News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Communiqués de presse

Transat Jacques Vabre : Top départ !

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

[Transat Jacques Vabre 2015]

Alors que tous les esprits étaient ce matin encore obnubilés par les perspectives de tempête à venir en sortie de Manche, ce sont d’inhabituelles conditions de calmes et de grand soleil dont ont bénéficié les 42 concurrents de la Transat Jacques Vabre. A 13h30 précises, résonnaient dans les VHF le signal de départ, auquel les voiliers, indépendamment de leur taille ou de leur classe, peinaient à répondre, tant le vent avait déserté le plan d’eau. La route vers Etretat via le cap d’Antifer s’effectuait au pas, rythmée par de nombreux changements de voiles et de caps. Le Monocoque Banque Populaire VIII est ainsi rentré très progressivement dans sa course, s’adaptant à cette navigation au plus près d’un vent évanescent guère propice à démontrer son potentiel. L’heure des hautes vitesses quelque peu redoutée viendra dès demain à la mi-journée, avec le renforcement du vent de sud est, une fois passée la pointe du Cotentin.

Contre mauvaise fortune bon état d’esprit

Banque Populaire VIII, parfaitement encadré par tout le Team, a quitté tôt ce dimanche matin le bassin Paul Vatine pour se diriger tranquillement vers le cap de la Hève. La procédure d’avant départ était réglée et programmée avec la plus grande minutie. Plusieurs hommes sont demeurés à bord jusqu’à 10 minutes du coup de canon de départ, afin d’assister Armel et Erwan dans les manœuvres lourdes d’envoi de grand voile notamment, et pour assurer la sécurité du bateau sur un plan d’eau agité par les étraves des 41 concurrents, et les nombreux bateaux spectateurs attirés par le spectacle et les conditions quasi printanières de l’estuaire de la Seine.

Car étonnamment, c’est dans de tout petits airs que s’est donné à 13h30 le départ de la course, face au vent de secteur est, vers la célèbre aiguille d’Etretat. Des conditions maniables qu’Armel jugeait idéales pour prendre ces repères et bien se préparer aux conditions très physiques à venir. La coupure avec cette intense semaine havraise n’en a été que plus douce. Nous avons eu plaisir à rencontrer le public, nos partenaires et les medias. Cette ambiance festive est derrière nous, et nous partons gonflés à bloc. » 

D’un tempérament posé, apprécié pour son sang-froid en toute circonstance, Erwan Tabarly s’est toute la semaine laissé porter par la vague amicale des sollicitations diverses, qui n’ont en rien altéré sa préparation physique et mentale à l’épreuve ; « La tension est montée d’un cran avec la précision de nos connaissances du schéma météo à venir. Nous allons aborder chaque phase avec circonspection.  Le départ a certes son importance mais nous sommes surtout focalisés sur le gros morceau à avaler à partir de lundi. Le départ ne conditionnera pas l’issue de la course, à l’inverse de cette dépression qui peut déjà influer sur l’issue de la transat ». Les choses ardues sont programmées pour la nuit prochaine à la sortie de Manche, avec l’arrivée bille en tête d’une dépression automnale très creuse, et des vents appelés à souffler violemment, sur une mer de plus en plus formée.

Un début de course sous haute surveillance

«  Il y a une grosse dépression à traverser, avec du vent fort et une mer infernale, lorsque nous atteindrons le large de la Bretagne » précise Erwan Tabarly. « Il faudra passer sans casser. » Et Armel de rajouter, «  On adapte notre stratégie, et on se lance dans l’aventure sans état d’âme. » « Nous partons pour trois jours très difficiles, pour nous et pour le bateau » poursuit Armel. « On sait que l’on va se faire méchamment secouer, surtout à cause de l’état de la mer et on prévoit des creux entre 7 et 9 mètres. On se prépare en conséquence, avec pour mot d’ordre la plus grande prudence. Je pense qu’à partir de mercredi, on pourra de nouveau se mettre en mode course, en espérant avoir franchi l’obstacle sans encombre. » 

Départ Transat Jacques Vabre - Copyrigt : Y. Zedda / BPCE

Photos :

Pour télécharger les photos, cliquez ici

CONTACT MEDIAS :

Delphine Gallais
+33 (0)6 26 25 20 50
presse@voilebp.fr

Télécharger le PDF

À découvrir également

Les champions olympiques français depuis 1972
Passion
Les champions olympiques français depuis 1972
1972 : Serge Maury, 40 ans après… 40 ans que la voile française attendait ça ! En remportant l’or en Finn lors des Jeux de Munich, Serge Maury succède à Jacques Lebrun, dernier champion olympique français en « yachting », en 1932 à Los Angeles. Sur le plan d’eau de Kiel, au nord de la République Fédérale Allemande, ce fils de tonnelier bordelais, sociétaire du Cercle de la Voile de Bordeaux Carcans Maubuisson, crée la surprise en s’imposant au nez et à la barbe des favoris. La  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Régates Royales de Cannes
Passion
La Méditerranée, mer de régatiers
La « Grande Bleue », ses paysages de carte postale à l’image de la Corse et son appellation « d’Île de beauté », est bien sûr une mer de prédilection pour la croisière et la pratique du nautisme sous toutes ses formes. La navigation au moteur y a une place prépondérante, mais la Méditerranée est avant tout un haut lieu de la voile. Sport qui rayonne de la Provence-Alpes Côte d’Azur à l’Occitanie, se revendiquant désormais comme le troisième sport (en nombre de licenciés), derrière  [...]
27 avril 2018 27/04/18
Plus de passions
Saint-Malo : de la cité corsaire à la Route du Rhum
Passion
Saint-Malo : de la cité corsaire à la Route du Rhum
Édifiée entre le XVII ème et le XVIII ème siècle, Saint-Malo, « ville historique » de Bretagne, a de tout temps été tournée vers la mer. Terre de navigateurs, nombre de grands explorateurs, de capitaines cap-horniers, de corsaires ou de marins-pêcheurs y sont nés, sont partis de la cité corsaire. Tous les quatre ans depuis 1978, fin octobre début novembre, Saint-Malo vibre au rythme du Rhum.  [...]
25 octobre 2018 25/10/18
Plus de passions