News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Coups de cœur

Project Rescue Ocean

Née en 2015, Project Rescue Ocean est une association créée par Benoit Schumann pompier professionnel à Béziers et sauveteur en mer. Son but ? Nettoyer les plages des cinq continents et sensibiliser les jeunes citoyens à la préservation de l’environnement marin. Focus sur une belle initiative qui n’a pas de frontières et qui a été distinguée en 2020 par la Fondation Banque Populaire du Sud et son jury sur l’innovation sociale et environnementale.

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Project Rescue Ocean

 

Comment est né votre projet ?

L’association Project Rescue Ocean est née d’une volonté d’agir sur un élément qui fait partie de mon quotidien : la mer. J’ai commencé par filmer mes plongées et les déchets que je ramassais avec une petite caméra embarquée. Des centaines de personnes ont suivi mes vidéos, jusqu’à atteindre le millier d’abonnés sur les réseaux sociaux. Je ne m’attendais pas du tout à un tel engouement ! J’ai alors concrétisé tout ce travail en créant une véritable association.

 

En quoi consiste votre projet ?

Project Rescue Ocean est une association environnementale de loi 1901, créée en 2015 et reconnue d’intérêt général depuis 2017, elle a pour but d’éveiller les consciences sur la protection de l’environnement et d’impacter les citoyens grâce à des actions de sensibilisation simples et accessibles à tous. Aujourd’hui, nous avons plus de 30 000 abonnés actifs sur nos réseaux sociaux qui relaient nos opérations dans le monde entier !

 

Vous êtes présent sur tous les continents par le biais de vos antennes (Brésil, Qatar, Côte d’Ivoire, Polynésie …), comment avez-vous choisi vos lieux d’implantations ?

Nous partons du principe que chaque initiative est importante et que toutes personnes souhaitant s’investir dans l'association peut le faire. Aujourd'hui la problématique de la pollution est mondiale, il n’y a pas un pays qui ne soit pas impacté. Il y a des zones où l’état d’urgence a été déclaré, comme à Bali, où nous avons donc créé une antenne en priorité depuis 2015. Pour les autres lieux, la motivation et les valeurs des bénévoles sont les bases essentielles de notre choix d’implantation.

 

Quelles actions allez-vous mener cette année ?

Nous allons continuer nos actions de nettoyage en France comme à l'étranger. Également, nous interviendrons dans des classes pour sensibiliser les plus jeunes au respect de l’environnement. En 2019, nous avons réalisé 96 actions de nettoyage, nous avons sensibilisé plus de 2000 enfants. En 2020 nous comptons aller plus loin et plus fort !

 

A vos yeux, quelle est l’importance de votre intervention dans les écoles ?

L’état actuel de la planète est la conséquence d’un manque d’information sur nos modes de consommation et les répercussions de nos actions. Nous souhaitons impulser chez les jeunes une prise de conscience de l’environnement qui les entourent. À nos yeux, les générations futures ont un rôle crucial pour l’avenir de la planète. C’est en provoquant leurs pouvoirs de décisions et d’actions dès le plus jeune âge que nous ferons changer les mentalités et que nous rendrons ces futurs adultes des acteurs du changement.

 

Comment le Crédit Maritime de la Méditerranée vous a aidé à développer votre projet ?

Le Crédit Maritime de la Méditerranée nous accompagne depuis plus d’un an maintenant. Lors de la soirée caritative annuelle de Project Rescue Ocean, l’équipe du Crédit Maritime est venue nous remettre un chèque pour aider notre association. Cette récompense prouve que le Crédit Maritime de la Méditerranée soutient des actions qui véhiculent des valeurs dans lesquelles nous pouvons tous nous retrouver : la solidarité, l’attachement au territoire ou la préoccupation environnementale. Grâce à la somme qui nous a été versée, nous avons pu louer un entrepôt avec un bureau pour une année complète.

 

Comment pouvons-nous devenir membre de votre association ? Est-ce accessible à tous ?

Devenir membre de l’association est très simple et se réalise directement par le biais du site internet www.projectrescueocean.org. Grâce à votre adhésion, vous aidez Project Rescue Ocean à vivre et à poursuivre ses actions tout au long de l’année.

 

Qu’est-ce que « Rebo », la gourde intelligente que vous proposez sur votre site ?

Project Rescue Ocean est partenaire d’un projet innovant « Rebo ». Cette innovation est une gourde intelligente qui va, grâce à son application connectée, comptabiliser la quantité d’eau que vous buvez, et la convertir en bouteilles en plastiques que vous n’avez pas utilisées. De plus, pour aller plus loin dans la démarche environnementale de « Rebo », chaque bouteille économisée (et non-achetée) sera convertie en un don financier pour les partenaires qui collectent le plastique sur les plages.

 

Quel est le poids des personnalités qui épaulent votre projet ?

Les personnalités qui soutiennent Project Rescue Ocean sont pour nous de véritables vecteurs de communication. Qu’ils soient issus du sport, de la musique ou du cinéma ils mettent leur notoriété au service de nos projets mais également de l’environnement ! Etre Lauréat de la Fondation Banque Populaire du Sud en 2019 nous a aussi permis de mettre en lumières notre action sur le territoire en participant au développement de notre projet de sensibilisation environnemental auprès des jeunes.

 

Qu’avez-vous appris en vous investissant dans ce projet ?

En débutant cette aventure, je me suis rendu compte qu’il y a de la bonne volonté dans de nombreuses causes environnementales, des petits projets, des petites mobilisations. Toutefois les mots ne suffisent pas : il faut de l’action.

 

Quels conseils écologiques vous auriez envie de donner ?

Je n’ai pas de conseils à donner mais … des actions. Aujourd’hui, je suis convaincu que nous devons nous réadapter à un mode de consommation plus traditionnel afin de redéfinir nos habitudes et nos gestes quotidiens pour améliorer l’état de l’environnement. Par exemple, en France, 25 millions de bouteilles en plastique sont jetées chaque jour, et seulement 49% d'entre elles sont recyclées ! La solution passe par un geste simple mais pourtant colossal : utiliser des gourdes.

 

Photos

À découvrir également

Le recyclage des bateaux en fin de vie
Passion
Le recyclage des bateaux en fin de vie
Près de 20 000 bateaux arrivent en fin de vie chaque année. Et comme une coque en polyester ou en aluminium n’est pas biodégradable, des solutions se sont imposées pour dépolluer et déconstruire. Plusieurs entreprises privées se sont donc spécialisées dans le recyclage, que ce soit pour les coques, les mâts et les voiles ; et la Fédération Française de Voile, via son département développement, poursuit une campagne de sensibilisation à travers son réseau des Écoles Françaises de Voile. On  [...]
21 juin 2018 21/06/2018
Plus de passions
Pen Duick II dans la Transat Anglaise : 1964 et 2016
Passion
Pen Duick II dans la Transat Anglaise : 1964 et 2016
En inscrivant son nom au panthéon de la Transat anglaise, Eric Tabarly a inspiré durant des décennies toute une génération de marins. Sa victoire sans partage fut pour la plaisance encore balbutiante un formidable accélérateur ouvrant sa pratique au plus grand nombre. Eric s’est engagé à la dure, dormant l’hiver la fenêtre ouverte à l’Ecole Navale, pour s’entrainer à résister au froid et à l’humidité En ce 23 mai 1964, des milliers de britanniques se sont massés sur le Hoe,  [...]
21 juin 2018 21/06/2018
Plus de passions
La Mini Transat a 40 ans
Passion
La Mini Transat a 40 ans
Depuis 1977, toutes les années impaires au moment de l’automne, près de mille marins anonymes ou futurs grands de la course au large ont disputé la Mini Transat en solitaire sur des bateaux de seulement 6,50 mètres. Preuve de son incroyable succès, ils sont encore 81 skippers de dix nations, dont dix femmes, pour cette 21ème édition de la Mini Transat - La Boulangère partira le 1er octobre de La Rochelle, cap sur les Canaries puis la Martinique. Désireux de prendre à contre-pied les  [...]
21 juin 2018 21/06/2018
Plus de passions