News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Portraits

Hippolyte Machetti et Sidoine Dantès Athlètes de l’équipe de France de voile en 470

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Hippolyte Machetti et Sidoine Dantès

Hippolyte Machetti

Né le 17 juin 1996 à Antibes (06)

Club : SR Antibes

Soutenu par la Banque Populaire Méditerranée

 

Sidoine Dantès

Né le 30 septembre 1996 à Grasse (06)

Club : SR Antibes

Soutenu par la Banque Populaire Méditerranée

 

Ils n’ont pas encore 22 ans mais possèdent déjà un palmarès à faire pâlir les meilleurs régatiers du monde. Rien ne semble arrêter ce jeune équipage d’Antibes à la progression fulgurante. Hippolyte Machetti et Sidoine Dantès ont grandi ensemble sur la côte d’Azur. Ils sont blonds tous les deux, amis d’enfance et s’entendent comme les doigts de la main.

À l’âge de raison, ils démarrent l’Optimist. Très vite, leur entraîneur repère ces deux garçonnets, qui chaque week-end, bataillent dur pour la victoire entre les bouées et rentrent le plus souvent à la maison une coupe à la main. Ils ont du talent, déjà un sens déjà aigu de la tactique, et adorent gagner. À onze ans, Sidoine remporte la Coupe Internationale de Printemps en Optimist, l’une des régates phare du calendrier où l’on retrouve les deux cents meilleurs jeunes coureurs d’Europe à barre de la fameuse « caisse à savon ». Hippolyte, lui termine à la troisième place. « À douze ans Sidoine et moi avons décidé que l’on allait faire équipe ensemble, et c’est comme cela que nous avons débuté en dériveur double » raconte Hippolyte. Il est convenu que ce soit ce dernier qui devienne barreur, Sidoine plus longiligne ayant le gabarit idéal pour équiper, même si son toucher de barre fait aussi merveille. Après quelques mois seulement de navigation commune, ils terminent 7èmes du championnat de France Espoirs en 420 - le dériveur double dessiné par le Français Christian Maury en 1958 à la demande de l’école de voile de Socoa, au Pays Basque, et qui va devenir l’UCPA. Un an plus tard, en 2013, ils obtiennent leur premier titre de champion d’Europe jeunes. En 2014, ils conservent leur titre européen et finissent vice-champions du monde Sénior, au nez et à la barbe d’équipages qui pourraient être leurs parents.

Naturellement, le jeune équipage qui marque les esprits par sa précocité et sa maturité, décide de se lancer en 470, le « grand frère olympique » du 420. Les résultats ne se font pas attendre. Moins de deux ans plus tard, ils finissent 3èmes des championnats d’Europe jeunes. L’année suivante (en 2017) est celle de toutes les confirmations. En sénior, ils terminent 4èmes des championnats du monde, et du coup intègrent l’équipe de France. Au Japon, sur le futur plan d’eau des Jeux Olympiques de 2020, ils deviennent champions du monde jeunes après une épreuve disputée dans des conditions dantesques à l’approche d’un typhon, et devant les Havrais Guillaume Pirouelle et Valentin Sipan, déjà doubles champions du monde.

Hippolyte et Sidoine sont aussi à l’aise dans le petit temps que la brise. Appliqués, réfléchis, ils travaillent dur, se remettent en question avec une obsession, celle de disputer les Jeux Olympiques, et celle de ne jamais rien lâcher.

Quand tu fais du sport de haut niveau, tu apprends à mieux gérer les situations de stress

Sidoine Dantès Athlète en 470

La FFVoile leur décerne logiquement le titre « d’Espoirs de l’année ». Brillants étudiants – Hippolyte suit un Master de droit à Aix-en-Provence quand Sidoine est à l’école d’ingénieur SeaTech de Toulon - les deux complices impressionnent également par leur discrétion et humilité. « On fait un sport dans un environnement plaisant. On a cette chance de voyager dans des lieux magnifiques » explique Hippolyte. Et Sidoine d’ajouter : « quand tu fais du sport de haut niveau, tu apprends à mieux gérer les situations de stress. »

Désormais fers de lance de l’équipe de France aux côtés des aussi brillants Kevin Péponnet et Jérémie Mion, Hippolyte Machetti et Sidoine Dantès n’auront que 28 ans lors des Jeux Olympiques de Paris, en 2024. Lors des championnats d’Europe, disputés en mai 2018 au bord de la Mer Noire en Bulgarie, en tête après deux journées, ils racontent sur leur page Facebook le bonheur de « régater pour la première fois en sénior avec la tunique jaune de leader. » Malgré une disqualification pour départ prématuré alors qu’ils avaient remporté la manche, le duo accroche la 4ème place avec le même nombre de points que les troisièmes. Retenez-bien leurs noms !

À découvrir également

Un kit foils pour faire voler votre « bon vieux » Laser
Passion
Un kit foils pour faire voler votre « bon vieux » Laser
A 45 ans, le dériveur solitaire le plus célèbre au monde s’offre une seconde jeunesse grâce au Glide Free Foils, un kit d’appendices à foils compatible sur tous les Laser, en lieu et place de la dérive et du safran classiques. Imaginé et développé par l’Australien Peter Stephinson, le concept permet de découvrir de nouvelles sensations sans effectuer la moindre modification ou adaptation sur la coque de votre Laser. Destiné aux amateurs éclairés, le Laser à foils permet de décoller à partir  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Parlez-vous le Marin ?
Passion
Parlez-vous le Marin ?
Comme n’importe quelle langue vivante, le Marin se parle, s’apprend, se vit et dispose même d’un dictionnaire ! Emmener un novice sur un bateau permet de se rendre compte combien, quand on ne le parle pas, le langage maritime peut être complexe… Et pourtant, il demeure bien ancré dans la langue française. Nombre d’expressions maritimes plus ou moins anciennes sont utilisées dans notre quotidien. Choquez les voiles, gardez le cap et laissez-vous bercer par ce langage coloré et imagé… Comme  [...]
26 octobre 2018 26/10/18
Plus de passions
Les champions olympiques français depuis 1972
Passion
Les champions olympiques français depuis 1972
1972 : Serge Maury, 40 ans après… 40 ans que la voile française attendait ça ! En remportant l’or en Finn lors des Jeux de Munich, Serge Maury succède à Jacques Lebrun, dernier champion olympique français en « yachting », en 1932 à Los Angeles. Sur le plan d’eau de Kiel, au nord de la République Fédérale Allemande, ce fils de tonnelier bordelais, sociétaire du Cercle de la Voile de Bordeaux Carcans Maubuisson, crée la surprise en s’imposant au nez et à la barbe des favoris. La  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions