News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Coups de cœur
Les Écoles Françaises de Voile
Passion
La sensation, la performance et l'exploration, tout savoir sur les Ecoles Françaises de Voile...
Les Écoles Françaises de Voile

La Manche en Optimist à 12 ans !

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

La Manche en Optimist à 12 ans !

Le « Coup de Cœur #PassionVoile », c'est quoi ? Chaque mois, la Banque de la Voile met à l'honneur une belle initiative en lien avec l'univers maritime. Elle vous fait découvrir des associations, des événements, des faits marquants ou des personnalités, en allant à la rencontre de celles et ceux qui partagent leur passion de la mer et de la voile.

Il se nomme Tom Goron, n’a que douze ans, mais a tiré ses premiers bords en Optimist à l’âge de deux ans. Encadré par son père sur un voilier, le jeune garçon vient d’établir un nouveau temps de référence de la traversée de la Manche sur sa « caisse à savon » mesurant 2,18 mètres et portant 3,59 mètres carrés de voilure.

Il a quitté au petit matin les Needles, ces falaises de craie à l’Ouest de l’île de Wight au Sud de l’Angleterre. Tom n’a mis que 14 heures et 20 minutes pour traverser la Manche jusqu’à Cherbourg, distante de 60 milles (111 km). Avant lui mais à quinze ans, Violette Dorange une jeune championne qui rêve de disputer les Jeux olympiques 2024, avait repris la barre de son Optimist pour traverser également en solitaire, et en 14 heures et 56 minutes. Quand on regarde le palmarès de la jeune fille - 4ème aux championnats d’Europe d’Optimist, médaillée de bronze aux championnats d’Europe et du monde jeunes en 420 – cela donne encore plus de relief à la performance de ce jeune Breton au visage d’ange, qui depuis quatre ans régate tous les week-ends ou presque.

Mon rêve est de pouvoir un jour disputer la Solitaire Urgo Le Figaro, la Route du Rhum et le Vendée Globe… mais j’ai encore du temps

 

Le début de la traversée s’avère difficile pour Tom, balloté dès 7 heures du matin dans un fort clapot, il souffre rapidement du mal de mer, envisage d’abandonner, mais déterminé poursuit sa route vers Cherbourg dans une bonne brise au début, puis dans un violent courant traversier ensuite. Il doit veiller à se nourrir, piochant dans l’un des deux barils étanches amarrés à l’avant de son bateau, et se méfier de l’important trafic maritime sur sa coque de noix baptisée Navaleo et à peine visible dans les vagues. Son GPS portable lui indique le cap à suivre et le waypoint (point de route) devant les digues de Cherbourg. Son père Nicolas veille à bonne distance, prêt à intervenir en cas de problème. Mais Tom a une bonne étoile. À 21 heures 20, sans n’avoir jamais rien lâché, il touche enfin au but, et a effectué la traversée du « Channel » à 4,19 nœuds (6,7 km/h) de moyenne. « Je suis content » raconte le jeune marin. « J’ai dormi seulement trois heures la nuit dernière, et donc je suis fatigué, mais avec papa nous avions bien travaillé la météo avant le départ. Mon rêve est de pouvoir un jour disputer la Solitaire Urgo Le Figaro, la Route du Rhum et le Vendée Globe… mais j’ai encore du temps ». Ses parents ne semblent pas surpris par la performance de leur fiston. « Arriver a été une délivrance » avoue Nicolas son père, « Tom est pugnace. » Sophie sa mère, est fière mais ajoute : « il est ambitieux, persévérant et têtu… et il faut le suivre ! ».

Félicitations à ce jeune champion, licencié du club de Saint-Suliac (22), sur la Rance, à quelques kilomètres de Saint-Malo, pour sa ténacité. Tom prouve que réaliser un exploit grâce à sa passion de la voile est possible, même à son jeune âge. Nul doute que l’on retrouvera très certainement ce marin en herbe à l’avenir sur les plans d’eau en compétition ou sur les pontons des courses au large !

 

La Manche en optimist à 12 ans

 

À découvrir également

Le Trophée Jules Verne en trois chapitres
Passion
Le Trophée Jules Verne en trois chapitres
Imaginé dans les années 80, créé en 1990, le Trophée Jules Verne a été, depuis, l’objet d’une ardente convoitise, puisque 26 tentatives ont eu lieu mais seulement 8 couronnées de succès, la dernière victorieuse en 2012. Retour en trois chapitres sur cette passionnante histoire maritime… Acte I : Une naissance mouvementée Le Trophée Jules Verne doit sa création à l’écrivain français, qui publie en 1872 Le Tour du monde en quatre-vingts jours, roman d’aventures contant  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Pôle Finistère Course au large : l’élite et l’excellence
Passion
Pôle Finistère Course au large : l’élite et l’excellence
Depuis plus de vingt ans, ce centre d’entraînement basé à Port-la-Forêt dans le Finistère, a vu plusieurs générations de régatiers faire leurs armes avant de briller au plus haut niveau. On y rentre sur dossier, parfois sur concours, dans un seul but, celui de se confronter à l’élite, et gagner les plus grandes courses que sont le Vendée Globe, la Solitaire Urgo-Le Figaro, la Route du Rhum…. La légende prétend que le Pôle Finistère Course au large, est né fin des années 80 dans un bistrot. Il  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Les champions olympiques français depuis 1972
Passion
Les champions olympiques français depuis 1972
1972 : Serge Maury, 40 ans après… 40 ans que la voile française attendait ça ! En remportant l’or en Finn lors des Jeux de Munich, Serge Maury succède à Jacques Lebrun, dernier champion olympique français en « yachting », en 1932 à Los Angeles. Sur le plan d’eau de Kiel, au nord de la République Fédérale Allemande, ce fils de tonnelier bordelais, sociétaire du Cercle de la Voile de Bordeaux Carcans Maubuisson, crée la surprise en s’imposant au nez et à la barbe des favoris. La  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions