News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
News
Voile olympique mode d’emploi
Passion
Voile olympique mode d’emploi
Voile olympique mode d’emploi
La voile olympique : supports et règles
Passion
Découvrez les supports et les règles de la voile aux JO...
La voile olympique : supports et règles
News
Compétition
Les français terminent la Semaine de Test Event à Aarhus en or et en bronze !

Cap sur le Japon pour l’équipe de France !

C’est à Enoshima, situé à 70 kilomètres dans le Sud-Ouest de la capitale du Japon, et sur le futur plan d’eau des Jeux de Tokyo 2020 que se déroule du 9 au 16 septembre la première manche de la Coupe du Monde 2018-2019.

Publication :

Par :

Cap sur le Japon pour l’équipe de France

 

L’équipe de France presque au grand complet retrouve l’élite internationale, et veut profiter de l’épreuve pour bien appréhender ce plan d’eau compliqué.

Dans le jargon de la compétition de haut niveau, cela s’appelle un « Test Event », soit une sorte de répétition grandeur nature des Jeux Olympiques sur le futur plan d’eau éponyme. Après quelques jours de vacances méritées, les dix-neuf membres de l’équipe de France sont au Japon pour la première épreuve des World Cup Series.

Pour
Guillaume Chiellino directeur de l’Equipe de France « cette épreuve marque la fin de la saison 2018 qui avait son point d’orgue à Aarhus aux championnats du monde. C’est important de faire de bons résultats ici à Enoshima pour marquer l’esprit de nos adversaires, notre territoire, et aussi apprendre de ce plan d’eau. Notre « cellule plan d’eau » est présente pour enregistrer toutes les informations disponibles. Nous ne sommes pas exactement aux dates des Jeux Olympiques mais les conditions météo sont assez proches de celles que nous pourrions avoir en août 2020. »

Les quatre médaillés lors des championnats du monde au Danemark cet été, Kevin Péponnet-Jérémie Mion (470), Mathieu Frei-Noé Delpech (49er), ainsi que Charline Picon et Louis Giard (RS :X), sont bien sûr présents plus motivés que jamais malgré la complexité des conditions. « C’est la première fois que je navigue sur ce plan d’eau. Pour le moment, ce qui ressort c’est cette houle. Ça complique les choses techniquement, surtout s’il n’y a pas beaucoup de vent. » explique non sans humour Charline Picon, championne olympique et vice-championne du monde 2018, tout comme Camille Lecointre, championne du monde et médaillée de bronze à Rio en 470, qui elle navigue avec Aloïse Retornaz. Pour Jérémie Mion, champion du monde 2018 de 470 à Aarhus avec Kévin Péponnet, « on ne va pas passer beaucoup de temps sur place avant les Jeux Olympiques donc il va falloir être efficace et concentré pendant toutes les navigations. Il peut y avoir des conditions très variées avec de la molle, de gros coups de vent impossibles à naviguer. Le lendemain il peut rester de la mer déchainée avec de la houle. Ça va être intéressant et ça se rapproche un peu des conditions de Rio. On ne sait pas à quelle sauce on va être mangés ! » L’équipe de France retrouve également Billy Besson et Marie Riou quadruples champions du monde de Nacra 17. Après une parenthèse de deux ans, Marie ayant disputé et gagné la Volvo Ocean Race sur Dongfeng pendant que Billy régatait beaucoup en multicoque notamment sur Diam 24, l’équipage repart avec un objectif : remporter l’or à Tokyo sur le nouveau Nacra 17 à foils. « On a quand même un goût d’inachevé, reconnaît Billy », car terriblement handicapé par une hernie discale lors des Jeux Olympiques de Rio. « Il manque quelque chose à notre histoire. Et je sais que Marie en garde une mauvaise impression. » « On part tardivement par rapport à la concurrence. Il va falloir mettre les bouchées doubles » dit Marie, qui n’est pas du style à lâcher. « Il va falloir être opportun, ne laisser traîner aucune occasion d’apprendre, et d’apprendre vite » ajoute Billy. Mais avec ces deux champions et une équipe de France en grande forme, qui a terminé première nation à Aarhus en nombre de médailles, il y a de quoi être plus que confiant.

 

L’équipe de France à Enoshima :

 

470 hommes : Kevin Péponnet et Jérémie Mion, Hyppolyte Machetti et Sidoine Dantes

470 femmes : Camille Lecointre et Aloïse Retornaz

Laser hommes : Jean-Baptiste Bernaz

Laser femmes : Mathilde de Kérangat

49er hommes : Mathieu Frei et Noé Delpech, Kevin Fisher-Guillou et Yann Jauvin

Finn hommes : Jonathan Lobert

Nacra 17 mixte : Billy Besson et Marie Riou

Windsurf RS : X hommes : Pierre Le Coq, Louis Giard

Windsurf RS : X femmes : Charline Picon, Lucie Belbeoch

 

Programme :

9 septembre : cérémonie d’ouverture

11 au 14 septembre : manches de qualification

15 et 16 septembre : Medal Race

 

Pour suivre l’épreuve : www.sailing.org/worldcup/Enoshima_2018.php

À découvrir également

10 questions sur les tours du monde en compétition
Passion
10 questions sur les tours du monde en compétition
1 – De quels tours du monde s’agit-il ? Trois événements ont marqué la course au large entre novembre 2016 et janvier 2017. Le plus médiatisé est le Vendée Globe, dont la ligne de départ et d’arrivée est située aux Sables d’Olonne, et qui vient de connaître sa 8e édition. Il s’agit d’un tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance à bord de monocoques de 18,28 mètres. Un autre monument de la course au large à la française est le  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Les champions olympiques français depuis 1972
Passion
Les champions olympiques français depuis 1972
1972 : Serge Maury, 40 ans après… 40 ans que la voile française attendait ça ! En remportant l’or en Finn lors des Jeux de Munich, Serge Maury succède à Jacques Lebrun, dernier champion olympique français en « yachting », en 1932 à Los Angeles. Sur le plan d’eau de Kiel, au nord de la République Fédérale Allemande, ce fils de tonnelier bordelais, sociétaire du Cercle de la Voile de Bordeaux Carcans Maubuisson, crée la surprise en s’imposant au nez et à la barbe des favoris. La  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Météo marine : de la dorsale au thalweg, les mots pour le dire !
Passion
Météo marine : de la dorsale au thalweg*, les mots pour le dire !
La météo marine a beau désormais être aussi omniprésente que fiable, grâce notamment à la précision des modèles européens et américains de prévision, elle répond à un certain nombre de termes techniques, qu’il est utile de connaître pour mieux appréhender le temps qu’il va faire, en mer et à terre. Explications. Pression barométrique : C’est le « poids » de l’atmosphère, soit la pression exercée par le mélange gazeux qui constitue l’atmosphère. La pression se mesure avec un baromètre  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions