News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Passions

Banque Populaire VII, né pour gagner…

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Banque Populaire VII, né pour gagner…

Mis à l’eau en 2006, le trimaran Groupama 3, devenu par la suite Maxi Solo Banque Populaire VII puis IDEC Sport, a connu une riche histoire parsemée de records et de victoires, entre Trophée Jules Verne et Route du Rhum.

 

Le bel anniversaire ! Pour ses dix ans, Groupama 3, devenu Banque Populaire VII en 2013 puis IDEC Sport Racing, son dernier nom de baptême, en 2015, s’est offert un nouveau tour de la planète, bouclé dans un temps, record pour lui, de 47 jours 14 heures et 47 minutes. Un chrono qui reste insuffisant pour déposséder le Maxi Banque Populaire V du Trophée Jules Verne, conquis en 2012 par Loïck Peyron et ses équipiers en 45 jours 13 heures 42 minutes et 53 secondes. Cependant, cela en dit long sur le potentiel intact de ce trimaran, conçu et construit dix ans plus tôt dans l’objectif de justement s’emparer du Trophée, ce qu’il était parvenu à faire en mars 2010 quand il portait encore les couleurs de Groupama, avec à sa barre Franck Cammas, en 48 jours 7 heures 44 minutes et 52 secondes.

Ce bateau était un pari

Vincent Lauriot-Prévost, architecte


« Ce bateau était un pari, se souvient son architecte Vincent Lauriot-Prévost. Le détenteur du Trophée Jules Verne à l’époque était un catamaran de plus de 36 mètres de long (Orange 2), le pari était de se dire que nous n’allions pas suivre le mouvement de la longueur pour la performance, mais plutôt faire un bateau plus court, plus léger, plus maniable et plus sophistiqué. » Résultat : à sa mise à l’eau, Groupama 3 mesure 31,50 mètres et pèse 18 tonnes, soit 5 mètres et 12 tonnes de moins qu’Orange 2, et surtout dispose de tous les artifices (foils, trois safrans, mât basculant…) qui lui permettent de s’afficher d’entrée comme le bateau à voile le plus rapide de la planète. En témoignent les records battus en trois mois, en 2007, sur la Route de la Découverte, l’Atlantique nord et les 24 heures. Le Trophée Jules Verne lui résistera un peu plus longtemps : après deux tentatives infructueuses, Franck Cammas parvient en 2010 à s’en emparer, germe alors aussitôt en lui l’idée de s’attaquer la même année à la Route du Rhum… en solitaire.

 

Le défi, de traverser l’Atlantique seul sur un bateau conçu pour être mené par dix marins aguerris, paraît alors complètement fou, mais en adaptant le trimaran au challenge (mât réduit, allègement de deux tonnes, cadre de vélo installé dans le cockpit pour utiliser les jambes sur certaines manœuvres…), Franck Cammas relève le pari avec brio et remporte la Route du Rhum dans la nouvelle catégorie Ultime. Devenu le bateau de référence en solitaire, le bateau est racheté en 2013 par Banque Populaire avec l’objectif affiché de gagner de nouveau la transat en solitaire entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre, avec cette fois-ci Armel Le Cléac’h à la barre. « La stratégie de Banque Populaire est d’armer les bateaux les plus performants avec les skippers les plus talentueux dans les catégories les plus médiatiques. Donc après le Vendée Globe qui nous avait procuré d’énormes émotions, nous nous sommes dit qu’il fallait être sur la Route du Rhum dans la catégorie des maxi-multicoques », explique Thierry Bouvard, Responsable des programmes éditoriaux et du sponsoring.

Armel Le Cléac’h réussit des débuts remarqués, se soldant par deux premiers records en solitaire

 


A la barre de son nouveau trimaran, rebaptisé Maxi Solo Banque Populaire VII, Armel Le Cléac’h réussit des débuts remarqués, se soldant par deux premiers records en solitaire : celui de la Méditerranée (Marseille-Carthage en 18 heures 58 minutes et 13 secondes) puis celui de la Route de la Découverte (Cadix-San Salvador, aux Bahamas, en 6 jours 23 heures 42 minutes et 18 secondes), de quoi aborder en pleine confiance la préparation de la Route du Rhum. La malchance s’en mêle malheureusement sous la forme d’une blessure à la main qui le contraint à renoncer. Loïck Peyron prend le relais et remporte magistralement la Route du Rhum le 10 novembre 2014, avec à la clé le record absolu de l’épreuve en 7 jours 15 heures 8 minutes et 32 secondes. Cette domination confirmée en solitaire du plan VPLP alors âgé de huit ans et demi suscite des vocations, poussant Macif, puis Banque Populaire, à lancer la construction de nouvelles machines destinées à franchir un nouveau palier en matière de navigation en solitaire au large.

 

Le trimaran change alors de main, racheté en 2015 par IDEC qui le rebaptise IDEC Sport et lui offre un retour aux sources sous la forme d’une nouvelle tentative sur le Trophée Jules-Verne, bouclée, on l’a vu, en un peu plus de 47 jours. Avec à sa barre Francis Joyon, réputé pour savoir exploiter au maximum le potentiel de ses bateaux, ce trimaran bien né, polyvalent et marin, a attaqué en beauté une « troisième vie » loin d’être finie…

 

Maxi solo BP VII 2013 1ère nav_Copyright Y.Zedda

Portraits

Loïck Peyron
Loïck Peyron

  Date de naissance : 1er décembre 1959 Une couleur : bleu-vert Un livre : un atlas Un film : « Le cave se rebiffe » de Gilles Grangier Il est aujourd’hui le marin français le plus connu, et l’un des plus titrés de la planète. Ayant à son actif 4 tours du monde, 49 traversées de l’atlantique dont 18 en solitaire, des centaines de milliers de milles sur tous les bateaux, et les plus grandes victoires. C’est également un communicant hors-pair, aussi brillant

En savoir plus
Armel Le Cléac'h
Armel Le Cléac'h

Né le 11 mai 1977 à Saint-Pol-de-Léon Vit à Gouesnac’h (Finistère) Marié, deux enfants Club : CN Saint-Pol

En savoir plus
Plus de portraits

Chaînes

chaine MAXI SOLO BANQUE POPULAIRE VII
Plus de chaînes

À découvrir également

La vie à bord
Passion
La vie à bord
Ce n’est pas du superflu. Quand un marin part en mer, il doit prendre soin de lui. Il en dépend de sa bonne condition physique pour mener sa monture au maximum de son potentiel. L’hygiène, le sommeil, l’alimentation ont autant d’importance que les bons réglages et le matériel à bord. Sans skipper en forme, pas de compétition ! Armel Le Cléac’h en sait quelque chose : « Quand le physique va, tout va ».  [...]
6 novembre 2018 06/11/18
Plus de passions
New York : lieu incontournable de la voile
Passion
New York : lieu incontournable de la voile
Ville emblématique à bien des égards, New York fait aussi parler d’elle en accueillant certaines des compétitions de voile les plus prestigieuses. Arrivée de The Transat bakerly, une épreuve remportée par Armel Le Cléac’h, retour des bateaux de l’America’s Cup après 96 ans d’absence, départ d’une nouvelle course en IMOCA (la transat en solitaire New York/Vendée), tentative de record de l’Atlantique nord entre New-York et le Cap Lizard, en Angleterre, et la mythique « skyline »  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Navigation dans des lieux d'exceptions
Passion
Navigation dans des lieux d'exceptions
Lorsque l’on pense aux vacances en bateau durant l’hiver, viennent immanquablement les tropiques, les îles et leurs mouillages paradisiaques, les plages de sable blanc, les cocotiers et l’eau turquoise à 28 degrés. Mais il y a aussi d’autres alternatives et des lieux envoûtants proches comme Venise… et beaucoup plus lointains durant l’été austral, telles la Nouvelle-Zélande ou encore la Terre de Feu, pour s’offrir une navigation à proximité du célèbre cap Horn. Les Antilles. C’est clairement  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions