News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Portraits

Kevin Péponnet et Jérémie Mion Athlètes de l’équipe de France de voile en 470

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Kévin Péponnet et Jérémie Mion

Kevin Péponnet

Né le 31 janvier 1991 à Saint-Jean-de-Luz (64)

Club : SR La Rochelle
Soutenu par la Banque Populaire Méditerranée


Jérémie Mion 

Né le 5 juillet 1989 à Paris

Club : SR Le Havre
Soutenu par la Banque Populaire Méditerranée

 

Kevin Péponnet est « tombé dedans » à l’âge de six ans au YC Basque, sa région natale. Évidemment, il a commencé par l’Optimist, brillant dès ses premières compétitions. Il faut dire que son père Daniel a été longtemps l’un des piliers de l’équipe de France de 470 au début des années 80, terminant vice-champion d’Europe avec son frère Thierry. Dans le petit temps, les « Pépon » sont alors intouchables, et dans la brise pour compenser leur faible poids, ils inaugurent une technique aussi étrange qu’efficace, consistant à ce que le barreur se hisse sur l’équipier au trapèze. Quelques années plus tard, Thierry, l’oncle de Kevin, remporte le bronze olympique puis l’or, respectivement à Los Angeles puis Séoul avec comme équipier Luc Pillot.

Champion d’Europe puis vice-champion du monde junior de 470 avec Julien Lebrun, le jeune étudiant affectionne de changer de support, « car il n’y a pas que le 470 dans la vie ! ». Ce dernier embarque en SB20 - un quillard monotype à trois équipiers – et en devient champion du monde. Recruté par le Team Lorina Limonade Golfe du Morbihan pour embarquer à bord du Diam 24, il remporte magistralement le Tour de France à la Voile.

J'ai décidé de me lancer à fond cette fois dans une préparation olympique, avec pour objectif les Jeux de Tokyo en 2020

Kévin Péponnet

Kevin a aussi la tête bien faite. Étudiant ingénieur à l’INSA de Rennes en sciences et génie des matériaux comme un certain Armel Le Cléac’h… il effectue de fait son stage de fin d’études à Lorient au sein du Team Banque Populaire, travaillant plus particulièrement sur la calibration des foils. Barreur et stratège hors pair, celui que tous surnomment « Kepon » n’a finalement pas mis longtemps à se faire un prénom. Si le touche-à-tout continue de régater en multicoque, il a décidé de se lancer à fond cette fois dans une préparation olympique, avec pour objectif les Jeux de Tokyo en 2020, et s’est associé à l’un des meilleurs équipiers du moment : Jérémie Mion.

Né à Paris dans une famille ne pratiquant absolument pas la voile, Jérémie, sportif accompli, découvre la voile lors d’un stage sur le plan d’eau de Cergy-Pontoise dans le Nord-Ouest de Paris. La discipline lui plaît. Son gabarit longiligne sied parfaitement au standard recherché comme équipier, et sa progression est fulgurante.

Champion de France sur le petit dériveur L’Équipe, il s’installe au Havre et est rapidement repéré par les meilleurs espoirs du 470 tricolore. Lors d’un stage de détection à Brest, il décide de faire équipe avec Sofian Bouvet, un jeune Antibois pétri de talent qu’il ne connaît pas. Les deux complices s’entendent à merveille, et un an après leur association, gagnent ensemble les championnats d’Europe et du monde junior. L’année suivante, ils conservent leurs deux titres. Jérémie est alors « démarché » par Nicolas Charbonnier, encore un régatier d’exception, et qui en 2008 a remporté une médaille de bronze aux JO de Pékin avec Olivier Bausset.

Mais après les JO de Londres où il est remplaçant, « Jer » décide de repartir avec Sofian Bouvet. Après cette séparation, le duo retrouve ses automatismes, et ajoute à leur palmarès deux championnats d’Europe et la médaille de bronze au championnat du monde. Enjoué, excellent communiquant, il met entre parenthèses ses études de kiné et s’installe à Marseille, « un spot absolument génial pour naviguer ». Après une septième place aux JO de Rio, le couple « se sépare à nouveau » à l’amiable.

