News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
News
Élevé à la beauté de la baie de Morlaix !
Passion
La baie de Morlaix racontée par Armel Le Cléac'h...
Élevé à la beauté de la baie de Morlaix !
Femmes d’à Bord : croisière 100 % féminine
Passion
La voile pour les femmes se développe...
Femmes d’à Bord : croisière 100 % féminine

Moins de 5 000 milles !

Pour ce dernier jour de l’année 2016, Armel a franchi en leader la barre symbolique des 5 000 milles à parcourir avant de rejoindre l’arrivée aux Sables d’Olonne. Quoi de mieux pour le skipper du Mono Banque Populaire VIII que de finir l’année année en tête du Vendée Globe ? Mais la route est encore longue et parsemée d’embûches, il faudra rester vigilant jusqu’au bout. Ce matin, Armel devance Alex Thomson de 133 milles.

Publication :

Dernière modification :

Par :

Joint ce matin par la journaliste Wendy Bouchard sur Europe 1, Armel se confie : « Je suis un peu fatigué après quand même plus de 54 jours de mer et des conditions compliquées. On a encore un peu de chemin à parcourir jusqu’aux Sables d’Olonne, le marathon n’est pas fini. Mais tout va bien, le moral va mieux, les classements sont meilleurs que ces derniers jours. Mais le plus dur n’est pas fait, je connais très bien le Vendée Globe, je l’ai déjà fait 2 fois, la fin du parcours est compliquée entre l’atlantique sud, le Pot au noir et l’atlantique nord, tout peut arriver. Il faut rester concentré et avancer petit à petit en contrôlant mon adversaire le plus proche, et espérer franchir la ligne d’arrivée en vainqueur ».

« Je suis au sud du Brésil, il y a beaucoup de nuages mais il commence à faire vraiment chaud à l’intérieur du bateau. On remonte vers l’équateur, ça change des conditions humides et froides que l’on a eues dans les mers du sud. On recommence aussi à avoir de la présence humaine, j’ai croisé 2-3 cargos. On revient petit à petit dans le monde des terriens ».


Quel est le programme pour le réveillon de ce soir ? « Cette nuit on va passer en 2017, je ne sais pas ce que je vais avoir dans mon sac, c’est la surprise. Mais il me semble que j’ai un bloc de foie gras, ça va changer un petit peu des plats lyophilisés. Je vais en profiter pour appeler ma famille, ma femme, mes enfants pour prendre des nouvelles. Les fêtes de fin d’année, on les vit loin de ses proches mais on a la chance d’avoir le téléphone satellite pour communiquer avec eux ».

CLASSEMENT DE 12H :
1 - Armel Le Cléac'h - BANQUE POPULAIRE à 4 915 milles de l'arrivée. 
2 - Alex Thomson - HUGO BOSS à  133 milles du leader
3 - Jérémie Beyou - MAITRE COQ à  1 124 milles du leader
4 - Jean-Pierre Dick - ST MICHEL - VIRBAC à 1 814 milles du leader
5 - Yann Elies - QUEGUINER - LEUCEMIE ESPOIR à 1 950 milles du leader

À découvrir également

Le Trophée Jules Verne en trois chapitres
Passion
Le Trophée Jules Verne en trois chapitres
Imaginé dans les années 80, créé en 1990, le Trophée Jules Verne a été, depuis, l’objet d’une ardente convoitise, puisque 26 tentatives ont eu lieu mais seulement 8 couronnées de succès, la dernière victorieuse en 2012. Retour en trois chapitres sur cette passionnante histoire maritime… Acte I : Une naissance mouvementée Le Trophée Jules Verne doit sa création à l’écrivain français, qui publie en 1872 Le Tour du monde en quatre-vingts jours, roman d’aventures contant  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Pen Duick II dans la Transat Anglaise : 1964 et 2016
Passion
Pen Duick II dans la Transat Anglaise : 1964 et 2016
En inscrivant son nom au panthéon de la Transat anglaise, Eric Tabarly a inspiré durant des décennies toute une génération de marins. Sa victoire sans partage fut pour la plaisance encore balbutiante un formidable accélérateur ouvrant sa pratique au plus grand nombre. Eric s’est engagé à la dure, dormant l’hiver la fenêtre ouverte à l’Ecole Navale, pour s’entrainer à résister au froid et à l’humidité En ce 23 mai 1964, des milliers de britanniques se sont massés sur le Hoe,  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Le cap Horn
Passion
Le cap Horn
El Cabo de Hornos disent les Chiliens ! C’est une terrifiante dent prolongeant l’Amérique du Sud en terre de feu. Il sépare l’Océan Pacifique de l’Atlantique sud et plonge par presque 56 degrés sud. Le cap Horn est le plus célèbre et le plus redouté des caps à franchir pour un marin Quand on regarde un planisphère à l’échelle de la planète, le « Horn » en est presque à toucher le détroit de Drake marquant le continent antarctique. Le passage est étroit, les tempêtes  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions