News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Portraits

Moana Vaireaux et Amélie Riou Athlètes de l’équipe de France de voile en Nacra 17

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Moana Vaireaux et Amélie Riou

 

Le « mariage » de raison

Moana Vaireaux

Né le 9 juillet 1983 à Paris (14ème)

Club : SNO Nantes

 

Amélie Riou

Née le 2 octobre 1992 à Lanmeur (29)

Club : EV Locquirec

 

C’est un « jeune » duo de l’équipe de France car très récemment formé, mais Moana Vaireaux et Amélie Riou qui ont décidé de s’associer pour préparer ensemble les Jeux Olympiques de Tokyo, ont chacun de leur côté une longue et riche expérience de la régate olympique.

Né à Paris, Moana (un prénom polynésien signifiant « prince des océans ») passe son enfance à Tahiti puis son adolescence en Nouvelle-Calédonie où il découvre le catamaran de sport. De retour en métropole pour passer son bac, se définissant comme « un Breton des îles », il intègre l’École Nationale de Voile et des Sports Nautiques à Saint-Pierre Quiberon. Brillant barreur, Moana passe avec succès du Hobie Cat au Formule 18 puis au Tornado le catamaran olympique, faisant partie de l’équipe de France Espoirs. Ce spécialiste des raids qui a gagné les plus prestigieux, profite alors de l’arrivée du Nacra 17 comme série olympique pour découvrir ce nouveau support, et s’associe avec Manon Audinet, issue elle aussi du catamaran de sport. Systématiquement dans le top dix mondial durant quatre ans, vice-champion d’Europe, le tandem reste pourtant dans l’ombre de Billy Besson et Marie Riou, quadruples champions du monde. On ne parle quasiment jamais d’eux, et pourtant ils sont leurs fidèles partenaires d’entraînement jusqu’à Rio.

Gravement blessé au dos (une hernie discale), Billy Besson dispute malgré tout les Jeux Olympiques, termine 6ème, alors que Moana aurait logiquement dû le remplacer au pied levé. Moana et Manon n’en font pas mystère : ils veulent disputer les Jeux Olympiques de Tokyo. Mais en juin, après une prometteuse 4ème place à Medemblick en Hollande, ils décident pourtant de se séparer. « Moana et Manon étaient arrivés à une forme de routine. Cela faisait six ans qu’ils étaient ensemble, ce n’est quand même pas évident de vivre 250 jours par an ensemble, surtout quand tu n’es pas en couple », explique Franck Citeau, l’entraîneur de l’équipe de France. Moana qui « a besoin d’un électrochoc » se tourne alors vers Amélie Riou, dotée elle aussi d’une préparation olympique pour Rio mais en Laser Radial. La jeune Finistérienne, étudiante en Master de Génie Civil à La Rochelle, longiligne et très affûtée physiquement, s’est d’abord essayée sur le catamaran olympique avec Billy Besson, dont l’équipière Marie (sans aucun lien de parenté) a décidé de faire une parenthèse et est partie disputer (et gagner) la Volvo Ocean Race.

Après l’épreuve de Coupe du Monde à Hyères, où la malheureuse s’est fracturé le péroné et une longue rééducation, Amélie intègre l’équipe de France au côté de Moana. Sur le Nacra 17 désormais muni de foils, il faut réapprendre à réagir aux embardées de cet engin fougueux et instable, trouver les automatismes de vol. Mais déterminés plus que jamais et expérimentés, malgré une première partie de saison mitigée, Moana et Amélie restent les têtes de liste des bleus à Aarhus lors des championnats du monde. Le duo a très clairement les moyens de ses ambitions et est prêt à tout donner pour le prouver.

 

PALMARES

Moana Vaireaux (avec Manon Audinet)

5ème au championnat du Monde de Nacra 17 en 2013 (La Haye)

2ème au championnat d’Europe de Nacra 17 en 2013

10ème au championnat du Monde de Nacra 17 en 2014 (Santander)

7ème au championnat du Monde de Nacra 17 en 2016 (Clearwater)

7ème au championnat du Monde de Nacra 17 en 2017 (La Grande-Motte)

 

Amélie Riou

1ère au championnat de France Espoirs en Laser radial en 2010

10ème à la World Cup en 2017 en Nacra 17 à Hyères (avec Billy Besson)

 

Moana Vaireaux et Amélie Riou

13èmes à la finale de la World Cup en 2018 (Marseille)

3èmes à la finale de Sailing World Cup 2017 (Santander)

6èmes au Test Event 2017 (Gamagori)

 

Crédit photos : Sailing Energy/FFVoile Jesus Renedo

À découvrir également

Femmes d’à Bord : croisière 100 % féminine
Passion
Femmes d’à Bord : croisière 100 % féminine
D’après la Fédération Française de Voile, la participation féminine à la pratique de la voile est d’environ 20 %. Dans un environnement masculin, certaines femmes peuvent donc légitimement se sentir moins à l’aise. Pour éviter cet écueil, l’association France Voile Loisirs a imaginé des stages en bateaux de croisière à l’adresse exclusive des femmes, encadrés par des femmes. Présentation du concept « Femmes d’à Bord » et bilan des premiers stages. La mer n’est pas une affaire  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Sports de glisse nautiques : les nouvelles tendances
Passion
Sports de glisse nautiques : les nouvelles tendances
Depuis leur création, les sports de glisse sont en perpétuelle évolution. Sur une, deux ou trois coques ; en kite, en windsurf, en surf, en paddle ou encore en wakeboard : les supports sont multiples, les plaisirs infinis. Avec la démocratisation des foils, les fameux appendices porteurs permettant de « décoller » de l’eau, les pratiques nautiques prennent une nouvelle dimension, offrent de nouveaux horizons et décuplent les sensations. Mais d’autres grandes tendances émergent,  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Le voyage hors norme de l’Hermione
Passion
Le voyage hors norme de l’Hermione
Après un chantier de construction de 17 ans, la réplique de la frégate du marquis de La Fayette a quitté Rochefort en avril 2015, pour un périple de 10 000 milles. Elle retrouvera son port d’attache après une tournée estivale sur les côtes américaines. Pendant quatre mois et demi, marins professionnels et volontaires – dont beaucoup étaient néophytes – ont partagé une aventure singulière sur ce majestueux navire, copie conforme de l’original du 18e siècle, forcément particulier à manœuvrer. Quant  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions