer à plat. Pour le reste, c’est techniquement très accessible. Au niveau du foil central, un palpeur (une sorte de réglette) règle automatiquement la hauteur de vol. On peut simplement jouer sur l’incidence du foil de safran qui se règle avec une molette. Physiquement, il faut être un minimum affûté car on régule sans cesse à l’écoute et on se déplace beaucoup d’avant en arrière. Quand on décolle, les accélérations sont impressionnantes, les sensations hallucinantes ! On ne touche plus l’eau, on file sans un bruit. » Pour la gestion de la haute vitesse, une expérience sur des bateaux rapides comme le 49er ou des petits multis est un plus indéniable. Pour les premières sorties en Laser à foils, on recommande de partir sur un plan d’eau plat et dégagé et dans 12-15 nœuds de vent. En dessous, vous serez frustrés de ne pas décoller. Au-dessus, cela devient dangereux pour s’initier.

Pour plus d'informations sur les kit foils, cliquez ici et ici.

Découvrez ici en vidéo cette expérience à couper le souffle !

 

Crédit photo : Jean-Yves Kutter, UCPA Bénodet 

News

SWC HYERES : Avis de tempête

C’est déjà la 4ème journée de compétition à Hyères, pour l’équipe de France ! Hier les Français ont dû affronter des conditions de vent instables et des retards sur les zones de course, mais cela n’a pas empêché de faire de bons résultats. Aujourd’hui, ils vont devoir affronter de fortes rafales avec un mistral attendu entre 30-35 nœuds dans la matinée et 20-25 nœuds l’après-midi ! [...]

Jean-Baptiste Bernaz vice-Champion du monde de Laser !

Le Championnat du monde de Laser 2016 lui tenait à cœur, il avait l’intention de performer et de marquer les esprits à moins de 80 jours des Jeux Olympiques… Et il l’a fait ! Hier soir, Jean-Baptiste Bernaz est entré dans l’histoire du Laser français en décrochant le titre de Vice-Champion du monde à Nuevo Vallarta au Mexique, derrière le britannique Nick Thompson qui s’est adjugé la victoire. [...]

À découvrir également

Les records en solitaire

Les plus grands défis relevés par les plus grands navigateurs...

En savoir plus
La voile olympique : supports et règles

Découvrez les supports et les règles de la voile aux JO...

En savoir plus
Le récit du Vendée Globe d'Armel Le Cléac'h

74 jours 3 heures et 35 minutes racontés...

En savoir plus
Toutes les passions