News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Passions

Le cap Horn

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Le cap Horn

El Cabo de Hornos disent les Chiliens ! C’est une terrifiante dent prolongeant l’Amérique du Sud en terre de feu. Il sépare l’Océan Pacifique de l’Atlantique sud et plonge par presque 56 degrés sud. Le cap Horn est le plus célèbre et le plus redouté des caps à franchir pour un marin
 

©Jeremy Bernard



Quand on regarde un planisphère à l’échelle de la planète, le « Horn » en est presque à toucher le détroit de Drake marquant le continent antarctique. Le passage est étroit, les tempêtes violentes, la mer énorme… Et il n’y a aucune échappatoire quand on est en approche du Horn. A l’époque des clippers qui « régataient » pour la Route de l’or ainsi que la fortune providentielle entre New York et San Francisco, la légende prétendait que ceux qui parvenaient à franchir le cap « dur » avaient le droit de porter un anneau doré à l’oreille… Et de « pisser » au vent ! Paradoxalement, pour un marin, le cap Horn est à la fois l’endroit le plus malfamé de la planète et une sorte de délivrance. Si les terriens, nourris par les récits de mer élèvent logiquement au rang de mythe terrifiant ce rocher aussi escarpé que sombre, les marins eux, en ont la vraie vision.
Le navigateur argentin Vito Dumas, premier marin solitaire à le franchir, avait écrit dans son livre de bord en 1943 : « comment traduire l’émotion du premier homme qui l’ait doublé seul et qui soit resté en vie ? Je suis privilégié. Mais que vaut ce privilège, même après avoir réalisé de fantastiques traversées, tant qu’il me manque encore 1 000 milles (1 852 kms) pour embrasser ma mère. Pourtant, en regardant en arrière et en songeant à ceux qui y sont restés, je pleure de joie. » Le Horn est imprévisible, cyclothymique, lunatique, terrifique ! Isabelle Autissier se souvient de son premier passage : « il faisait beau, clair avec un léger et inhabituel vent d’est qui s’obstinait à m’en éloigner. Le bateau passait au près en chuchotant sur une eau gris-clair. Je n’en ai vu qu’une petite silhouette foncée, un peu brumeuse, comme si il y avait des pudeurs de jeune fille. J’ai aimé ce Horn atypique, loin des rugissements et du grand jeu qui le caricaturent ; un Horn secret et serein ». Quelques années plus tard, le franchissant cette fois contre les vents dominants (d’est en ouest), sous trois ris et trinquette alors que la météo annonçait 60 nœuds de vent (force 12), la navigatrice a vu un autre Horn.
 

©Jeremy Bernard



Titouan Lamazou, premier vainqueur du Vendée Globe en 1990, l’a passé trois fois. La première fois, c’était avec Eric Tabarly sur Pen Duick VI « un rendez-vous avec la mythologie de notre enfance ». La seconde fois, c’était en solitaire, dans le BOC Challenge (course autour du monde en solitaire mais avec escales). Titouan a heurté un gros caillou juste devant le Horn, qui a soulevé les planchers de son bateau et laissé quelques dizaines de kilos de plomb sur les rochers ! Son troisième passage, alors en tête du 1er Vendée Globe, a été vécu comme une délivrance, et partagé avec son frère José venu le survoler en hélicoptère… Pour tout marin, le Horn c’est la fin d’un très long tunnel et les tempêtes à répétition dans l’Indien et le Pacifique.

Le cap Horn reste sans aucun doute l’un des endroits les plus hostiles de la planète.

 



Le Horn, c’est le clignotant à gauche, le retour à la maison, les températures qui remontent, le stress des mers australes qui s’évacue. Thomas Coville, qui est en passe de pulvériser le record du tour du monde en solitaire sur son trimaran ultime Sodebo vient de franchir son dixième cap Horn en course. « Virer le Horn, ça reste magique à chaque fois… comme une première fois ! C’est la délivrance, un cadeau de Noël… ».
Et pour Armel Le Cléac’h en tête de ce 8ème  Vendée Globe sur Banque Populaire VIII à quelques heures de le franchir, « le cap Horn c’est un point important du parcours, car comme on est obligés de passer assez près contrairement à Bonne Espérance et le Cap Leeuwin. On espère toujours voir la terre, car c’est le signe d’un peu d’humanité depuis plusieurs semaines. Surtout, ça marque la fin des mers du Sud. Ça fait du bien quand on change un peu d’ambiance, des dépressions, des vents portants forts, de la mer, de l’humidité, du froid… Car c’est à la fois pesant et usant au bout d’un moment et pour le bateau et pour le bonhomme. L’entrée dans l’Atlantique marque presque un nouveau départ, et aussi un mode de vie un peu plus simple que ce qu’on a vécu là. C’est toujours un soulagement déjà d’être arrivé là. » Car ce bout du monde où l’on dit qu’il pleut plus de 300 jours par an, avec ses vents violents, ses montagnes inquiétantes, ou encore ces fonds remontant brutalement, reste sans aucun doute l’un des endroits les plus hostiles de la planète.
 

