News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Passions

Un kit foils pour faire voler votre « bon vieux » Laser

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Un kit foils pour faire voler votre « bon vieux » Laser

A 45 ans, le dériveur solitaire le plus célèbre au monde s’offre une seconde jeunesse grâce au Glide Free Foils, un kit d’appendices à foils compatible sur tous les Laser, en lieu et place de la dérive et du safran classiques. Imaginé et développé par l’Australien Peter Stephinson, le concept permet de découvrir de nouvelles sensations sans effectuer la moindre modification ou adaptation sur la coque de votre Laser. Destiné aux amateurs éclairés, le Laser à foils permet de décoller à partir de 10-12 nœuds de vent et ainsi de filer en silence sans toucher l’eau…

 

Deux foils en lieu et place de la dérive et du safran

Les 60 pieds IMOCA comme le Banque Populaire VIII d’Armel Le Cléac’h ne sont pas les seuls monocoques à être équipés de foils. A beaucoup plus petite échelle, le légendaire Laser (4,23 m de long, 1,42 m de large) peut désormais,  lui aussi, s’appuyer sur des appendices porteurs. Une révolution pour ce dériveur solitaire simple et robuste lancé en 1970 dont le succès est notamment dû à son accessibilité technique et financière. Nul besoin d’investir dans un nouveau bateau onéreux pour décoller au-dessus de l’eau. Le Glide Free Foils est compatible sur tous les Laser existants. Ce kit est composé de deux foils qui s’emboîtent en lieu et place de la dérive et du safran. Dans un souci de simplicité, le concept a été imaginé pour qu’aucune modification ou adaptation ne soit à prévoir sur votre Laser. En plus de l’Australie, ce kit foils est distribué en Suisse, en Allemagne, en Italie, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et… en France ! Installé à Saint-Lunaire (Ille et Vilaine), Atout Dériveur est le seul magasin spécialisé qui propose des kits foils.

 

Une mise en œuvre relativement simple

La mise en place et la manipulation ne changent pas fondamentalement par rapport aux appendices classiques du Laser. A un détail près, qui a tout de même son importance : le foil central, qui remplace la dérive, s’emboîte par dessous la coque et, une fois fixé, il ne peut plus se relever. Pour installer ce foil central, il faut donc déplacer le Laser jusqu’à avoir de l’eau au niveau des genoux, puis pivoter le bateau sur un côté. Si la manœuvre est simple sur plan d’eau plat, elle se complique sérieusement si des vagues viennent casser au bord de la plage. Il faut alors prévoir d’être à plusieurs pour porter le dériveur et fixer le foil sans encombre. De même, en fin de session, au moment de rentrer à terre, on garde une marge de sécurité afin que les foils ne touchent pas le fond. Et on ôte donc le foil central avec de l’eau jusqu’aux genoux. Excepté cette subtilité, la mise en place est simple et rapide. On peut rapidement repasser en configuration « normale » avec la dérive et le safran classiques, pour régater par exemple (les foils ne sont en effet pas autorisés en compétition pour les Laser). Ces précautions d’usage posées, il ne reste plus qu’à profiter !

On ne touche plus l’eau, on file sans un bruit.

Franck Catto, moniteur de voile

« Des sensations hallucinantes ! »

Un niveau minimum en Laser est requis avant d’espérer décoller. « Le support n’est pas accessible aux purs débutants, il faut des connaissances préalables et donc un minimum de pratique en Laser dans les pattes », confirme Franck Catto, moniteur à l’UCPA Bénodet, qui a testé et approuvé le concept. « On est déstabilisé au début car, contrairement au Laser classique, il faut naviguer à plat. Pour le reste, c’est techniquement très accessible. Au niveau du foil central, un palpeur (une sorte de réglette) règle automatiquement la hauteur de vol. On peut simplement jouer sur l’incidence du foil de safran qui se règle avec une molette. Physiquement, il faut être un minimum affûté car on régule sans cesse à l’écoute et on se déplace beaucoup d’avant en arrière. Quand on décolle, les accélérations sont impressionnantes, les sensations hallucinantes ! On ne touche plus l’eau, on file sans un bruit. » Pour la gestion de la haute vitesse, une expérience sur des bateaux rapides comme le 49er ou des petits multis est un plus indéniable. Pour les premières sorties en Laser à foils, on recommande de partir sur un plan d’eau plat et dégagé et dans 12-15 nœuds de vent. En dessous, vous serez frustrés de ne pas décoller. Au-dessus, cela devient dangereux pour s’initier.

