News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Passions
Leeuwin
Passion
Vers le Pacifique
Cap Leeuwin
Kerguelen
Passion
Territoire des Terres australes et antarctiques françaises
Les îles Kerguelen
Cap de Bonne Espérance
Passion
Vendée Globe
Le Cap de Bonne-Espérance

Quarantièmes rugissants et cinquantièmes hurlants

Ce sont des contrées aussi magnifiques et fascinantes que mystiques et terrifiantes. Dans les mers du Sud (océans Indien et Pacifique), les marins du Vendée Globe naviguent dans les « quarantièmes rugissants » puis dans les « cinquantièmes hurlants ». Les conditions de vent et de mer y sont très rudes, le froid glacial, la solitude extrême. Pour éviter au maximum le risque de croiser des icebergs, la direction de course du Vendée Globe a mis en place une Zone d’Exclusion Antarctique (ZEA). Explications.

Publication :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

40 50

 

« Sous 40 degrés, il n’y a plus de loi, mais sous 50 degrés il n’y a plus Dieu »

A l’approche du cap de Bonne-Espérance et de l’océan Indien, les marins du Vendée Globe font leur entrée dans ce que l’on appelle souvent les « quarantièmes rugissants ». Cette appellation désigne les latitudes situées entre le 40e et le 50e parallèle dans l'hémisphère Sud. Les quarantièmes rugissants font partie de l’imaginaire de la course. Ils sont fascinants mais angoissants, car encore peu connus des marins qui ne s’y aventurent que rarement. Les éléments sont en furie dans ces contrées isolées. Toute éventuelle opération de sauvetage devient très compliquée. Plus tard dans le parcours, les skippers affrontent les « cinquantièmes hurlants », qui correspondent aux latitudes situées entre le 50e et 60e parallèle, en plein océan Austral. Globalement, plus on s’aventure au Sud, plus les vents deviennent violents, et les températures glaciales, car on se rapproche encore de l’Antarctique. Selon un dicton marin : « Sous 40 degrés, il n’y a plus de loi, mais sous 50 degrés il n’y a plus Dieu. »

 

« Un ciel de plomb qui semble toujours annoncer la pire des tempêtes ; une mer noire d’encre dont on a l’impression qu’elle n’arrête pas de se creuser »

Dans son ouvrage Le prix de la victoire, Armel Le Cléac’h décrit bien ce que ressentent les marins dans ces zones hostiles : « Le vent et les vagues paraissent plus puissants que sur les autres mers. (…) Il y a ceux qui entrent tout de suite dans le vif du sujet et en profitent pour accélérer : ce sont les anciens. Les « petits nouveaux », eux, découvrent des conditions de navigation qu’ils n’auraient pas même osé imaginer : un ciel de plomb qui semble toujours annoncer la pire des tempêtes ; une mer noire d’encre dont on a l’impression qu’elle n’arrête pas de se creuser. Dans cette fureur, ils se demandent comment le bateau va tenir, et ils lèvent le pied. »

 

La Zone d’Exclusion Antarctique : 72 points virtuels pour éviter les icebergs et faciliter le travail des secours australiens

Pour la traversée des mers du sud par les trois caps (Bonne-Espérance, Leuuwin et Horn), la direction de course du Vendée Globe a mis en place une Zone d’Exclusion Antarctique (ZEA) sous laquelle les skippers ont interdiction de descendre. Concrètement, cette zone est définie par 72 points reliés entre eux, soit un point tous les cinq degrés de longitude. Ces points sont positionnés avant la course mais ils peuvent être déplacés pendant celle-ci en fonction des dernières informations sur les déplacements des glaces reçues par les organisateurs. L’idée est d’éviter que les marins soient tentés de plonger trop au Sud et de s’exposer à des risques de rencontre avec des icebergs. A la demande des secours australiens, des points ont aussi été définis pour délimiter la frontière de la zone dans laquelle ils peuvent déployer des forces aériennes pour le repérage des bateaux en difficulté, soit à 1 000 milles des côtes.

 

News

Clarisse Crémer
Vendée Globe : A mi-parcours, Clarisse dresse un premier...

Clarisse navigue actuellement dans l'océan Pacifique et continue sa progression à un bon rythme (près de 14 nœuds lors des dernières 24 heures). Aux portes du ‘top 10’ (12e), la skipper de Banque Populaire X fait le point à mi-course, soit 44 jours après son départ.

En savoir plus
Plus de news

À découvrir également

Le Trophée Jules Verne en trois chapitres
Passion
Le Trophée Jules Verne en trois chapitres
Imaginé dans les années 80, créé en 1990, le Trophée Jules Verne a été, depuis, l’objet d’une ardente convoitise, puisque 26 tentatives ont eu lieu mais seulement 8 couronnées de succès, la dernière victorieuse en 2012. Retour en trois chapitres sur cette passionnante histoire maritime… Acte I : Une naissance mouvementée Le Trophée Jules Verne doit sa création à l’écrivain français, qui publie en 1872 Le Tour du monde en quatre-vingts jours, roman d’aventures contant  [...]
21 juin 2018 21/06/2018
Plus de passions
Pôle Finistère Course au large : l’élite et l’excellence
Passion
Pôle Finistère Course au large : l’élite et l’excellence
Depuis plus de vingt ans, ce centre d’entraînement basé à Port-la-Forêt dans le Finistère, a vu plusieurs générations de régatiers faire leurs armes avant de briller au plus haut niveau. On y rentre sur dossier, parfois sur concours, dans un seul but, celui de se confronter à l’élite, et gagner les plus grandes courses que sont le Vendée Globe, la Solitaire Urgo-Le Figaro, la Route du Rhum…. La légende prétend que le Pôle Finistère Course au large, est né fin des années 80 dans un bistrot. Il  [...]
21 juin 2018 21/06/2018
Plus de passions