©Jeremy Bernard




Photos ©Jeremy Bernard

Retrouvez toutes les photos dans le très bel article écrit et publié par "Neuf dixième" le 17 mai dernier sur la découverte du cap Horn, présenté en deux parties.
 

Portraits

Armel Le Cléac'h
En savoir plus
Plus de portraits

News

Armel
Virage et record d’Armel au cap Horn

Il a fallu 47 jours 00 heure et 32 minutes pour qu’Armel franchisse le mythique et redoutable cap Horn. Le skipper Banque Populaire pulvérise le record, établi par François Gabart lors du dernier Vendée Globe (52 jours 06 heures et 18 minutes), avec 5 jours d’avance ! La performance d’Armel est tout simplement exceptionnelle.

En savoir plus
Banque Populaire
Un réveillon de Noël dans l’Atlantique !

Hier, Armel s’est offert pour Noël son 3ème cap Horn et en prime un record historique, avec 5 jours d’avance sur François Gabart, vainqueur de l'édition 2012-2013 ! Il a pu célébrer, dans les traditions marines, son exploit qui marquera l’histoire du Vendée Globe !

En savoir plus
Un papa Noël océanique !

Il y a des Noël terriens et des Noël sur l’océan ! Sur sa liste au père Noël Armel avait espéré franchir le Cap Horn en tête de ce Vendée Globe. Il a donc reçu le plus beau des cadeaux, et va maintenant pouvoir profiter d'un bon repas de festivités, pour célébrer son 3ème Noël au cœur de l’Atlantique avec un vent « d’hiver » qui commence à se lever.

En savoir plus
Quand l’alizé se fait désirer…

Depuis hier soir, le skipper de Banque Populaire navigue sous des vents flâneurs de l’alizé, au large de Salvador de Bahia. Bien qu’il ne puisse réellement accélérer à cause des vents plutôt faibles venant de l’Est, Armel continue d’accentuer son écart (+236 milles au classement de 12h) sur son premier poursuivant, Alex Thomson (Hugo Boss). Il navigue actuellement à 14,1 nœuds au large des côtes brésiliennes et se trouve à moins de 1 000 milles de l’équateur. Selon les prévisions d’Armel, il devrait passer dans l’hémisphère Nord d’ici 2-3 jours.

En savoir plus
Plus de news

À découvrir également

La saga des Pen Duick
Passion
La saga des Pen Duick
L’histoire des Pen Duick est indissociable de celle du marin qui les a rendus mythiques, Eric Tabarly. Pendant 60 ans, de 1938 à 1998, année de sa disparition, Tabarly a sillonné les mers du globe à bord de cette lignée de six voiliers, avec à la clé beaucoup de plaisir, de nombreux succès et quelques déceptions. Véritable visionnaire, le célèbre marin a imaginé sur ses bateaux des innovations que l’on retrouve sur les machines actuelles de course au large. Aujourd’hui, cinq des six Pen Duick naviguent  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Les champions olympiques français depuis 1972
Passion
Les champions olympiques français depuis 1972
1972 : Serge Maury, 40 ans après… 40 ans que la voile française attendait ça ! En remportant l’or en Finn lors des Jeux de Munich, Serge Maury succède à Jacques Lebrun, dernier champion olympique français en « yachting », en 1932 à Los Angeles. Sur le plan d’eau de Kiel, au nord de la République Fédérale Allemande, ce fils de tonnelier bordelais, sociétaire du Cercle de la Voile de Bordeaux Carcans Maubuisson, crée la surprise en s’imposant au nez et à la barbe des favoris. La  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Enoshima, le plan d’eau des Jeux Olympiques de Tokyo 2020
Passion
Enoshima, le plan d’eau des Jeux Olympiques de Tokyo 2020
À moins d’une heure de train de Tokyo, la minuscule île d’Enoshima n’est pas uniquement une destination très prisée des habitants de la capitale nippone pour les week-ends ou même des soirées, mais aussi le plan d’eau des futurs Jeux Olympiques de 2020. Comme l’Île de Ré depuis La Rochelle, on y accède depuis la ville de Fujisawa par un pont de plus de 500 mètres.  [...]
14 septembre 2018 14/09/18
Plus de passions