Pour plus d'informations sur les kit foils, cliquez ici et ici.

Découvrez ici en vidéo cette expérience à couper le souffle !

 

Crédit photo : Jean-Yves Kutter, UCPA Bénodet 

News

Echange et partage entre champions

Les 15 athlètes de l’Equipe de France de Voile proposés au Comité National Olympique Sportif Français et Armel Le Cléac’h étaient réunis aujourd’hui, au siège de BPCE, une dernière fois avant les Jeux Olympiques de Rio afin de rencontrer la presse et les partenaires de la FFVoile. Placée sous le signe du partage et de la convivialité, cette journée a permis à tous de pouvoir échanger avant les grandes échéances qui approchent à grand pas : les JO pour l’Equipe de France et « The Transat bakerly » pour le skipper du Mono Banque Populaire VIII.

En savoir plus
Jean-Baptiste Bernaz à la conquête du Mexique !

Depuis ce matin et jusqu'au 18 mai, le lasériste Jean-Baptiste Bernaz défendra les couleurs de la France à Nuevo Vallarta sur la côte Pacifique du Mexique, à l’occasion du Championnat du monde de Laser Standard. Pendant sept jours, à raison de deux manches par jour, les compétiteurs vont pouvoir s’exprimer, sur un rendez-vous qui fait office de dernier regroupement de très haut vol avant les Jeux Olympiques de Rio.

En savoir plus
Jean-Baptiste Bernaz vice-Champion du monde de Laser...

Le Championnat du monde de Laser 2016 lui tenait à cœur, il avait l’intention de performer et de marquer les esprits à moins de 80 jours des Jeux Olympiques… Et il l’a fait ! Hier soir, Jean-Baptiste Bernaz est entré dans l’histoire du Laser français en décrochant le titre de Vice-Champion du monde à Nuevo Vallarta au Mexique, derrière le britannique Nick Thompson qui s’est adjugé la victoire.

En savoir plus
Bien négocier le passage du Cap-Vert

Le premier week-end en mer pour Armel Le Cléac’h à bord du Mono Banque Populaire VIII débute de la meilleure des manières. Au classement de 9h, il possède plus de 25 milles d’avance sur son dauphin Vincent Riou (PRB) et 35 milles sur le troisième Alex Thomson (Hugo Boss). Armel file maintenant à plus 19 nœuds en direction de l’archipel du Cap-Vert.

En savoir plus
Course de vitesse

Après quasiment deux semaines de course, les 28 skippers encore engagés sur la 8ème édition du Vendée Globe sont maintenant bien dans le match et ont pris leurs marques sur le bateau. Armel Le Cléac’h, à bord du Mono Banque Populaire VIII, actuellement en 2ème position à moins de 100 milles du leader Alex Thomson (Hugo Boss), est passé hier sous la barre des 20 000 milles à parcourir avant de rejoindre les Sables d’Olonne. Avec une moyenne de plus de 20 nœuds lors des dernières 24h, Armel devrait atteindre le Cap de Bonne-Espérance en fin de semaine prochaine.

En savoir plus
Le match sur l’océan avec deux grands A !

C’est un combat passionnant que mènent Armel Le Cléac’h et Alex Thomson dans les 40e rugissants. Hier matin Armel avait repris les rênes de la course mais dans la journée, le skipper anglais a détrôné Armel.

En savoir plus
France-Angleterre, le match continue !

La bataille du duo de tête continue dans les mers du sud ! Hier après-midi, le skipper anglais a détrôné Armel de sa première place et navigue ce matin avec uniquement 14 milles d’avance sur le skipper de Banque Populaire.

En savoir plus
Fin du Pot au noir!

Après 72h de combat acharné, Armel a, ce matin, enfin pu s’extraire du Pot au noir ! Cette Zone de Convergence Inter Tropicale (ZCIT) particulièrement large et qui avait tendance à suivre la progression d’Armel, a réservé son lot de surprises au skipper du Mono Banque Populaire VIII. Armel a dû manœuvrer à la recherche du moindre souffle, laissant son poursuivant remonter à 77 milles derrière lui. Ce midi, le Mono Banque Populaire VIII navigue à 13,2 nœuds et progresse vers le Nord.

En savoir plus
Placement stratégique

Bien qu’Armel Le Cléac’h ait repris plus de 30 milles à son principal poursuivant Alex Thomson (Hugo Boss), le skipper du Mono Banque Populaire VIII navigue dans un vent assez faible et progresse difficilement vers le Nord. Croyant hier être sorti du Pot au noir, Armel a dû batailler, encore cette nuit, avec des grains et un vent mollissant. Fort heureusement, ce matin, l’horizon se dégage et Armel navigue dans un vent de secteur Est plutôt régulier. Il possède au pointage de 12h près de 100 milles d’avance sur Alex Thomson et navigue 2 nœuds plus vite...

En savoir plus
SWC HYERES : Avis de tempête

C’est déjà la 4ème journée de compétition à Hyères, pour l’équipe de France ! Hier les Français ont dû affronter des conditions de vent instables et des retards sur les zones de course, mais cela n’a pas empêché de faire de bons résultats. Aujourd’hui, ils vont devoir affronter de fortes rafales avec un mistral attendu entre 30-35 nœuds dans la matinée et 20-25 nœuds l’après-midi !

En savoir plus
Plus de news

À découvrir également

Banque Populaire VII, né pour gagner…
Passion
Banque Populaire VII, né pour gagner…
Mis à l’eau en 2006, le trimaran Groupama 3, devenu par la suite Maxi Solo Banque Populaire VII puis IDEC Sport, a connu une riche histoire parsemée de records et de victoires, entre Trophée Jules Verne et Route du Rhum. Le bel anniversaire ! Pour ses dix ans, Groupama 3, devenu Banque Populaire VII en 2013 puis IDEC Sport Racing, son dernier nom de baptême, en 2015, s’est offert un nouveau tour de la planète, bouclé dans un temps, record pour lui, de 47 jours 14 heures et 47 minutes.  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Les bateaux Banque Populaire
Passion
Les bateaux Banque Populaire
Entre le premier trimaran Orma 60 Banque Populaire I, lancé en 1994 et le futur maxi trimaran Banque Populaire IX qui va toucher l’eau cet automne, six multicoques et trois monocoques ont écumé avec succès les océans, permettant à l’écurie de course de détenir début 2017 un « grand chelem » encore jamais réalisé, soit quatre titres majeurs : Route du Rhum, Transat Bakerly, Vendée Globe et Trophée Jules Verne. Il est à noter que ce Trophée Jules Verne a été « repris » par Francis Joyon (IDEC Sport)  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Aarhus, cité des voiles et baie des champions
Passion
Aarhus, cité des voiles et baie des champions
Les championnats du monde se déroulent du 2 août au 12 août 2018 à Aarhus, (Danemark). Dans toute la ville, située au bord de la Baltique, de la gare centrale au terminal de l’aéroport international, on annonce fièrement l’épreuve de l’année et l’on peut lire sur des panneaux ou flyers « Welcome to the city of sails and bay of champions ! »  [...]
1 août 2018 01/08/18
Plus de passions