News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Passions

Pen Duick II dans la Transat Anglaise : 1964 et 2016

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Pen Duick II dans la Transat Anglaise : 1964 et 2016

En inscrivant son nom au panthéon de la Transat anglaise, Eric Tabarly a inspiré durant des décennies toute une génération de marins. Sa victoire sans partage fut pour la plaisance encore balbutiante un formidable accélérateur ouvrant sa pratique au plus grand nombre.

 

Eric s’est engagé à la dure, dormant l’hiver la fenêtre ouverte à l’Ecole Navale, pour s’entrainer à résister au froid et à l’humidité

 

En ce 23 mai 1964, des milliers de britanniques se sont massés sur le Hoe, la grande esplanade qui domine le port de Plymouth, tandis que sur l’eau, des centaines de bateaux se préparent à accompagner la flotte des quinze solitaires engagés dans la deuxième édition de l’OSTAR (Observer Single Handed Transatlantic Race), la Transat anglaise en solitaire patronnée par l’hebdomadaire Observer. La première édition de cette course avait eu lieu quatre ans plus tôt. Le 11 juin 1960, c’est en toute discrétion que quatre bateaux avaient franchi la ligne de départ mouillée en baie de Plymouth par le Royal Western Yacht Club. Mais en quatre ans, il faut se rendre à l’évidence, la Transat anglaise dont l’arrivée est désormais fixée à Newport, a changé de visage. Par le nombre des engagés, mais surtout par et grâce à la présence d’un jeune lieutenant de vaisseau français de 33 ans encore inconnu du grand public, Eric Tabarly. Déjà quelques jours avant le départ, en franchissant l’écluse du bassin de Millbay Dock, son ketch noir, Pen Duick II avait fait sensation, attisant la curiosité des concurrents. Principalement celle du vainqueur de l’édition précédente, le britannique Francis Chichester engagé une nouvelle fois sur Gipsy Moth III, un solide sloop en acajou de 12 mètres de long. Point de longs discours pour juger de leur différence. Tout les sépare. Gipsy Moth III évoque par sa silhouette un confortable voilier de croisière. A contrario, Pen Duick II, construit en contreplaqué, gréé en ketch, est une machine de course conçue pour affronter les vents contraires de l’Alantique nord. Pour preuve, malgré ses 13,60 m de long, sa coque ne pèse que 6500 kg contre 13 000 kg pour Gipsy Moth III. De plus, comme il le fera durant sa carrière pour tous les Pen Duick, Eric Tabarly en collaboration avec le constructeur trinitain Gilles Costantini, a imaginé le Pen Duick II spécialement pour la navigation en solitaire. Le gréement de ketch ne doit rien au hasard. Il permet d’utiliser des voiles de petite dimension facilement manœuvrables dans le mauvais temps par un solitaire. A titre d’exemple, le plus grand des génois ne dépasse pas les 30 m². Par ailleurs, Eric a imaginé pour Pen Duick II des équipements dédiés au solitaire. Il a récupéré sur un ancien avion Lancaster une bulle à fixer sur le rouf afin de faire la veille, surveiller les voiles, tout en restant au sec. Mieux encore, c’est une girouette automatique d’un nouveau type qui est accrochée sur le tableau arrière. Elle aussi contraste avec le régulateur d’allure installé par Chichester que l’on peut comparer à une petite voile. 

 

 

Chichester et Tabarly trinquent 11-1964_copyright archives Rubinstein

Chichester et Tabarly qui trinquent  en 1964.

 

Favori, Eric Tabarly au départ de l’OSTAR ? Dans le clan britannique, bien difficile de répondre. Mais chez les rares journalistes français qui ont fait le voyage jusqu’à Plymouth, dont Jean Paul Aymon, envoyé spécial à France Soir, on y croit. D’autant qu’Eric s’est engagé à la dure, dormant l’hiver la fenêtre ouverte à l’Ecole Navale, pour s’entrainer à résister au froid et à l’humidité.

Abandonner est étranger à sa culture

 

En ce 23 mai 1964, c’est une brise de demoiselle qui souffle sur la baie de Plymouth. N’empêche ! A la stupeur générale, tous les regards se portent sur le numéro 14, le ketch noir d’Eric, qui vient d’envoyer son spi rouge et noir de 82 m². Banal aujourd’hui, mais une première dans l’histoire des courses en solitaire. Qu’importe si dans le clapot, le spi a du mal à porter, Pen Duick II s’envole inexorablement. Même les trois multicoques engagés dans l’épreuve, deux catamarans et un trimaran qui font ici leur première apparition sont distancés.  C’est tout naturellement qu’Eric choisit la route la plus courte, l’orthodromie, pour rallier Plymouth à Newport qu’il atteint au terme d’une traversée de 27 jours 3 heures et 56 minutes. Des nouvelles, Eric n’en donnera jamais, affichant déjà une aversion légendaire pour tout ce qui touche au moteur et à la radio. Son sens marin, sa faculté à affronter l’adversité, il va les démontrer lors de l’avarie de son pilote automatique au terme d’une semaine de course. Abandonner est étranger à sa culture. « Je pense à la tête que je ferai quand je rentrerai en France et que je raconterai mes malheurs à tous ceux qui m’ont encouragé et aidé. Il faut donc essayer à tout prix de terminer le parcours. Renoncer à une compétition sous prétexte que l’on perd espoir d’être premier n’est pas conforme à l’esprit du sport. » écrit-il dans son livre Victoire en solitaire  rédigé après la course.

 

Aujourd’hui, 52 ans plus tard, c’est ce livre mythique qu’embarque Loïck Peyron à bord de Pen Duick II en prenant le 2 mai, le départ de The Transat Bakerly. Comme Eric, il va naviguer au sextant. Et toujours dans le sillage de l’homme qu’il considère comme son maître au même titre que Mike Birch, il a équipé Pen Duick II d’un régulateur d’allure. « En prenant le départ hors course de la Transat, je souhaite rendre hommage aux marins qui m’ont font rêver. » dira-t-il avant de quitter Lorient. C’est dire que dans la tête du triple vainqueur de la Transat anglaise, du dernier vainqueur de la Route du Rhum sur le Maxi Trimaran Banque Populaire VII, participer à la Transat anglaise, la plus mythique et la plus ancienne des courses en solitaire, ne relève pas du défi. Seulement d’une parenthèse chez ce marin à l’insolent talent qui fêtera à New-York, sa 50ème traversée de l’Atlantique. Respect !

 

Crédit photos : Archives Bernard Rubinstein

Portraits

Loïck Peyron
Loïck Peyron

  Date de naissance : 1er décembre 1959 Une couleur : bleu-vert Un livre : un atlas Un film : « Le cave se rebiffe » de Gilles Grangier Il est aujourd’hui le marin français le plus connu, et l’un des plus titrés de la planète. Ayant à son actif 4 tours du monde, 49 traversées de l’atlantique dont 18 en solitaire, des centaines de milliers de milles sur tous les bateaux, et les plus grandes victoires. C’est également un communicant hors-pair, aussi brillant

En savoir plus
Eric Tabarly
Eric Tabarly

Eric Tabarly est né le 24 juillet 1931 à Nantes. Il découvre la voile à l'âge de 3 ans à bord d'Annie, le bateau familial. En 1938, Guy Tabarly, son père, achète le célèbre Pen Duick, un cotre en bois de 15 mètres, qui donnera leur nom aux bateaux les plus prestigieux de la carrière d'Eric.  Double vainqueur de la Transat en Solitaire 1964 et 1976, Champion du R.O.R.C (Angleterre) en 1967 et premier au Fastnet (première victoire française dans cette épreuve), vainqueur de la Transpacifique en

En savoir plus
Francis Chichester
Francis Chichester

Sir Francis Chichester découvre la voile à seulement 49 ans, avant de remporter dix ans plus tard la première édition de l’Ostar en juillet 1960. Le Britannique, fort d’une longue expérience en aviation, la transpose à la navigation avec brio. Survivant à un premier cancer, Francis Chichester passe la seconde partie de sa vie à courir les mers en solitaire, ouvrant la voie aux circumnavigations et autres records de l’ère moderne. Il reste comme l’un des plus grands navigateurs du XXème siècle.   Né

En savoir plus
Plus de portraits

News

Julien d'Ortoli & Noé Delpech : Une journée idéale

Ce lundi aurait dû être marqué par le dénouement des Medal Races de Laser et Laser Radial, mais le vent en a décidé autrement. Les deux courses aux médailles seront finalement lancées aujourd'hui, mardi. Jean-Baptiste Bernaz devra encore patienter avant de pouvoir défendre les couleurs françaises. Les Nacra 17 et notamment Billy Besson & Marie Riou (actuellement 7e du classement), joueront aussi leur Medal Race. Mathématiquement, tout est encore possible pour le duo mixte, 4 fois Champion du monde, même si le challenge sera de taille.

En savoir plus
Plus de news

Albums

Association Eric Tabarly
Association Eric Tabarly

Retrouvez tous les bateaux de légende de l'association Eric Tabarly...

En savoir plus
Plus d'albums

Chaînes

chaine Pen Duick
Plus de chaînes

À découvrir également

Des rencontres maritimes parfois surprenantes…
Passion
Des rencontres maritimes parfois surprenantes…
Bien souvent, les histoires de mer sont liées à des rencontres. Les skippers, une fois le pied posé à terre de l’autre côté de l’océan Atlantique, aiment se remémorer le ballet des dauphins, la visite surprise d’une baleine, l’oiseau qui a suspendu son vol et élu domicile sur le bateau pour reprendre des forces… Que le marin soit en course ou en croisière, il vit avec bonheur, parfois teinté d’une pointe d’adrénaline, ces visites impromptues de la faune océanique. Dauphins, baleines, poissons  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Kite-surf : le Team Banque Populaire dans le vent !
Passion
Kite-surf : le Team Banque Populaire dans le vent !
Entre ciel et mer, à la fois aérien et marin, ce sport de glisse connaît de nombreux aficionados à la recherche des meilleurs spots pour s’adonner au Freeride, Freestyle ou Waveriding. Ils sont trois garçons dans le vent au sein du Team Banque Populaire accros au kite-surf : Sébastien Duclos, directeur adjoint du Team, Kevin Escoffier, responsable du bureau d’études et Yann Courtois, responsable gréement et sécurité. Ce dernier, féru de kite depuis 15 ans, donne ici quelques conseils à tout  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Le récit du Vendée Globe d'Armel Le Cléac'h
Passion
Le récit du Vendée Globe d'Armel Le Cléac'h
Le compte à rebours est désormais lancé, et le bateau parfaitement prêt. Armel Le Cléac’h prépare seul son « package » contenant ses effets personnels et vêtements de mer... Cartésien de nature, méticuleux, consciencieux, fort de l’expérience de deux tours du monde, le marin sait combien les petits détails vestimentaires peuvent faire la différence dans un sens comme dans l’autre. Le bateau, cette fois en configuration « tour du monde », met le cap sur les Sables d’Olonne. 15  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions