News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Portraits

Marie Bolou Athlètes Equipe de France de Voile Laser Radial

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Marie Bolou

 

Date et lieu naissance : 27 novembre 1992 à Quimper
Spécialité : Laser Radial
Vit à Brest

Club : SR Douarnenez

 

Sélectionnée pour les Jeux Olympiques de Tokyo

Marie Bolou peut remercier son grand-frère. C’est en effet grâce à lui qu’elle tire très jeune ses premiers bords en Optimist à Port-Manech (Finistère). « C’était un enfant hyperactif et mes parents essayaient tous les sports pour canaliser son énergie », se remémore Marie. « Le jour où il a découvert la voile, il s’est métamorphosé. De mon côté, j’étais la petite sœur qui voulait tout faire comme lui, alors je m’y suis mis aussi ! » Marie acquiert un très bon niveau en Optimist. Malheureusement, à 12 ans, elle subit un accident d’escalade qui l’oblige à arrêter la voile durant de longs mois. « Je suis passée tout près de la paralysie, j’ai eu beaucoup de chance », confie-t-elle.

Marie veut absolument continuer la voile et se met au Laser. Là encore, les résultats sont au rendez-vous dans les catégories jeunes. Pour ses années de lycée, elle intègre la filière sport études à La Rochelle. Son but est déjà clair : participer au JO de Rio en 2016. Ces années de lycée sont marquées par plusieurs places dans le top 10 des compétitions européennes et internationales. Son bac en poche, Marie s’inscrit en Sciences Politiques à Paris, tout en restant au Pôle France Voile de La Rochelle.

 

Jeux Olympiques : déception et rebond
Bien placée pour représenter la France aux Jeux de Rio, Marie passe à côté de la qualification, devancée sur le fil par Mathilde de Kerangat. « Ce fut une grosse déception. Après quatre ans de travail intense et de sacrifices, ça faisait mal », explique-t-elle. Une pause s’impose pour la jeune femme qui se consacre à ses études de sciences politiques puis s’installe à Rio fin 2016. « J’ai eu besoin de souffler et de réfléchir tranquillement à la suite du projet. C’était aussi une opportunité de me spécialiser avec un MBA en ressources humaines et d’apprendre une nouvelle langue », dit-elle. Au bout de quelques mois au Brésil, l’appel du Laser se fait déjà ressentir. « Rapidement, j’ai pris la décision de repartir pour une nouvelle préparation olympique. A présent, j’ai toutes les clés en main pour aller aux Jeux de Tokyo et décrocher une médaille. »

De retour en France, Marie Bolou décroche un CDI à Brest, en tant que conseillère à l’emploi chez Pôle Emploi. « Cela m’apporte un vrai équilibre dans ma vie sociale, ma carrière de sportive mais aussi d’un point de vue financier. J’ai besoin d’un rythme professionnel pour performer », précise-t-elle. Cinq prétendantes sont en lice pour décrocher l’unique place réservée à une Française pour les JO de Tokyo en Laser Radial. Début 2020, Marie termine 15e et première tricolore aux Mondiaux en Australie. Peu après, l’annonce tombe : c’est bien elle qui ira à Tokyo. La désillusion de Rio 2016 est oubliée.

« Un rêve de petite fille »

« Un rêve de petite fille »
« Les JO, c’est un rêve de petite fille », s’enthousiasme Marie Bolou. « Je regardais toutes les épreuves à la télévision. J’avais la sensation que je pourrais y participer un jour. Ce sera incroyable de faire partie de cet événement qui regroupe tous les meilleurs athlètes au monde. Représenter la France dans ma catégorie est un honneur, une fierté. Je ne me rends pas vraiment compte, je réaliserai pleinement le jour où j’entrerai dans le stade pour la cérémonie d’ouverture. »

 

« Je suis encore trop gentille »

Marie connaît ses points forts et ses axes de progression : « Je suis très rigoureuse dans mon projet et à l’aise dans toutes les conditions. Mais je suis encore trop gentille, dans la vie de tous les jours comme sur l’eau. Cela peut me jouer des tours. En régate, il faudrait que j’arrive à développer une part plus agressive, plus au contact et moins empathique. Pour jouer les toutes premières places, il ne faut pas faire de cadeaux ! Je me prépare mentalement à ce niveau. »

Marie voit le report d’un an des JO de Tokyo comme une opportunité de progresser encore et encore. « Il me reste des points tactiques et mentaux à travailler et je vais mettre à profit cette année supplémentaire pour le faire », souligne-t-elle. « Si je navigue comme je sais bien le faire par moments, il y a moyen de chercher la médaille olympique. Ce serait alors l’aboutissement total de ma carrière… »

 

Marie Bolou Melbourne

 

Extrait du palmarès

2020 - Internationaux Laser, 1ère

2019 - Championnat de France, 3ème

2017 - Championnat de France, 2ème

2017 - Sailing World Cup, 5ème

2015 - Championnat de France, 1ère

2015 - Eurosaf CSL, 3ème

2015 - Championnat de France Voile Olympique, 2ème

2014 - Championnat de France Voile Olympique, 1ère

 

Chaînes

chaine EQUIPE DE FRANCE DE VOILE
Plus de chaînes

À découvrir également