News

Passion

Portraits

Coups de coeur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau

Ronan Lucas Directeur du Team Banque Populaire

Né le 28 mars 1972 à Gourin (Morbihan)
Réside à La Forêt-Fouesnant (Finistère)
Date d’entrée dans le Team Banque Populaire : février 2004

 

Arrivé au sein du Team Banque Populaire en 2004, Ronan Lucas en est le patron, celui qui a accompagné son développement pour en faire une écurie de course au large au professionnalisme reconnu. Avant Banque Populaire, ce fils de boulangers de Concarneau, enfant passionné de foot, de hand et de vélo, s’est initié à la voile via l’école locale. Il a ensuite participé à des courses en habitable et fait des rencontres déterminantes dont celle avec Franck Cammas dont il devient le préparateur en Figaro puis navigant sur son premier trimaran Orma. Parallèlement, d’autres rencontres lui permettent de disputer le Tour de France à la Voile en tant que n°1 aux côtés des « cadors » de l’époque, Jimmy Pahun, Alain Fédensieu, Luc Gellusseau, mais aussi de courir sur le circuit mondial de match-racing avec Bertrand Pacé. Ce dernier lui propose alors d’intégrer le défi français pour la Coupe de l’America. Le voilà embarqué pour deux campagnes à Auckland. « Je me souviendrai toujours de ma première entrée de ligne face à Dennis Conner, une légende dont j’avais le poster dans ma chambre quand j’étais gosse, j’y ai pensé sur le coup… »

Je ne me voyais pas que navigant ; dans un coin de la tête, j’avais envie de manager une équipe.

Ronan Lucas, Directeur du Team Banque Populaire


Equipier recherché, Ronan n’en mûrit pas moins d’autres projets, lui qui, en plus de naviguer aux quatre coins du monde, trouve le temps de mener de brillantes études : maîtrise de droit à Brest, DEA de droit maritime à Nantes, DESS de droit et d’économie du sport entre Limoges et Paris. « Je ne me voyais pas que navigant ; dans un coin de la tête, j’avais envie de manager une équipe. » Cela tombe bien, Banque Populaire cherche justement un tel profil fin 2003. « On m’a confié les rênes avec l’objectif de figurer parmi les leaders du circuit Orma. Nous avons racheté l’ancien Bayer que nous avons rendu plus performant, les résultats sont arrivés vite, puisqu’en 2005, nous gagnons l’IB Group Challenge puis la Transat Jacques-Vabre. Les projets ont alors germé et l’aventure Banque Populaire V a décollé… » Une aventure de six ans dont le directeur du Team Banque Populaire ne retient que du positif : « Entre la gestation, la construction, les premières navigations et les records, nous avons vécu des moments très intenses. Je me souviens particulièrement du record de l’Atlantique Nord pendant lequel nous avons également battu celui des 24 heures (908 milles) : avant de partir, pas un seul d’entre nous n’imaginait passer la barrière des 900 milles, c’était incroyable de voir les gars à la barre à 45 nœuds... »

" Je suis un compétiteur dans l’âme, j’essaie de faire mieux que le voisin. "

Ronan Lucas


Directeur et navigant, Ronan Lucas participe également au Trophée Jules-Verne lors de l’hiver 2011-2012, un succès collectif qu’il savoure particulièrement. « Je suis vraiment un « team-player ». Ce qui me plaît, c’est de partager des choses en équipe, c’est vraiment mon fil conducteur. » D’où le soin particulier attaché aux qualités humaines d’un Team qu’il a essayé de construire petit à petit, en lui inculquant des valeurs de solidarité et de compétitivité. « Nous nous connaissons tous très bien, nous avons une grande confiance les uns envers les autres, conscients de notre chance énorme de partager cette aventure avec un sponsor qui nous donne les moyens de nos objectifs élevés et se projette sans cesse dans l’avenir. » Et ces moyens, le Concarnois les met au service de la performance, obnubilé par la nécessité d’avoir toujours un coup d’avance sur la concurrence : « Je suis un compétiteur dans l’âme, j’essaie de faire mieux que le voisin. » Au point de sacrifier tout le reste ? On pourrait le croire au vu de l’énergie que met le directeur du Team dans son travail, mais non, ce père de deux enfants trouve du temps à consacrer à sa famille et à ses nombreuses passions : « J’adore le vélo, j’y suis venu par mon père et par Franck Cammas, j’y ai trouvé le goût de l’effort, j’aime bien me faire mal, mon objectif est de faire L’Etape du Tour. Je suis aussi un passionné d’apiculture, j’ai six ruches à la maison, j’ai réussi à initier quelques membres du Team… » Pour goûter au miel Ronan Lucas, il faut monter à bord des bateaux Banque Populaire.


 

Le regard de Sébastien Duclos

« Ronan, c’est la cheville ouvrière qui a permis de construire l’équipe telle qu’elle est aujourd’hui. Il a une bonne vision, est exigeant, il sait mettre la pression quand il le faut mais il est aussi capable de lever le pied. Il est assez sain dans son fonctionnement, il se met lui-même beaucoup de pression, mais les faits lui donnent raison. Si l’équipe est à ce niveau, c’est grâce à lui. A titre personnel, je l’apprécie beaucoup, il a beaucoup de qualités humaines. »

 

 

Crédits photos :

A. Pilpré/BPCE
​Y. Zedda/BPCE

Passions

La saga Banque Populaire V

Redécouvrez l'incroyable histoire du Maxi Banque Populaire V...

En savoir plus

News

Une technologie de pointe au service du Maxi Solo Banque Populaire IX

Véritable machine technologique, le Maxi Solo Banque Populaire IX, actuellement en construction au sein du chantier CDK à Lorient, concentrera une nouvelle fois tout le savoir-faire et l’expertise du Team Banque Populaire. Audacieux et ambitieux, le team a enchaîné des mois de travail, de recherche et de développement pour aller jusqu’au bout de sa démarche d’innovation et prévoit La mise à l’eau du Maxi Solo Banque Populaire IX début octobre 2017. Son skipper Armel Le Cléac’h ne s’alignera pas au départ de la Transat Jacques Vabre, privilégiant l’optimisation et la fiabilisation de son trimaran de 32 mètres par une série d’entraînements en mer.[...]

Un final à couper le souffle

Jamais probablement un Vendée Globe n’aura offert un finish si haletant. A 48 heures de l’arrivée, tandis qu’Armel Le Cléac’h et Alex Thomson (Hugo Boss) prolongent leur run de vitesse vers le nord pour contourner une dorsale anticyclonique qui barre la route directe vers les Sables d’Olonne, l’écart va encore se réduire. Au classement de 15h, ce mardi, le skipper de la Banque de la Voile comptait encore 69 milles d’avance. Une marge qui devrait lui suffire pour couper en vainqueur la ligne d’arrivée devant les Sables d’Olonne jeudi après-midi.[...]

Toutes les news