News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau

Alex Udin Initiateur du Flying Phantom

Nom: Udin
Prénom: Alex
Age: 36 ans
Une couleur : Bleu
Un livre : l'Art Moderne, chez Taschen
Un film : Le Grand Bleu

Depuis tout petit, il rêve de voler sur l’eau. Après avoir fait ses armes en travaillant dans différentes voileries dès l’âge de 16 ans, Alex Udin a lancé en 2013 le projet Flying Phantom, avec l’ambition de permettre au plus grand nombre de naviguer sur des engins volants. Aujourd’hui, ses petits catamarans de plage à foils de 18 pieds s’arrachent et attirent aussi bien des grands noms de la course au large que des amateurs éclairés. Entrepreneur tombé fou amoureux de la Bretagne, Alex Udin a d’autres projets dans les cartons, pour encore davantage démocratiser les supports à foils…

Du windsurf au catamaran …

Pour Alex Udin, la passion pour le nautisme est d’abord passée par le windsurf, qu’il pratique depuis l’âge de 10 ans. Originaire de Paris, il passe son début d’adolescence à Lille avec sa famille. Il assouvit alors sa passion pour la glisse à Dinard (Ille-et-Vilaine), où sa grand-mère possède une maison de vacances. « Je suis tombé amoureux de cet endroit. Je suis venu y habiter le jour de mes 15 ans. Ce choix m’a permis d’allier passion et vie professionnelle », raconte Alex Udin.

En effet, en 2002, il crée une voilerie, Sail Innovation, basée à… Dinard ! La vocation de cette société, qui existe toujours, est de dessiner et produire des voiles de catamaran de sport. Avant de lancer sa propre entreprise, le jeune homme avait fait ses armes en tant que designer, dès l’âge de 16 ans, dans différentes voileries en France, en Suisse ou encore à Hawaï.

Alex Udin : « J’ai toujours eu une affinité pour les engins rapides à voile. Progressivement je me suis impliqué de plus en plus dans le multicoque à travers l’activité du dessin et du développement des voiles. J’ai conçu des voiles pour des gros chantiers comme Hobie Cat ou Phileas. J’ai aussi développé une activité de voiles de course pour les catamarans de sport type Formule 18*. »

En 2009, Alex Udin lance ainsi une équipe de coureurs professionnels, avec Olivier Backès et Arnaud Jarlegan, pour concevoir les voiles de course en Formule 18. Cette association est couronnée de succès. « Nous avons gagné deux fois les championnats du monde de F18 en développant les voiles et en optimisant les bateaux », se réjouit Alex.

L’aventure Flying Phantom : le vol pour (presque) tous

« La suite logique était de développer nos propres bateaux. C’est ainsi qu’a démarré le projet Phantom », poursuit Alex Udin qui a été visionnaire. « L’idée était de concevoir le bateau de demain. J’avais une relation proche avec l’architecte Martin Fisher et nous étions persuadés que l’avenir était aux bateaux qui volent, et ce avant même que la Coupe de l’America ne se dispute sur des multicoques à foils. En 2013, nous avons eu l’opportunité de travailler avec Franck Cammas et Groupama pour booster le développement du bateau, avec également Martin Fisher ainsi que Guillaume Verdier et son équipe d’ingénieurs. Cela a permis de mutualiser les savoir-faire pour développer le projet qu’on connaît aujourd’hui, le Flying Phantom Elite de production, un F18 à foils capable de voler sur ses appendices. »

Le concept est présenté fin 2013 au salon nautique de Paris, et les premiers Flying Phantom de production son livrés en 2014. « Nous avons équipé les gros teams de la Coupe de l’America (comme Oracle et Artemis) et des écuries de course au large, dont Banque Populaire. Le concept a aussi séduit des particuliers dans le monde entier, qui souhaitaient s’offrir le rêve du vol. Aujourd’hui, nous avons vendu plus de 100 bateaux dans 26 pays dans le monde. » 

Poursuivre la démocratisation du vol…

Avec son Flying Phantom, Alex Udin fait figure de pionnier puisqu’il est le premier à lancer un catamaran de série volant. Mais pas question de s’arrêter en si bon chemin pour le jeune entrepreneur dont l’ambition est de démocratiser encore davantage les catamarans de plage à foils. Cela passe par des bateaux de plus en plus faciles à naviguer et plus abordables en termede prix.

D’où le lancement début 2017 du « Flying Phantom Essentiel », une version plus accessible au grand public, à la fois techniquement et financièrement. Contrairement à son grand frère le « Flying Phantom Elite » destiné à un public de spécialistes, ce nouveau modèle s’adresse aux amateurs, certes éclairés. Cela passe notamment par des ailes sur les côtés qui permettent de s’asseoir au lieu d’être au trapèze. La démocratisation se fait aussi par le prix : 25 000 euros au lieu de 45 000 à 50 000 euros pour la version « Elite ». 

Flying Phantom


Le rêve de gosse d’Alex Udin était d’imaginer des supports volants accessibles au plus grand nombre. Il devient aujourd’hui réalité. Mais ce n’est pourtant qu’un début : « Nous sommes encore aux prémices des bateaux volants. Il va se passer énormément de choses dans les prochaines années. Mon ambition est de rester pionnier et leader sur le marché des catamarans volants pour le grand public. J’ai d’autres projets en tête, avec des bateaux encore plus accessibles pour naviguer en solitaire et en double. Il y a aussi des choses à développer autour des ailes de kitesurf. » Alex Udin n’a pas fini de concrétiser ses rêves…

*Formule 18 ou F18 : est une classe de catamarans reconnue par la Fédération Internationale de la Voile.