News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Passions

La gestion du stress, par Armel Le Cléac'h

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

La gestion du stress, par Armel Le Cléac'h

Vainqueur du Vendée Globe 2016-2017, Armel Le Cléac’h a démontré une remarquable capacité à résister à la pression et à gérer avec sang-froid toutes les situations, y compris les plus compliquées mentalement. Quelques semaines après son arrivée, Armel explique comment il parvient à réguler le stress, condition sine qua non pour briller en course au large…


Travailler en amont pour réduire la part d’inconnu et donc le stress

Armel Le Cléac’h : « Je n’ai pas de coach mental. Je travaille plutôt sur le fait de mettre en place une préparation la plus complète possible en amont des courses, qu’il s’agisse de transatlantiques ou de tours du monde.

Préparation technique, physique, mentale, météo, gestion des rendez-vous avant le départ… L’idée est de remplir les objectifs les uns après les autres avec mon équipe, dans un timing précis.

J’établis une routine, j’aime quand tout est bien en place. Cela permet de me mettre en orbite le jour du départ. Je peux partir sereinement, en ayant le sentiment d’avoir fait les choix les plus opportuns.
 »

« L’enjeu en mer : être le moins surpris possible »

« Du point de vue de la navigation pure, j’essaye de connaître le bateau le mieux possible avant de partir.

Il faut avoir vécu le maximum de situations pour pouvoir réagir rapidement et en ayant confiance une fois en compétition. D’où l’importance de parcourir un maximum de milles avant de partir en course.

Il faut acquérir des automatismes pour les manœuvres, les changements de voiles mais aussi savoir gérer les conditions météo les plus compliquées où le bateau est malmené.

 

J’avais des repères à bord, je savais que mon bateau était performant.

Armel Le Cléac'h


L’enjeu en mer est d’être le moins surpris possible. C’est quand on se sent dépassé par les événements ou la machine qu’on peut commencer à faire des bêtises ou à mal réagir. Cela peut devenir très stressant et générer de la peur.

Pour le dernier Vendée Globe, j’ai par exemple bouclé trois transatlantiques, en rencontrant des conditions de vent et de mer très variées. Cela m’a permis de réduire la part d’inconnu. Une fois engagé dans le tour du monde, j’avais confiance dans le bateau, je pouvais bien réagir. Je me posais moins de questions… J’avais des repères à bord, je savais que mon bateau était performant.
 »

De l’importance de s’accorder des moments de détente une fois en course…

« J’embarque des podcasts d’émissions de radio, de la musique, qui me permettent de mieux gérer mon calme. Cela permet de se détendre dans les moments plus calmes et de se couper de l’ambiance à bord.
 

Le stress est permanent à bord. Nous faisons corps avec le bateau en permanence

Armel Le Cléac'h


Il faut savoir s’aérer les neurones, être capable de couper, au moment du repas par exemple, ou quand tout est sous contrôle… Le stress est permanent à bord. Nous faisons corps avec le bateau en permanence. On est à son écoute, concentré sur le moindre bruit, sur les réglages, la vitesse, la météo.

Il est impossible de tenir 74 jours d’affilée non-stop, sans moments de repos et de détente. Savoir s’évader, dans des moments choisis, permet de faire les bons choix dans les heures et les jours qui suivent.
 »

Le Vendée Globe 2016-2017 : un scénario stressant.

« Dans le dernier Vendée Globe, j’ai connu des phases plus ou moins stressantes.

Lors de la descente de l’Atlantique, jusqu’au Cap-Vert, tout se passait pour le mieux. J’étais en tête, bien dans le match. Cela m’a permis de me mettre en confiance. Puis Alex (Thomson) a pris la tête de course, il a été très rapide. Il a fallu s’accrocher au rythme élevé qu’il imprimait.

Dans l’océan Indien il y a eu un mano a mano entre nous deux, jusqu’au cap Leeuwin. C’était intéressant d’avoir un bateau auquel se comparer en vitesse, pour maintenir la pression, ne pas s’endormir.

Puis je me suis échappé dans le Pacifique. J’ai franchi le cap Horn avec 800 milles et deux jours d’avance sur Alex. A ce moment-là, la pression vient moins de l’adversaire que de soi-même, de sa façon de gérer sa navigation.

 

Dans ma tête je commençais à me dire qu’il ne serait pas possible de terminer 2e du Vendée Globe une troisième fois de suite.

Armel Le Cléac'h


La remontée de l’Atlantique a été le moment le plus difficile  mentalement : un vrai chemin de croix, avec une météo très défavorable pour moi.
Tout s’est mal enchaîné et Alex (Thomson) est revenu très fort (jusqu’à 28 milles dans le tableau arrière d’Armel, NDLR). La météo ne m’a jamais permis de souffler. A chaque fois qu’un système était défavorable, je prenais un coup sur la tête. Cela rajoutait de la pression, qui plus est en fin de course avec la fatigue qui s’était accumulée.

Je pouvais entrevoir la victoire mais je me disais que ça allait être difficile jusqu’au bout. Dans ma tête je commençais à me dire qu’il ne serait pas possible de terminer 2e du Vendée Globe une troisième fois de suite.

Je n’ai rien lâché, je ne voulais pas avoir le moindre regret.
 Comme dans les derniers kilomètres d’un marathon, il fallait tenir jusqu’à l’arrivée… L’expérience des courses passées a servi à tenir cette pression. Le soutien des gens qui me suivaient à terre a également été très important. »

Quand la pression retombe…

« Autant de pression, ça use le mental, c’est dur pour les nerfs. Gagner enfin le Vendée Globe a été un immense soulagement.

Dès mon arrivée, j’ai répondu à de très nombreuses sollicitations médiatiques, je n’ai pas pris le temps de me reposer. Avec la fatigue accumulée, je suis tombé malade après que la pression de la course soit retombée…

Après coup, je suis content d’avoir vécu et surmonté cette expérience stressante qui me servira dans le futur.
 »

Portraits

Armel Le Cléac'h
En savoir plus
Plus de portraits

Chaînes

chaine Vendée Globe 2016-2017
Plus de chaînes

À découvrir également

La saga Banque Populaire V
Passion
La saga Banque Populaire V
Annoncé fin 2006, le projet du Maxi Banque Populaire V aura duré jusqu’en 2013, date de la vente du bateau, un an après le Trophée Jules-Verne victorieux de l’équipage mené par Loïck Peyron. De sa conception à sa cession, Ronan Lucas, directeur du Team Banque Populaire et navigant sur le Maxi BP V, revient sur cette saga. Le lancement du projet (fin 2005) « Depuis l’édition de The Race en 2000, l’idée de construire un grand multicoque germait dans les esprits chez Banque Populaire.  [...]
21 juin 2018 21/06/2018
Plus de passions
Pôle Finistère Course au large : l’élite et l’excellence
Passion
Pôle Finistère Course au large : l’élite et l’excellence
Depuis plus de vingt ans, ce centre d’entraînement basé à Port-la-Forêt dans le Finistère, a vu plusieurs générations de régatiers faire leurs armes avant de briller au plus haut niveau. On y rentre sur dossier, parfois sur concours, dans un seul but, celui de se confronter à l’élite, et gagner les plus grandes courses que sont le Vendée Globe, la Solitaire Urgo-Le Figaro, la Route du Rhum…. La légende prétend que le Pôle Finistère Course au large, est né fin des années 80 dans un bistrot. Il  [...]
21 juin 2018 21/06/2018
Plus de passions
La Mini Transat a 40 ans
Passion
La Mini Transat a 40 ans
Depuis 1977, toutes les années impaires au moment de l’automne, près de mille marins anonymes ou futurs grands de la course au large ont disputé la Mini Transat en solitaire sur des bateaux de seulement 6,50 mètres. Preuve de son incroyable succès, ils sont encore 81 skippers de dix nations, dont dix femmes, pour cette 21ème édition de la Mini Transat - La Boulangère partira le 1er octobre de La Rochelle, cap sur les Canaries puis la Martinique. Désireux de prendre à contre-pied les  [...]
21 juin 2018 21/06/2018
Plus de passions