 

Kévin Péponnet et Jérémie Mion


Jérémie, aussi recherché qu’un avant-centre dans une grande équipe de foot, s’essaye avec Guillaume Pirouelle, un Havrais double champion du monde junior de 470. Dès leur première grande course, le duo termine vice-champion d’Europe à Monaco, mais Guillaume comme Sofian préfère les sensations du Diam 24 à celles du 470. Jérémie, l’équipier « le plus facile à vivre », décide alors de tenter une nouvelle préparation olympique avec Kevin Péponnet. Comme par hasard, l’équipage ne met guère de temps à briller au plus haut niveau, et s’offre une superbe médaille d’argent lors de l’étape de Coupe du Monde 2018 à Miami.

Crédit photos : FFVoile/Sailing Energy-Jesus Renedo/Richard Langdon

Passions

Voile olympique mode d’emploi
Voile olympique mode d’emploi

Discipline olympique, la voile possède des spécificités bien à elle, que ce soit pour la qualification des séries puis des athlètes pour les prochains Jeux Olympiques de Tokyo du 24 juillet au 9 août 2020. Questions-réponses avec les membres de la Fédération Française de Voile à J-1 des World Sailing à Arrhus (Danemark), 2 au 12 août prochains.

En savoir plus
Plus de passions

News

Les qualifications pour les Jeux olympiques de Tokyo commencent ici !
Les qualifications pour les Jeux olympiques de Tokyo...

Le plan d’eau danois d’Arrhus, qui a été sous le feu des projecteurs début juin pour l’accueil de la dernière étape de la Volvo Ocean Race, va être le théâtre des championnats du monde World Sailing du 2 au 12 août prochain.

En savoir plus
Plus de news

À découvrir également

Un kit foils pour faire voler votre « bon vieux » Laser
Passion
Un kit foils pour faire voler votre « bon vieux » Laser
A 45 ans, le dériveur solitaire le plus célèbre au monde s’offre une seconde jeunesse grâce au Glide Free Foils, un kit d’appendices à foils compatible sur tous les Laser, en lieu et place de la dérive et du safran classiques. Imaginé et développé par l’Australien Peter Stephinson, le concept permet de découvrir de nouvelles sensations sans effectuer la moindre modification ou adaptation sur la coque de votre Laser. Destiné aux amateurs éclairés, le Laser à foils permet de décoller à partir  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Pen Duick II dans la Transat Anglaise : 1964 et 2016
Passion
Pen Duick II dans la Transat Anglaise : 1964 et 2016
En inscrivant son nom au panthéon de la Transat anglaise, Eric Tabarly a inspiré durant des décennies toute une génération de marins. Sa victoire sans partage fut pour la plaisance encore balbutiante un formidable accélérateur ouvrant sa pratique au plus grand nombre. Eric s’est engagé à la dure, dormant l’hiver la fenêtre ouverte à l’Ecole Navale, pour s’entrainer à résister au froid et à l’humidité En ce 23 mai 1964, des milliers de britanniques se sont massés sur le Hoe,  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Les bateaux Banque Populaire
Passion
Les bateaux Banque Populaire
Entre le premier trimaran Orma 60 Banque Populaire I, lancé en 1994 et le futur maxi trimaran Banque Populaire IX qui va toucher l’eau cet automne, six multicoques et trois monocoques ont écumé avec succès les océans, permettant à l’écurie de course de détenir début 2017 un « grand chelem » encore jamais réalisé, soit quatre titres majeurs : Route du Rhum, Transat Bakerly, Vendée Globe et Trophée Jules Verne. Il est à noter que ce Trophée Jules Verne a été « repris » par Francis Joyon (IDEC Sport)  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions