News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Passions

Partir une année en mer… en famille

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Partir une année en mer… en famille

Damien et Laure sont en pleine préparation de leur voyage en bateau avec leurs deux enfants, Line, 7 ans, et Milo, 5 ans. Bientôt, ils quitteront Port-Camargue, cap sur l’arc antillais via le cap Vert. Mais en attendant, la liste des choses à faire ressemble à un inventaire à la Prévert car leur bateau acheté d’occasion, un Feeling 416, n’est plus tout jeune. L’aventure a déjà commencé, le compte à rebours est lancé !

 

Larguer les amarres pour aller voir du pays relevait jusqu’alors du rêve

 

« Nous partons parce que c’est le bon moment ! Les enfants ont le bon âge, et professionnellement cela tombe bien pour prendre une année sabbatique », sourit Damien. Pour ce couple de parisiens, amoureux de la mer et des embruns, larguer les amarres pour aller voir du pays relevait jusqu’alors du rêve. Jusqu’à ce qu’ils se marient, il y a quelques mois… « Grâce à nos familles et amis, nous avons eux eu un peu d’argent. Nous nous sommes dit que plutôt que de partir faire un voyage, cela nous donnerait le coup de pouce pour vivre un an en mer », ajoute Laure. De retour de vacances, la décision est prise : la petite famille partira sur un bateau un an en voyage de noces !

 

L’angoisse d’être prêt pour le grand départ…


Les enfants ont été prévenus une fois le bateau acheté et une grande carte a été dessinée sur la baie vitrée du salon. Ainsi, l’océan Atlantique, les îles portugaises et africaines, les Caraïbes jusqu’à Cuba deviennent presque concrets. Livres d’images à l’appui, les histoires racontées dans le lit avant se s’endormir permettent aux petits de se préparer psychologiquement à l’aventure. « Pour notre part, nous dormons moins bien ! Ce n’est pas la vie en mer qui nous fait peur. C’est la quantité de petites choses à faire », confie Damien. Vieux de 25 ans, le Feeling 416 rebaptisé Lolito doit être remis en ordre de marche pour une vie à bord sécurisée et confortable : changer le gréement, le moteur, réparer les hublots, ajouter une charge d’électricité plus importante… De l’huile de coude, il en faut, mais le couple aime ce genre de défi, ils ont bien reconstruit leur maison à Saint-Ouen (93) alors qu’elle était en ruine !

 

Laure, Damien et Lolito

 

Organiser, mais laisser une grosse part aux envies et aux imprévus


L’expérience maritime au grand large demeure limitée pour Laure et Damien. Ils ont donc convoyé tous les deux Lolito à plusieurs reprises. Des milles parcourus riches en enseignements : « Entre Marseille et Fréjus, nous avons rencontrés 35 nœuds de vent, il faisait un froid glacial, la mer était blanche, ça tabassait. Un baptême du feu qui nous a permis de démystifier les conditions dures », raconte Damien. La petite famille démarrera son périple en Méditerranée avant de faire escale à Rabat au Maroc, au Sénégal, puis au Cap Vert, avant le grand plongeon de la traversée de l’Atlantique, et enfin Cuba comme destination finale avant de repartir dans l’autre sens. « Les assurances nous imposent des dates de départ et de retour. Nous n’avons pas le droit de traverser l’Atlantique avant le mois novembre pour éviter les cyclones aux Antilles, et nous devrons dégager de là-bas avant le 31 mai », explique Laure, « une période finalement assez courte si l’on veut se poser et profiter des rencontres locales. Notre objectif n’est pas de traverser l’Atlantique à tout prix, mais plutôt le voyage en famille, les modes de vies différents. Le programme n’est pas du tout défini, et le conseil que l’on nous donne est : prenez votre temps ! ».

Un rêve qui se concrétise, une aventure qui commence, une parenthèse dans le quotidien… Pour Laure et Damien, un projet de vie…

 

Vous pouvez suivre Damien, Laure, Line et Milo sur leur page Facebook ou leur blog !
 

News

Armel double son avance en 24h

Depuis 24h, le skipper du Mono Banque Populaire VIII navigue en moyenne 3 nœuds plus vite que son principal concurrent, Alex Thomson (Hugo Boss) ce qui lui permet de doubler son avance. Au dernier pointage de 9h, Armel comptait 191,9 milles d’avance sur le Gallois. Après un Pot au noir difficile, Armel bénéficie d’un flux d’Est d’une quinzaine de nœuds qui devrait le mener jusqu’au Açores. Autrement dit, les prochaines 48 heures devraient se résumer à une course de vitesse entre les deux leaders.

En savoir plus
Plus de news

À découvrir également

Un voilier innovant typé pour le Vendée Globe
Passion
Un voilier innovant typé pour le Vendée Globe
Qu’est ce qui ralentit un bateau à voile ? Les frottements avec l’eau. Cette évidence nous échappe souvent car nous considérons, avec raison, que la nature d’un bateau consiste à s’accommoder comme il le peut de l’élément liquide. Mais pour les navigateurs de course au large, cette équation ne saurait suffire. Ils sont donc nombreux à s’interroger, depuis plusieurs décennies, et à réfléchir aux moyens de soulager la coque de leur navire pour, au pire, surfer au ras des flots, et au mieux, échapper  [...]
21 juin 2018 21/06/2018
Plus de passions
VPLP Design : Une belle histoire d’entreprise au succès planétaire et légendaire !
Passion
VPLP Design : Une belle histoire d’entreprise au succès planétaire et légendaire !
Depuis bientôt 35 ans, le cabinet d’architecture VPLP Design, dont le nom est tout simplement issu des initiales de Marc Van Peteghem et Vincent Lauriot Prévost, trône sur toutes les mers du monde, que ce soit en course ou en croisière, sur une deux ou trois coques. On retrouve naturellement la signature VPLP sur les trimarans Banque Populaire V et IX, les deux architectes travaillant main dans la main avec le Team Banque Populaire depuis de longues années. Cette « success story » entrepreneuriale  [...]
21 juin 2018 21/06/2018
Plus de passions
Mondial 2013 49ER et49ERFX à Marseille
Passion
Marseille, port olympique
Du 26 juillet au 11 août 2024, la cité phocéenne accueillera les épreuves de voile olympique ; une première depuis un siècle où la voile se disputait alors sur la Seine à Meulan près de Paris lors des JO de 1924. Il se dit que les Marseillais, si amoureux de leur ville, déclarent posséder « la plus belle rade du monde », on ne peut pas leur donner tort. Ce n’est pas surprenant si le CIO (Comité International Olympique) a choisi ce site exceptionnel face à de solides candidats tels  [...]
21 juin 2018 21/06/2018
Plus de passions