News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Portraits

Hippolyte Machetti et Sidoine Dantès Athlètes de l’équipe de France de voile en 470

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Hippolyte Machetti et Sidoine Dantès

Hippolyte Machetti

Né le 17 juin 1996 à Antibes (06)

Club : SR Antibes

Soutenu par la Banque Populaire Méditerranée

 

Sidoine Dantès

Né le 30 septembre 1996 à Grasse (06)

Club : SR Antibes

Soutenu par la Banque Populaire Méditerranée

 

Ils n’ont pas encore 22 ans mais possèdent déjà un palmarès à faire pâlir les meilleurs régatiers du monde. Rien ne semble arrêter ce jeune équipage d’Antibes à la progression fulgurante. Hippolyte Machetti et Sidoine Dantès ont grandi ensemble sur la côte d’Azur. Ils sont blonds tous les deux, amis d’enfance et s’entendent comme les doigts de la main.

À l’âge de raison, ils démarrent l’Optimist. Très vite, leur entraîneur repère ces deux garçonnets, qui chaque week-end, bataillent dur pour la victoire entre les bouées et rentrent le plus souvent à la maison une coupe à la main. Ils ont du talent, déjà un sens déjà aigu de la tactique, et adorent gagner. À onze ans, Sidoine remporte la Coupe Internationale de Printemps en Optimist, l’une des régates phare du calendrier où l’on retrouve les deux cents meilleurs jeunes coureurs d’Europe à barre de la fameuse « caisse à savon ». Hippolyte, lui termine à la troisième place. « À douze ans Sidoine et moi avons décidé que l’on allait faire équipe ensemble, et c’est comme cela que nous avons débuté en dériveur double » raconte Hippolyte. Il est convenu que ce soit ce dernier qui devienne barreur, Sidoine plus longiligne ayant le gabarit idéal pour équiper, même si son toucher de barre fait aussi merveille. Après quelques mois seulement de navigation commune, ils terminent 7èmes du championnat de France Espoirs en 420 - le dériveur double dessiné par le Français Christian Maury en 1958 à la demande de l’école de voile de Socoa, au Pays Basque, et qui va devenir l’UCPA. Un an plus tard, en 2013, ils obtiennent leur premier titre de champion d’Europe jeunes. En 2014, ils conservent leur titre européen et finissent vice-champions du monde Sénior, au nez et à la barbe d’équipages qui pourraient être leurs parents.

Naturellement, le jeune équipage qui marque les esprits par sa précocité et sa maturité, décide de se lancer en 470, le « grand frère olympique » du 420. Les résultats ne se font pas attendre. Moins de deux ans plus tard, ils finissent 3èmes des championnats d’Europe jeunes. L’année suivante (en 2017) est celle de toutes les confirmations. En sénior, ils terminent 4èmes des championnats du monde, et du coup intègrent l’équipe de France. Au Japon, sur le futur plan d’eau des Jeux Olympiques de 2020, ils deviennent champions du monde jeunes après une épreuve disputée dans des conditions dantesques à l’approche d’un typhon, et devant les Havrais Guillaume Pirouelle et Valentin Sipan, déjà doubles champions du monde.

Hippolyte et Sidoine sont aussi à l’aise dans le petit temps que la brise. Appliqués, réfléchis, ils travaillent dur, se remettent en question avec une obsession, celle de disputer les Jeux Olympiques, et celle de ne jamais rien lâcher.

Quand tu fais du sport de haut niveau, tu apprends à mieux gérer les situations de stress

Sidoine Dantès Athlète en 470

La FFVoile leur décerne logiquement le titre « d’Espoirs de l’année ». Brillants étudiants – Hippolyte suit un Master de droit à Aix-en-Provence quand Sidoine est à l’école d’ingénieur SeaTech de Toulon - les deux complices impressionnent également par leur discrétion et humilité. « On fait un sport dans un environnement plaisant. On a cette chance de voyager dans des lieux magnifiques » explique Hippolyte. Et Sidoine d’ajouter : « quand tu fais du sport de haut niveau, tu apprends à mieux gérer les situations de stress. »

Désormais fers de lance de l’équipe de France aux côtés des aussi brillants Kevin Péponnet et Jérémie Mion, Hippolyte Machetti et Sidoine Dantès n’auront que 28 ans lors des Jeux Olympiques de Paris, en 2024. Lors des championnats d’Europe, disputés en mai 2018 au bord de la Mer Noire en Bulgarie, en tête après deux journées, ils racontent sur leur page Facebook le bonheur de « régater pour la première fois en sénior avec la tunique jaune de leader. » Malgré une disqualification pour départ prématuré alors qu’ils avaient remporté la manche, le duo accroche la 4ème place avec le même nombre de points que les troisièmes. Retenez-bien leurs noms !

À découvrir également

Une Ecole Française de Voile « phare » en Bretagne Sud
Passion
Une Ecole Française de Voile « phare » en Bretagne Sud
Située face à la baie de Quiberon et protégée des vents d’ouest dominants, l’école de voile de Carnac fonctionne à plein gaz toute l’année entre les scolaires et les stages estivaux. Les chiffres valent mieux qu’un long discours : 10 000 sorties, 240 bateaux, 14 salariés à l’année contre 40 l’été, 2 600 licenciés, 20 événements organisés par an aidés par plus de 300 bénévoles ! Présentation de cette Ecole Française de Voile, dont l’histoire date de plus de 50 ans, par François Pedro,  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Co-Navigation, la location de bateau entre particuliers
Passion
Co-Navigation, la location de bateau entre particuliers
Après le covoiturage et le coworking, voici venu le temps de la location de bateau entre particuliers et de la co-navigation ! Des sites web et des applications sur mobile permettent de faciliter la mise en relation entre des propriétaires de bateaux et des amateurs de plaisance qui peuvent trouver un embarquement en quelques clics, et à moindre frais. Un bon moyen de démocratiser la pratique du nautisme et de prendre la mer dans une ambiance conviviale. La location entre particuliers :  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Mondial 2013 49ER et49ERFX à Marseille
Passion
Marseille, port olympique
Du 26 juillet au 11 août 2024, la cité phocéenne accueillera les épreuves de voile olympique ; une première depuis un siècle où la voile se disputait alors sur la Seine à Meulan près de Paris lors des JO de 1924. Il se dit que les Marseillais, si amoureux de leur ville, déclarent posséder « la plus belle rade du monde », on ne peut pas leur donner tort. Ce n’est pas surprenant si le CIO (Comité International Olympique) a choisi ce site exceptionnel face à de solides candidats tels  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions