News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Communiqués de presse
Clarisse Crémer
News
Compétition, Monocoque Banque Populaire X
Vendée Globe - Clarisse : les "au revoir" et les premiers bords
Vendée Globe - Clarisse : « Notre droit à l’aventure est encore plus précieux »
News
Compétition, Monocoque Banque Populaire X
Vendée Globe - Clarisse : « Notre droit à l’aventure est encore plus précieux »
Clarisse
Portrait
Clarisse Crémer
Skipper

Vendée Globe : Clarisse, les premiers jours d’une battante

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Clarisse

 

À bord de Banque Populaire X, Clarisse a connu des débuts mouvementés, la faute notamment à un front particulièrement virulent à passer mardi dernier. Mais la navigatrice ne lâche rien et s’accroche. Mieux, elle reste dans le sillage du groupe des favoris avant d’affronter une forte dépression tropicale dès demain soir.

 

En mer, Clarisse Crémer sait courber l’échine pour mieux rebondir. Et il en faut du courage, de l’abnégation, des nerfs solides et une tête bien faite quand tout s’enchaîne. Car pour la navigatrice, ces premiers jours de course n’ont rien d’un long fleuve tranquille. Problème d’interrupteur de quille et de pilote automatique le premier jour avant de passer un front violent dans la nuit de mardi à mercredi.  « Il y avait beaucoup de mer, j’ai eu 49 nœuds en rafale et 45 nœuds établis », explique-t-elle. Dans cette bataille nocturne, Clarisse a résisté. « Le gros passage du front, c’était dodu. Le bateau a pris cher, même s’il ne s’est rien passé de grave, il y a eu plein de petits points d’usure, un peu partout. J’avais un peu le mal de mer, je n’ai pas réussi à manger mais je m’en suis sortie sans encombre. C’est positif, mais je suis cramée ».

 

« Le moral va mieux »

La navigatrice de Banque Populaire X s’est ensuite évertuée à récupérer mercredi, bénéficiant enfin de conditions un peu plus clémentes. Contactée ce matin par son équipe, elle raconte : « j’avoue que je suis un peu dans le dur depuis le départ parce que j’ai fait des petites bêtises qui ont entraîné de petits pépins techniques qui m’ont enlevé un peu de confiance en moi. Heureusement que l’équipe est là car les membres du Team m’apportent toujours de supers conseils, ils m’aident à relativiser. Depuis hier midi, j’arrive à mieux manger et j’ai dormi un peu cette nuit. Je me rapproche d’un état de fatigue un peu plus normal comme quand je suis en mer donc le moral, ça va un peu mieux aussi. » L’occasion de reprendre des forces et il en faudra : les prochains jours qui viennent seront tout aussi agités. « C’est dur mais on sait qu’au Vendée Globe, gagner quelques quarts d’heure redonne de l’entrain et de l’enthousiasme, ajoute Ronan Lucas, directeur du Team Banque Populaire.

« On n’a vraiment pas de chance sur cette descente de l’Atlantique. Là, je suis dans la pétole puis je vais avoir du vent fort, ensuite je vais être au portant. Cette nuit, ça ne devrait pas être trop violent, je vais aller choper une énorme dépression tropicale au milieu de l’Atlantique, ça je ne sais pas encore comment ». Il s’agit de Theta, la 29e dépression tropicale de l’année, qui cumule en son centre des rafales de 60 nœuds et des creux de 4 à 5 mètres. Clarisse devrait la contourner, par l’ouest, vendredi dans la nuit. « Elle a plusieurs options face à elle : soit prendre le plus ouest possible pour avoir du vent moins fort, soit ralentir son bateau pour le ménager », analyse Ronan Lucas. 

 « J’ai hâte de passer cette dépression, enfin, qu’on puisse être au Pot-au-Noir pour réparer les petits soucis techniques que j’ai à régler et pour souffler », poursuit Clarisse.  Avancer et engranger des milles malgré la souffrance et les difficultés : la navigatrice était prête à faire face à l’adversité engendrée par les éléments. « C’est difficile, très difficile mais je fais le dos rond ». Car ce dont elle ne parle pas, c’est sa trajectoire : au plus près des favoris, des « foilers », qui ont pris la décision en début de semaine de mettre le cap à l’ouest avant de virer de bord plein sud. « Elle côtoie les meilleurs qui ont les IMOCA les plus récents et elle est dans le match avec les bateaux à dérive, résume Ronan Lucas. Ses trajectoires sont d’une pureté impressionnante, il n’y a pas d’hésitation, c’est saisissant. » 

À 15h ce jeudi, Clarisse était 13e de la flotte, une sacrée performance pour une « bizuth » autour du monde.

 

Extraits sonores

Cliquez ci-dessous pour écouter les derniers mots de ce matin 

Son

 

Vidéo 

Cliquez sur la vidéo pour voir la dernière vidéo du bord 

Vidéo Clarisse

 

Photos du bord

Cliquez sur la photo pour accéder aux dernières photos du bord 

Clarisse

 

CONTACT MEDIAS :

Delphine Gallais
+33 (0)6 26 25 20 50
presse@voilebp.fr

Télécharger le PDF

À découvrir également