News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Portraits

Lili Sebesi et Albane Dubois Athlètes de l’équipe de France de voile en 49er FX

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Lili Sebesi et Albane Dubois

Lili Sebesi

Née le 24 juillet 1992 à Marseille (13)

Club : Société Nautique de Marseille

 

Albane Dubois

Née le 1er avril 1992 à Roubaix (59)

Club : GGVLS Gravelines

 

Une progression fulgurante !

Leur bateau a été baptisé « Benzai Holy » ! Normal puisque Lili Sebesi et Albane Dubois rêvent tout haut de disputer les prochains Jeux Olympiques au Japon dans deux ans. Leur rencontre et association ressemblent un peu à un conte de fées. Il y a deux ans, elles ne se connaissaient quasiment pas.

Lili n’a que trois ans quand elle part s’installer en famille en Guadeloupe. Très jeune, elle débute en Optimist, passe sur Laser, découvre le 420 et le catamara de sport, profitant des conditions rêvées de navigation aux Antilles pour régater chaque week-end. Ses parents rentrant en métropole, elle intègre « Sports-Études » en terminale à Antibes comme équipière en 420, avant de revenir là où elle est née afin de démarrer ses études d’ingénieure en mécanique énergétique à Polytech Marseille. Ce retour aux sources dans cette ville qu’elle dit découvrir, la conduit à logiquement intégrer le Pôle France situé au Roucas-Blanc, futur site des Jeux Olympiques de 2024. La jeune femme à la tête bien faite, régate autant que possible que ce soit en dériveur ou match racing. Son toucher de barre est vite repéré. « Je rêvais depuis longtemps d’attaquer une préparation olympique malgré mon parcours atypique » explique à 26 ans Lili. Elle se met en quête de chercher une équipière pour mener son 49er FX portant dans la voile le 971 (le numéro d’immatriculation de la Guadeloupe), clin d’œil à son enfance en « Gwada ».

Pour mener à bien ce skiff puissant et ultra technique où l’équipage doit faire preuve d’une redoutable dextérité et souplesse, elle embarque dans l’aventure Albane Dubois qui a le même âge. Native du Nord, monitrice de voile, kinésithérapeute, elle n’a jamais fait de régate, mais s’adapte à une vitesse fulgurante, intégrant le pôle France en 2016. Toutes deux ne font pas de bruit, mais travaillent dur avec leur coach Benjamin Bonnaud, ancien champion d’Europe de 470, séduisent des partenaires pour financer leur campagne, progressent vite. Sur leur page Facebook, Lili et Albane racontent leur vie un peu « bohême » non sans humour, les voyages à travers l’Europe avec leur bateau. Elles postent des photos et vidéo où elles n’hésitent pas à jouer d’autodérision, commentent leurs résultats. Après avoir mené toute l’épreuve à Gamagori au Japon devant l’élite mondiale, le dernier jour ruine tous leurs espoirs de victoire. « Mauvaise journée. Ah le sport, ça ne se joue vraiment à rien, mais c’est ça aussi qui est beau » écrit Lili, avant de se livrer avec sincérité : « c’est aussi la futilité de notre « jeu » et la rapidité à laquelle nous pouvons passer de la joie aux pleurs ». Lors de tous les grands championnats, on voit leurs deux noms grimper régulièrement dans les classements.

C’est aussi la futilité de notre « jeu » et la rapidité à laquelle nous pouvons passer de la joie aux pleurs

Lili Sebesi Athlète 49er FX

En juin 2017, à Santander, lors de la finale de la Coupe du Monde, Lili et Albane qui naviguent ensemble que depuis quinze mois seulement, se sont emparées de la médaille de bronze confirmant détermination travail, régularité et talent ! Grâce à leur performance, elles sont appelées en équipe de France. Les « petites nouvelles » voient cette « récompense » comme une nouvelle étape. Gravement blessée à une cheville en fin de saison, Lili Sebsesi met à profit cette interruption pour travailler ses réflexes et la tactique sur un simulateur. Plutôt que de se morfondre, Albane Dubois « embauche » Julien d’Ortoli, 5ème aux Jeux Olympique de Rio en 49er afin de continuer à progresser avec l’un des plus brillants barreurs du monde. Après une reprise intensive au printemps, à Aarhus pour le Championnat du Monde, elles n’ont qu’un objectif en tête ; celui de qualifier la série et de tutoyer le top 5 !

 

PALMARES

10èmes à la Sailing World Cup 2016 (Weymouth)

22èmes à la Sailing World Cup 2016 (Hyères)

11èmes au championnat du Monde de 49er FX 2017 (Porto)

12èmes au championnat d’Europe de 49er FX 2017 (Kiel)

5èmes   à la Sailing World Cup 2017 (Hyères)

3èmes à la finale de Sailing World Cup 2017 (Santander)

6èmes au Test Event 2017 (Gamagori)

 

Crédit photos : Sailing Energy/FFVoile Jesus Renedo

À découvrir également

Maewan : un voyage extrême de quatre années
Passion
Maewan : un voyage extrême de quatre années
Maewan est une aventure à la fois unique et extraordinaire. Baptisée du nom du bateau, elle embarque des marins et des montagnards très expérimentés qui ont décidé d’explorer des mers et des terres peu connues, à bord d’un solide croiseur de 11 mètres. L’objectif : naviguer loin, réaliser des premières, découvrir les régions polaires… Cet incroyable périple de 66 000 kilomètres (35 600 milles marins) - soit bien plus que la distance d’un tour du monde (24 000 milles, 44 500 kms) -  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Les moyens de communication embarquée
Passion
Les moyens de communication embarquée
Dans les courses au large comme le prestigieux Vendée Globe, les skippers doivent composer avec la solitude, sur des périodes plus ou moins longues. Mais à bord, grâce aux liaisons satellites, ils disposent toutefois de moyens de communication de plus en plus efficaces pour naviguer sur internet, télécharger les fichiers météo, appeler la terre (organisation, médias, team, famille…) ou encore partager leur aventure en envoyant des mails, des photos et des vidéos. Voyons grâce à quels outils les marins  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Météo marine : de la dorsale au thalweg, les mots pour le dire !
Passion
Météo marine : de la dorsale au thalweg*, les mots pour le dire !
La météo marine a beau désormais être aussi omniprésente que fiable, grâce notamment à la précision des modèles européens et américains de prévision, elle répond à un certain nombre de termes techniques, qu’il est utile de connaître pour mieux appréhender le temps qu’il va faire, en mer et à terre. Explications. Pression barométrique : C’est le « poids » de l’atmosphère, soit la pression exercée par le mélange gazeux qui constitue l’atmosphère. La pression se mesure avec un baromètre  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions