News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Passions

Le Pot au Noir

C’est l’une des zones les plus redoutées des marins qui traversent l’Atlantique sur un axe Nord-Sud, ou tentent de boucler un tour du monde. Le Pot au Noir, aussi appelé « Zone de Convergence Inter Tropicale » (ZCIT), est marqué par une grande instabilité météorologique. Les grains violents peuvent succéder aux grands calmes. Sa traversée comporte une part d’aléatoire, ce qui peut créer de gros écarts. Explications.

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Pot au Noir

 

A l’occasion du Vendée Globe ou de grandes courses transatlantiques comme la Transat Jacques Vabre, le public entend souvent parler du « Pot au Noir ». Les marins, eux, ont tous appris à connaître cette zone bien en amont des épreuves, à la travailler, à la redouter… Sur le Vendée Globe, il faut traverser le Pot au Noir deux fois, à l’aller et au retour. On ne compte plus les vidéos et témoignages de skippers s’arrachant les cheveux sur ce tronçon du parcours.

Une zone tampon entre deux régimes d’alizés

Le Pot au Noir forme comme une « ceinture » de part et d'autre de l'équateur. Il s’agit d’une zone tampon entre les deux régimes d'alizés : ceux de l'hémisphère Nord qui viennent du Nord-Est et ceux de l'hémisphère Sud qui viennent du Sud-Est. La rencontre de ces deux flux se traduit par une forte instabilité orageuse. Le Pot au Noir s’étend, pour sa partie Atlantique, de la pointe du Brésil aux côtes africaines, entre les latitudes 3° et 8° Nord. Statistiquement, la « porte » pour changer d’hémisphère météo se situe entre le 25° et le 30°W. Globalement, le Pot au Noir est plus actif quand les alizés sont forts, et plus étendu lorsque la température de l’eau est élevée.

Chaleur suffocante, humidité, orages violents, calmes plats, mer chaotique…

Dans le Pot au Noir, la température de la mer oscille entre 27 et 29 degrés et celle de l’air entre 35 et 40 degrés. Le taux d’humidité est très fort et la couverture nuageuse imposante. Les vents sont extrêmement variables (en force et en direction) et ces changements sont très difficiles, voire impossibles, à anticiper. Les navigateurs subissent une alternance de calmes et de grains violents. Pour ne rien arranger, la mer est souvent chaotique. Mis bout à bout, tous ces éléments rendent la zone peu accueillante et redoutée des marins. On peut rester, des heures, encalminé dans 0 nœud de vent, pendant qu’un concurrent tout proche bénéficie d’un grain lui permettant de filer à bonne vitesse. Rageant.


Armel Le Cléac’h : « Le Pot au Noir réserve des surprises, la méfiance est de mise »

La traversée du Pot au Noir se travaille en amont mais il faut aussi faire preuve d’intuition et d’adaptation. Si tous les outils actuels (comme les photos satellites) permettent de mieux l’appréhender, il reste toutefois une part d’aléatoire. « Le Pot au Noir réserve parfois des surprises mais tous le savent : c’est une zone que l’on a l’habitude de traverser pendant les transatlantiques. La méfiance est donc de mise afin de ne pas se faire piéger », explique Armel Le Cléac’h, qui connaît très bien les enjeux de la zone, pour l’avoir traversée à de nombreuses reprises. Tous les marins, même les plus expérimentés, n’abordent jamais le Pot au Noir avec sérénité.
 

Transat Jacques Vabre 2019

À découvrir également

Pen Duick II dans la Transat Anglaise : 1964 et 2016
Passion
Pen Duick II dans la Transat Anglaise : 1964 et 2016
En inscrivant son nom au panthéon de la Transat anglaise, Eric Tabarly a inspiré durant des décennies toute une génération de marins. Sa victoire sans partage fut pour la plaisance encore balbutiante un formidable accélérateur ouvrant sa pratique au plus grand nombre. Eric s’est engagé à la dure, dormant l’hiver la fenêtre ouverte à l’Ecole Navale, pour s’entrainer à résister au froid et à l’humidité En ce 23 mai 1964, des milliers de britanniques se sont massés sur le Hoe,  [...]
21 juin 2018 21/06/2018
Plus de passions
Vendée Globe… là où tout a commencé
Passion
Vendée Globe… là où tout a commencé
Cela a germé lors du BOC Challenge, la course autour du monde en solitaire et en quatre étapes, remportée à deux reprises par Philippe Jeantot en 1983 puis 1987. Pourquoi ne pas organiser un tour du monde, toujours par les trois caps, mais cette fois sans escale ni assistance ? L’idée lancée par Titouan Lamazou séduit immédiatement nombre de coureurs. Et Philippe Jeantot, soutenu par le département de la Vendée et son président Philippe de Villiers, crée alors, en 1989, le Vendée Globe Challenge,  [...]
21 juin 2018 21/06/2018
Plus de passions
Banque Populaire, armateur historique, s’aligne pour la 7e fois sur la Route du Rhum
Passion
Banque Populaire, armateur historique, s’aligne pour la 7e fois sur la Route du Rhum
La Route du Rhum fait office de fil rouge dans l’histoire de Banque Populaire dans la voile. Depuis près de 30 ans, d’édition en édition, d’exploits en péripéties, un lien très fort s’est tissé entre la Banque de la Voile et la mythique transatlantique.  [...]
25 février 2021 25/02/2021
Plus de passions