News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Portraits

Louis Giard Athlète Equipe de France de Voile

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Louis Giard

Nom : Giard
Prénom : Louis
Date de naissance : le 27 avril 1993 à Vannes
Club : Yacht Club de Carnac
Une couleur : le bleu
Un livre : Latitude Zero de Mike Horn
Un film : Into the Wild de Sean Penn

 

La force tranquille

Spécialiste de la planche à voile RS:X, membre de l’équipe de France de Voile Olympique depuis ses 20 ans, Louis Giard a gravi les échelons naturellement, consentant de nombreux sacrifices tout en gardant sa passion intacte. Le jeune homme, mature et rigoureux, fait désormais partie des meilleurs planchistes mondiaux et rêve légitimement des Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Le jeune morbihannais nourrit aussi à plus long terme des ambitions de course au large… 

La voile, une passion « inévitable »

« Les montagnards font quasiment tous du ski. Moi j’ai grandi à la Trinité-sur-Mer, un haut lieu de la voile française. Je baignais dans ce milieu alors aller sur l’eau était inévitable ! » C’est on ne peut plus naturellement que Louis Giard s’est forgé une destinée maritime. « J’ai eu la chance de pratiquer l’Optimist à l’école primaire et j’ai poursuivi sur ce support durant quelques années en club », raconte-t-il. « J’ai enchaîné en faisant du 420. Puis au collège, vers l’âge de 12 ans, j’ai découvert la planche à voile et je me suis d’emblée passionné pour cette discipline qui procure des bonnes sensations de vitesse et demande une importante implication physique. Adolescent, j’avais toute une bande de copains avec qui je naviguais sans arrêt en funboard. Il y avait une bonne émulation et ce sport est devenu une addiction. Je progressais à chaque navigation. Au début, j’avais une pratique de loisir, de pur plaisir, puis j’ai participé à mes premières compétitions… »

Sailing Energy

 

 

Fort de ses années de pratique en planche à voile, mais aussi de compétences acquises sur des dériveurs et en habitable, Louis justifie d’un bon niveau technique, d’une forte connaissance du milieu marin et d’une motivation sans faille. Autant de qualités qui lui permettent de briller rapidement en régate. En 2009, il devient Champion de France Cadet puis décide de s’inscrire en sport études à Brest, où il intègre le Pôle Espoir en planche à voile RS:X. Il y bénéficie d’un encadrement plus poussé, d’un accompagnement plus développé et les résultats sportifs s’en ressentent : une 3e place aux Championnats du Monde Jeune ISAF en 2011 lui ouvre les portes du Pôle France, toujours à Brest. 

La tête sur les épaules 

En parallèle de ses nombreux entraînements et de sa pratique du très haut niveau, Louis commence une licence en école de commerce à Brest. L’année 2013 est très positive puisqu’il devient Champion du Monde des moins de 21 ans et intègre l’Equipe de France de Voile Olympique, où il côtoie l’élite de la discipline. Profitant d’un accompagnement ultra professionnel, Louis Giard hausse encore son niveau de jeu et assoit sa place dans la hiérarchie internationale. Son investissement est total, et cela porte ses fruits. Toujours en 2013, il décroche pour la première fois une place dans le Top 10 en Sénior dans le Championnat du Monde ISAF, une performance de référence. Cela ne l’empêche pas de mener à bien ses études. Il décroche sa licence en 2015 puis enchaîne les deux années suivantes avec un Master en management du sport à Paris. Louis a alors une vie bien remplie. « Je voulais continuer à me former sur des métiers parallèles au sport », explique-t-il. « J’avais besoin d’un équilibre, je ne voulais pas me couper du monde. C’était épanouissant de côtoyer d’autres gens, de ne pas rester dans mon milieu du sport de haut niveau qui est très spécialisé et dans lequel on passe finalement à côté de beaucoup de choses de la vie ‘réelle’. Je n’ai pas vécu mes études comme une contrainte, bien au contraire. J’en suis ressorti très satisfait, et avec un bagage qui sera intéressant quand j’arrêterai ma carrière au haut niveau. »

