News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Portraits

Antoine Albeau Athlète Equipe de France de Voile

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Antoine Albeau

Nom : Albeau
Prénom : Antoine
Date de naissance : 17 juin 1972
Couleur des yeux : bleu-vert
Un livre : Cinquante nuances de Grey
Un film : Cinquante nuances de Grey
 

Il est le sportif français ayant obtenu le plus grand nombre de titres de Champion du Monde… très loin devant Jeannie Longo (13 titres en cyclisme), Patrice Martin (9 titres en ski nautique), Sébastien Loeb (9 titre en rallye) ou encore Teddy Riner (8 titre en judo). A 43 ans, Antoine Albeau, poursuit sa quête mondiale en funboard, et a remporté son 23ème titre mondial en Nouvelle-Calédonie en novembre 2015, série en cours !


Depuis plus de 35 ans, il ne fait rien d’autre que du funboard, et se définit lui-même comme « massif, déterminé et têtu ». Né à La Rochelle, celui que ses amis surnomment « Tonio » avoue « qu’il n’a pas été se baigner tout de suite, uniquement car il ne savait pas encore marcher ». Son père dirigeant une école de voile sur l’île de Ré, le jeune Albeau passe sa vie sur la plage de La Couarde. A l’époque où la France découvre la planche à voile – et notamment la fameuse Windsurfer, son wishbone en teck et ses voiles bicolores - Antoine grimpe naturellement sur un flotteur équipé d’un gréement, spécialement conçu et aménagé par son père. Il n’a que cinq ans… Moins de dix ans plus tard, il remporte le premier de ses 12 titres de Champion de France… et huit ans plus tard, décide d’en faire son métier.

Un premier titre mondial à 22 ans

Il prétend que ses yeux changent de couleur suivant la météo…

 

Celui qui ne déteste pas être comparé à Superman « mais en plus costaud », et qui aurait aimé être Hulk, personnage de fiction surpuissant et indestructible, apparu en France l’année de sa naissance, passe l’essentiel de sa vie entre les aéroports internationaux et les spots prisés que sont Hawaii, Alacati, Furteventura ou Noumea… Ses planches, mâts et voiles siglées F 192 (son numéro de voile, qu’il garde depuis ses débuts, devenu fétiche) sont soigneusement rangées dans de grandes housses. Mais entre chaque épreuve, il va se ressourcer en famille sur « son » île de Ré, et peaufine son matériel. Sa devise est « trash the competition, not the planet » (saccagez la concurrence pas la planète). Antoine Albeau est un compétiteur né : dès sa première année comme professionnel, il remporte le Championnat du Monde. Casquette éternellement vissée sur le crâne, cheveux hirsutes et décolorés par le soleil et le sel, il a le teint hâlé 365 jours par an et toujours ce sourire éclatant. Il prétend que ses yeux changent de couleur suivant la météo… Accueillant et accessible, il incarne à terre la force tranquille et la joie de vivre, mais sur l’eau il aime plus que tout défier les éléments et ses concurrents. Albeau adore gagner ! Lorsqu’on ose lui demander s’il s’est déjà fait peur, il réfléchit un instant, hoche la tête et raconte : « parfois oui… comme une fois en baie d’Audierne à la Torche, un hiver. Il y avait 60 nœuds de vent (force 12) avec des vagues dépassant plus de trois fois la hauteur de mon mât (15 mètres). Là, je ne faisais pas le malin… mais je n’allais quand même pas rester sur la plage avec des conditions pareilles ! ».

53,27 nœuds soit plus de 98 km/h !

Albeau est catapulté par une rafale qu’il qualifie « d’apocalyptique »

 

En novembre 2015, à Lüderitz en Namibie, sur un étroit canal bordé de rochers et où l’on a pied, Antoine Albeau retrouve tous les riders et autres spécialistes des records de vitesse. Il a pour unique objectif de tenter de battre son propre record du monde datant déjà de trois ans (52,05 nœuds). Sur ce spot dangereux au Sud-Ouest de l’Afrique où le vent de terre souffle régulièrement à 50 nœuds, ce 1er novembre, malgré ses 100 kilos, Albeau est catapulté par une rafale qu’il qualifie « d’apocalyptique ». La vidéo de sa terrible chute fait le tour du monde et est vue plusieurs dizaines de milliers de fois. Retrouvez-là ici.

Mais celui qui déclare que « plus tu vieillis et moins tu sens la douleur car tu t’endurcis » ne remise pas pour autant son matériel pour reprendre l’avion pour Paris. Dès le lendemain, alors que le vent souffle en tempête, il se remet à l’eau à une heure de l’après-midi, enchaîne plus de 30 runs… et bat 17 fois de suite son propre record du monde, établissant un nouveau temps surréaliste de 53,27 nœuds, soit plus de 98 kilomètres/heure. Car à 43 ans, l’athlète Albeau ne lâche jamais rien, que ce soit en vitesse, slalom, formula ou freestyle, ses quatre disciplines de prédilection. Lui qui se verrait volontiers réincarné en éléphant ou en peuplier « car ce dernier plie mais ne rompt pas ! », raffole du chocolat et de la cuisine asiatique, mais apprécie aussi « la french touch ». Il avoue ne quasiment jamais lire de livres mais écouter toutes les musiques du monde. On aurait pu penser qu’après un tel exploit, le Rétais mette un terme à sa saison d’exception… mais il a une coupe du monde à terminer. Alors, à Nouméa, quelques semaines plus tard, il va remporter son 23ème titre mondial… dans l’ultime manche.

 

Capitaine de l’équipe de France de funboard

Nominé quasiment chaque année au titre du Marin de l’Année, Antoine Albeau est enfin primé en 2010… devant Franck Cammas qui a pourtant remporté le Trophée Jules Verne puis la Route du Rhum. Ému et surpris, il trébuche en grimpant sur la scène pour recevoir son trophée, fait monter ses parents en larmes, puis reçoit une « standing ovation » de la part du public sous le charme du géant. Il n’est donc pas étonnant que quelques mois plus tard, la Fédération Française de Voile lui confie le « brassard » de capitaine de l’Equipe de France de Funboard. Ce gaillard charismatique, formidable ambassadeur de la planche à voile n’a qu’un regret ; celui de ne pas avoir eu d’enfant. « Le windsurf a pris toute ma vie », explique-t-il, ajoutant qu’il aimerait bien embarquer sur un maxi trimaran Ultime pour un record de l’atlantique, si un skipper veut bien de lui... Cela signifierait-il que le grand Antoine envisage d’arrêter le windsurf ? La réponse jaillit : « pardon ? ». On a compris…

Marin de l'Année 2010
22 titres de Champion du Monde
4 titre de Vice Champion du Monde
4 titres de Champion d'Europe
12 titres de Champion de France

 

Crédits photos :

E. Bellande
V. Curutchet/FFVoile

À découvrir également

Les nouvelles vies des phares
Passion
Les nouvelles vies des phares
Depuis la dernière grande vague d’automatisation dans le début des années 1990, les phares sont peu à peu devenus des objets de patrimoine à protéger. A une époque où les dispositifs électroniques d’aides à la navigation se multiplient, l’intérêt du grand public pour ces édifices fascinants ne diminue pas, bien au contraire. Tout en conservant leur fonction initiale, beaucoup entament une « deuxième vie » grâce à l’instauration d’usages alternatifs. Le point avec Vincent Guigueno,  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Sports de glisse nautiques : les nouvelles tendances
Passion
Sports de glisse nautiques : les nouvelles tendances
Depuis leur création, les sports de glisse sont en perpétuelle évolution. Sur une, deux ou trois coques ; en kite, en windsurf, en surf, en paddle ou encore en wakeboard : les supports sont multiples, les plaisirs infinis. Avec la démocratisation des foils, les fameux appendices porteurs permettant de « décoller » de l’eau, les pratiques nautiques prennent une nouvelle dimension, offrent de nouveaux horizons et décuplent les sensations. Mais d’autres grandes tendances émergent,  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
La Mini Transat a 40 ans
Passion
La Mini Transat a 40 ans
Depuis 1977, toutes les années impaires au moment de l’automne, près de mille marins anonymes ou futurs grands de la course au large ont disputé la Mini Transat en solitaire sur des bateaux de seulement 6,50 mètres. Preuve de son incroyable succès, ils sont encore 81 skippers de dix nations, dont dix femmes, pour cette 21ème édition de la Mini Transat - La Boulangère partira le 1er octobre de La Rochelle, cap sur les Canaries puis la Martinique. Désireux de prendre à contre-pied les  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions