News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
News

Bienvenue Erwan Le Roux, co-skipper d'Armel sur la Transat AG2R

Avant de participer à la Solitaire du Figaro, Armel s’élancera sur la Transat AG2R avec l'envie de s’imposer une troisième fois ! Pour l'épauler, il a fait appel à un co-skipper talentueux : Erwan Le Roux !

Publication :

Dernière modification :

Par :

Skippers BP AG2R

Quelques mois après avoir participé en IMOCA à la Transat Jacques Vabre avec Clarisse Crémer, Armel s’apprête à repartir pour une nouvelle saison en Figaro. Un défi qu’il aborde avec enthousiasme : « en 2019, j’étais revenu dans la discipline afin de rester affuté physiquement. Je savais que ça allait être compliqué mais ça m’a permis de voir où se situait mon niveau. Cette nouvelle saison, je l’aborde avec davantage d’ambition en matière de résultats ».

 

Armel : « offrir à l’équipe la victoire »

Avant de participer à la Solitaire du Figaro dont le départ sera donné le dimanche 30 août prochain, le tenant du titre du Vendée Globe passera un premier test : la Transat AG2R La Mondiale dont le départ sera donné le 19 avril prochain à Concarneau. Une course qu’Armel connaît bien puisqu’il l’a remporté à deux reprises, en 2004 et 2010. « À chaque fois, je me suis imposé devant un bateau de Banque Populaire. Désormais, j’espère offrir la victoire à l’équipe ! » Pour y parvenir, le navigateur pourra compter sur un renfort de poids, celui d’Erwan Le Roux.

« Même si nous avons très peu eu l’occasion de naviguer ensemble, nous avons commencé quasiment au même moment, lors de la Solo Le Télégramme ». Armel salue également les « qualités humaines » du Morbihannais et apprécie « sa capacité à pouvoir barrer sur un Figaro 3 aux allures rapides et au portant ».

Je suis persuadé que nous formerons un bon binôme et que nous serons très complémentaires à bord.

Erwan Le Roux : « un challenge très enrichissant »

Erwan Le Roux peut en effet se targuer d’une solide expérience, sur de nombreux supports. En Multi50, il a notamment brillé à la Route du Rhum (vainqueur en 2014, 2e en 2018), à la Transat Jacques Vabre (vainqueur en 2009, 2013, 2015 et 2e en 2017) ou à la Transat Québec-Saint Malo (vainqueur en 2012). Le co-skipper ne cache pas son plaisir de revenir en Figaro: « je trouve cela passionnant d’avoir l’opportunité de pouvoir développer encore un peu le bateau, d’améliorer la performance. Je suis persuadé que nous formerons un bon binôme et que nous serons très complémentaires à bord. »

L’association avec Armel est également une source de motivation : « c’est un skipper tenace en mer, pointilleux dans sa préparation et fin dans ses analyses météo ». À 46 ans, le Morbihannais est également ravi de « découvrir le fonctionnement d’une équipe réputée, ce qui sera à coup sûr très enrichissant ». Le programme d’entraînement débutera après la mise à l’eau du bateau, à la fin janvier.  

 

Programme sportif

Fin janvier : mise à l’eau du Figaro 3

2 avril : départ de la Solo Concarneau

19 avril : départ de la Transat AG2R La Mondiale en double

30 août : départ de la Solitaire du Figaro

 

Portraits

Armel Le Cléac'h
En savoir plus
Plus de portraits

Passions

Les bateaux Banque Populaire
Les bateaux Banque Populaire

Une belle histoire d'armateurs et compétiteurs

En savoir plus
Plus de passions

À découvrir également

Le cap Horn
Passion
Le cap Horn
El Cabo de Hornos disent les Chiliens ! C’est une terrifiante dent prolongeant l’Amérique du Sud en terre de feu. Il sépare l’Océan Pacifique de l’Atlantique sud et plonge par presque 56 degrés sud. Le cap Horn est le plus célèbre et le plus redouté des caps à franchir pour un marin Quand on regarde un planisphère à l’échelle de la planète, le « Horn » en est presque à toucher le détroit de Drake marquant le continent antarctique. Le passage est étroit, les tempêtes  [...]
29 mai 2020 29/05/2020
Plus de passions
La voile aux Jeux Olympiques
Passion
La voile aux Jeux Olympiques
Histoire Inscrites au programme des premiers Jeux Olympiques de l’ère moderne à Athènes (1896), les compétitions de voile n’ont pu avoir lieu à cause d’une météo capricieuse conduisant à l’annulation des régates. Quatre ans plus tard, les plans d’eau de Meulan (Yvelines), au bord de la Seine, et du Havre accueillent les premières courses de yachting, la discipline ayant depuis toujours été présente au programme olympique, en dehors des Jeux de Saint-Louis, en 1904. Dans l’histoire des Jeux  [...]
21 juin 2018 21/06/2018
Plus de passions