J’ai pris goût à cette vie de sacrifices

La planche à voile a beau avoir une image « fun », elle n’en demeure pas moins une discipline exigeante et complète, mélange d’implication physique et de stratégie fine en régate. Louis Giard cite Barbara Kendall, planchiste néo-zélandaise, triple médaillée olympique qui avait défini la planche comme « faire du rameur tout en jouant une partie d’échecs. » Le très haut niveau en olympisme demande un engagement total, ce qui ne rebute pas Louis Giard qui passe chaque année 150 à 200 jours sur l’eau. « Ma vie est tournée vers le côté sportif et je dois faire beaucoup de concessions pour un mec de 24 ans. Mon hygiène de vie doit être irréprochable, il faut faire attention à la nourriture, au sommeil, éviter les soirées arrosées… Je ne peux pas me permettre de faire les choses à moitié. En olympisme, si on n’est pas rigoureux et passionné, on ne peut pas y arriver. Il faut tous les jours tendre vers un professionnalisme encore plus fort. Je mets parfois entre parenthèses ma vie personnelle. Je passe plus de temps avec mes camarades d’entraînement qu’avec ma copine (rires) ! Mais j’ai pris goût à cette vie de sérieux et de sacrifices car je retire beaucoup de satisfactions. Le plaisir peut avoir plusieurs définitions. »

Malgré cette vie d’ascète, Louis Giard s’accorde des moments de pur loisir… très souvent sur l’eau ! Quand les vagues viennent s’abattre sur la presqu’île de Quiberon, il sort son surf ou son funboard et retrouve avec ses amis le sentiment qui l’animait durant ses années de collégien. Désireux de rester dans l’ère du temps, il aime explorer d’autres supports véliques comme les petits catamarans à foils. Mais sa passion du sport est plus globale et il n’est pas rare de le voir chevaucher son vélo.

WC Miami 2018

Objectif Tokyo 2020

Figure du circuit international, Louis Giard monte régulièrement sur les podiums des épreuves de Coupe du Monde (vainqueur à Miami en 2017 et 2018, lauréat à Hyères en 2017) et il est aussi devenu Champion d’Europe en 2017. Il n’a en revanche pas encore eu l’honneur de prendre part aux Jeux Olympiques, une épreuve mythique qui lui met forcément des étoiles dans les yeux. « Quand Julien Bontemps a décroché sa médaille d’argent aux Jeux de Pékin en 2008, j’étais comme un dingue devant ma télé ! Et c’était déjà le cas quand Faustine Merret a remporté le titre en 2004 à Athènes », raconte Louis.

Obtenir une médaille olympique (et si possible la plus belle) serait une consécration

Louis Giard

Il faisait partie des quatre véliplanchistes français sélectionnables pour les Jeux Olympiques de Rio en 2016 mais il n’y avait qu’un seul ticket d’entrée, obtenu par Pierre Le Coq. « J’étais forcément déçu mais Pierre a été meilleur que moi, il n’a pas volé sa sélection », reconnaît Louis Giard avec fair-play. « J’ai pris conscience que participer aux JO est possible et maintenant je suis tourné vers Tokyo en 2020. » Louis est l’un des trois planchistes de l’Equipe De France de Voile, avec Pierre Le Coq et Thomas Goyard, et il fait à ce titre partie des favoris pour représenter la France au Japon. « Mais attention car il y a un fort engouement en France en RS:X et des jeunes poussent fort derrière », prévient-il. Pour Louis Giard, une médaille olympique (et si possible la plus belle) serait une consécration. « Il n’y a rien au-dessus des Jeux, c’est l’aboutissement de notre pratique olympique. Je mentirais si je disais que je n’y pense pas tous les jours en m’entraînant… »

Ce serait aussi une belle porte d’entrée vers d’autres supports, en course au large. « A la Trinité j’ai vu dès mon plus jeune âge les plus beaux bateaux de course au large, et j’ai eu plus tard la chance de naviguer en Open 7.50 avec des marins comme Charles Caudrelier et Pascal Bidégorry qui étaient très inspirants. Après ma carrière olympique, évoluer dans une grande équipe de voile professionnelle me plairait bien, que ce soit sur l’eau ou en apportant mon expertise dans le côté organisationnel et logistique. Et si la voile est mon sport de prédilection, je ne m’interdis pas d’explorer d’autres sports... »

 

 

Extrait du palmarès

2018

2è Jeux Méditerranéens – Tarragone

3è World Cup Séries Final Marseille

2è Sailing World Cup Hyères

2è Eurosaf CSL – Princess Sofia Palma

1er Sailing World Cup Miami-Rolex Cup

2è Cpt de France Elite RS: X national d’Automne

7e Cpt du Monde RS: X

2è ISAF Sailing World Cup Santander

 

2017

1er Cpt d’Europe RX: X Seniors et Youth

1er Sailing World Cup Hyères

1er ISAF Sailing World Cup Miami–Rolex Cup

 

2016

1er ISAF Sailing World Cup Finale Abu Dabhi

1er Cpt de France Elite Voile Olympique RS: X

 

5ème Championnat d'Europe RSX

4ème ISAF SWC - Hyères - Semaine Internationale

1er Championnat du Monde - RSX et RSX -21 ans

2ème Championnat de France de Voile RS:X

 

Etc.

 

Crédits photos : FFVoile, World Sailing, Tomas Moya, Sailing Energy

News

Trofeo Princesa Sofia
Premières compétitions encourageantes pour l'Equipe...

De beaux résultats prometteurs pour l'Equipe de France de voile au 49 Trofeo S.A.R Princesa Sofia Palma Spain​, qui s'est déroulé cette dernière semaine à Majorque, véritable moment de lancement de la saison de voile olympique.

En savoir plus
JB Bernaz à Hyères
L’équipe de France remporte sept médailles dans la...

L’équipe de France de voile a été étincelante lors des World Cup Series à Hyères, du 22 au 29 avril. Avec sept médailles dont quatre d’or, les Français terminent premiers au classement des 46 nations présentes à Hyères.

En savoir plus
Plus de news

Chaînes

chaine Voile Légère
Plus de chaînes

À découvrir également

La saga des Pen Duick
Passion
La saga des Pen Duick
L’histoire des Pen Duick est indissociable de celle du marin qui les a rendus mythiques, Eric Tabarly. Pendant 60 ans, de 1938 à 1998, année de sa disparition, Tabarly a sillonné les mers du globe à bord de cette lignée de six voiliers, avec à la clé beaucoup de plaisir, de nombreux succès et quelques déceptions. Véritable visionnaire, le célèbre marin a imaginé sur ses bateaux des innovations que l’on retrouve sur les machines actuelles de course au large. Aujourd’hui, cinq des six Pen Duick naviguent  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
L’activité Handivoile en France
Passion
L’activité Handivoile en France
Comme le dit Damien Seguin, coureur au large et figure majeure de la voile handisport Française « la mer n’appartient à personne ». Souhaitant prouver que chacun peut pratiquer des sports nautiques et prendre du plaisir sur l’eau, qu’il soit valide ou non, la Fédération Française de Voile œuvre ainsi pour favoriser la pratique en loisir et en compétition de personnes en situation de handicap. Avec un crédo : proposer au maximum une pratique mixte valides/handicapés. En France, plus de 300 clubs  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Le Maxi Banque Populaire IX
Passion
Le Maxi Banque Populaire IX
Le Maxi Banque Populaire IX est un concentré d’innovations et de technologies dernier cri, dont la naissance a été rendue possible par l’implication et la passion d’une équipe qui n’a pas ménagé ses efforts pendant près de deux ans. Présentation des nouveautés de cet audacieux trimaran.  [...]
2 novembre 2018 02/11/18
Plus de passions