News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
News

Vendée Globe : La dernière ligne droite

Après 74 jours de mer, le Mono Banque Populaire X continue sa progression vers les Sables-d’Olonne qu’il devra atteindre dans une quinzaine de jours. Alors que Clarisse - 12e au classement - doit affronter les affres du Pot-au-Noir, elle évoque les conditions du moment et revient sur la relation forte qu’elle a tissée avec son bateau et sur son plaisir, toujours aussi intense, de naviguer et de se rapprocher du but. Confidences d’une femme combative.

Publication :

Dernière modification :

Par :

Clarisse

 

 

Elle a passé la dernière marque symbolique de ce Vendée Globe. Dans la nuit de mercredi à jeudi, Clarisse Crémer a franchi l’équateur pour la deuxième fois depuis le début de la course. La navigatrice n’a plus qu’une transatlantique à effectuer avant de retrouver la terre ferme, soit un peu plus de 3 300 milles (6 200 km). Au programme des prochaines heures ? Le passage du Pot-au-Noir. « Si je dois prendre mon mal en patience, je le prendrai », assure Clarisse avec le sourire. Avant la dernière ligne droite, elle évoque à quel point ce tour du monde l’a transformée.   

Ses préoccupations du moment 

« Actuellement, je me bats avec mes aériens. J’en ai deux là-haut dans le mât que je ne peux pas utiliser car j’ai un problème de câblage. Et le troisième de secours, qui est à l’arrière du bateau, a pris l’eau et je tente de le faire sécher. La conséquence, c’est que je ne sais pas d’où vient le vent mais rien de grave, ça ne va pas perturber ma progression. Pour l’instant, même si le vent oscille bizarrement, le Pot-au-Noir est plutôt clément. »

Ce que représente 74 jours seule en mer

« Après deux mois et demi en mer, j’ai l’impression qu’il n’y a que l’océan qui existe. Je pense que je suis un peu chamboulée psychologiquement et en même temps, je sens que l’arrivée se rapproche de jour en jour. Là, je suis normalement à une quinzaine de jours des Sables d’Olonne. J’ai une partie de moi qui commence à se raccrocher à l’idée de redevenir terrienne. C’est pas mal d’émotions qui se mélangent même si je suis très fière et contente d’être arrivée jusqu’ici. »

L’impression d’avoir gagné mes galons de marin 

Ce qu’elle apprend au fil de l’eau

« Ce qui me fascine avec la course au large, c’est la richesse que cela offre en matière d’expérience. Plus on navigue, plus on s’améliore, plus on s’enrichit, plus on peut tirer des conclusions pour une prochaine fois. J’ai l’impression de m’améliorer de jour en jour. C’est un sport qui est une affaire constante de compromis et je pense avoir trouvé le bon rythme pour tenir dans la durée, préserver mon bateau et aller vite malgré tout. Ça me donne presque envie de repartir tout de suite sur un Vendée Globe avec Banque Populaire X pour naviguer différemment. J’ai enfin l’impression de connaitre mon bateau. Quand j’ai pris le départ, je le connaissais peu. Désormais, c’est mon meilleur ami. »

Ce que l’aventure a déjà changé

« J’ai en tête toutes les dates des passages mythiques : le premier passage de l’équateur, le Cap de Bonne Espérance, le Cap Leeuwin et bien sûr le Cap Horn. Quand on le vit, c’est une aventure unique, un autre monde, comme si on n’allait jamais revenir sur la terre. En devenant ‘cap-hornière’, j’ai l’impression d’avoir gagné mes galons de marin. C’est un instant dont je me souviendrai toute ma vie. »

Retrouver de la chaleur humaine 

Cette force mentale pour tenir

« Quand j’ai vécu des coups de moins bien psychologiquement, je n’ai jamais eu envie d’abandonner. À aucun moment cette sensation m’a traversé l’esprit. Dans ces moments-là, j’ai appris à éteindre mon cerveau, à continuer à avancer, à m’alimenter, à essayer de dormir. D’autre part, l’adrénaline aide à tenir. J’ai beaucoup appris sur moi, appris à me ménager et à maîtriser mes émotions. Et je reste convaincue en permanence qu’il y a toujours des jours meilleurs. »

Ce qui lui manque

« Bien entendu, ce sont ma famille, mon mari, mes amis, mes proches. Mon équipe aussi, le Team Banque Populaire : je n’oublie jamais que je suis arrivée ici grâce à eux. J’ai une grande envie de retrouver de la chaleur humaine. Je n’ai pas souffert de la solitude mais j’ai envie de partager des sourires. Et puis je ne peux pas cacher l’envie de retrouver des produits frais, une bonne douche qui dure des heures et un lit qui ne bouge pas ! »

 

Cliquez sur la cartographie pour suivre Clarisse sur le Vendée Globe 

Map

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux 

Facebook Voile Banque Populaire

Twitter @VoileBanquePop

Instagram  

 

À découvrir également