News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
News
La vie à bord
Passion
Le quotidien d'Armel pendant une Route du Rhum
La vie à bord
Naviguer en toute sécurité, c’est élémentaire !
Passion
Quelques rappels fondamentaux pour naviguer dans les meilleures conditions...
Naviguer en toute sécurité, c’est élémentaire !

Le désert Pacifique et ses caprices !

Dans la nuit de samedi à dimanche, Armel et son Mono Banque Populaire VIII ont passé les îles Campbell, dernières terres de la zone sud-antarctique avant d’atteindre le Cap Horn.

Publication :

Dernière modification :

Par :

Comme un dimanche matin de terrien, avec l’imagination de terrien, nous sommes tentés de dire qu’Armel peut « souffler » un peu avec des conditions « moins terribles » comme il le cite ! Mais il n’est pas encore dans un rythme de croisière, loin de là !  Des perturbations complexes sont attendues dans les prochaines heures avec l’arrivée d’une nouvelle dépression qui rendra le rythme de course difficile, jusqu’à mardi.

Conditions toniques qui n’ont pas empêché, au skipper de Banque Populaire de maintenir son écart sur Alex Thomson (Hugo Boss). Au dernier classement de 9h, 133 milles d’avance le séparent du skipper gallois. Le Mono Banque Populaire VIII progresse actuellement à 15 nœuds et se trouve à 1 1026 milles de l’arrivée.

Joint à la vacation de ce matin, durant laquelle on pouvait entendre raisonner le bruit de la mer, Armel très lucide et concentré, décrit ses derniers jours de course : « Ça ne s’arrête jamais. Là, ça a mollit un peu : il n’y a que 30-35 nœuds… Mais on a eu pas mal de vent dans cette dépression active, avec jusqu’à 55 nœuds de brise. Avec une mer qui s’est bien dégradée. Mais le bateau avançait correctement, sans souffrir.


C’est compliqué maintenant parce que nous arrivons vite et on va avoir du mal à passer sous la nouvelle dépression qui arrive de Nouvelle-Zélande. La stratégie n’est pas évidente… Les prochaines heures ne vont pas être simples : je serai plus tranquille mardi matin quand je serai dégagé de ça !

C’était compliqué pour dormir ces derniers temps, parce que la mer n’était pas facile : cela a demandé beaucoup de concentration. Dans un inconfort permanent. »

Dans ces conditions délicates, Armel limite l’usage de ses foils :
« Je ne mets pas trop les foils ces derniers temps car les conditions étaient trop mauvaises : ça ne sert à rien de partir en survitesse dans ces situations-là. Il faut les utiliser à bon escient, peut-être dans la journée quand il y aura du près ou du vent travers… »

 

 

À découvrir également

Le Trophée Jules Verne en trois chapitres
Passion
Le Trophée Jules Verne en trois chapitres
Imaginé dans les années 80, créé en 1990, le Trophée Jules Verne a été, depuis, l’objet d’une ardente convoitise, puisque 26 tentatives ont eu lieu mais seulement 8 couronnées de succès, la dernière victorieuse en 2012. Retour en trois chapitres sur cette passionnante histoire maritime… Acte I : Une naissance mouvementée Le Trophée Jules Verne doit sa création à l’écrivain français, qui publie en 1872 Le Tour du monde en quatre-vingts jours, roman d’aventures contant  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
The Transat... là où tout a commencé
Passion
The Transat... là où tout a commencé
Dès 1960, cette course a accompagné la saga de la plaisance et marqué les grands débuts des transatlantiques en solitaire. Se disputant à l’origine entre Plymouth, en Angleterre, et New York, puis vers Newport et Boston, elle a révélé d’immenses marins : Francis Chichester, Eric Tabarly, Phil Weld, Alain Colas, Philippe Poupon, Loïck Peyron… Elle a beaucoup changé d’appellation au fil des éditions et s’est même arrêtée un temps, avant de repartir de plus belle cette année, cinquante-six ans  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Mondial 2013 49ER et49ERFX à Marseille
Passion
Marseille, port olympique
Du 26 juillet au 11 août 2024, la cité phocéenne accueillera les épreuves de voile olympique ; une première depuis un siècle où la voile se disputait alors sur la Seine à Meulan près de Paris lors des JO de 1924. Il se dit que les Marseillais, si amoureux de leur ville, déclarent posséder « la plus belle rade du monde », on ne peut pas leur donner tort. Ce n’est pas surprenant si le CIO (Comité International Olympique) a choisi ce site exceptionnel face à de solides candidats tels  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions