News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
News
Armel Le Cléac’h : « Ce sera intense »
News
Compétition
Armel Le Cléac’h : « Ce sera intense »
Armel Le Cléac’h : « Je vais essayer de revenir dans le match »
News
Compétition
Armel Le Cléac’h : « Je vais essayer de revenir dans le match »

Armel Le Cléac’h : « Je sauve mon étape ! »

A 20h55 hier soir (heure française) à Kinsale (Irlande), Armel Le Cléac’h s’est emparé de la 11e place d’une première étape de la Solitaire Urgo Le Figaro marquée par un incroyable scénario. Le skipper de Banque Populaire est passé par toutes les émotions et a fait preuve tout au long du parcours d’une ténacité dont il a le secret. Accusant un retard de 55 minutes sur le vainqueur Yoann Richomme, Armel reste dans le match. A l’issue de ce premier acte extrêmement fatigant, le répit sera de courte durée puisque la deuxième étape s’élancera dès dimanche, cap sur Roscoff, en baie de Morlaix, où il aura à cœur de briller « à domicile ».  

Publication :

Dernière modification :

Par :

Armel se classe 11ème de la 1ère étape

 

Armel avait le sourire hier soir pour son arrivée au ponton à Kinsale à l’issue d’une première étape de la Solitaire Urgo Le Figaro particulièrement longue (4 jours, 4 heures, 30 minutes et 40 secondes) et éreintante. « J’ai eu des hauts et des très très bas », confie-t-il.

« Dans les profondeurs du classement, cela ne m’était jamais arrivé ! »
Partis dimanche dernier de Pornichet, les 47 Figaristes en ont vu de toutes les couleurs et le skipper de Banque Populaire a été l’un des grands animateurs. Il a vécu une deuxième nuit cauchemardesque. « J’ai fait des erreurs », confesse-t-il. « Notamment celle de décider, au dernier moment, de passer au Nord de Belle-Ile. Ça a été la descente aux enfers, je n’étais pas du tout du bon côté. J’ai laissé le paquet filer et me suis retrouvé dans les profondeurs du classement, cela ne m’était jamais arrivé ! » Mardi matin, Armel était pointé à la 43e place, avec un retard sur les leaders qui dépassait 45 milles.

Une belle remontada
Fidèle à sa réputation, Armel n’a pas baissé les bras. « Je me suis alors dit que je devais bien naviguer. J’y suis allé étape par étape, petite chose par petite chose : bien envoyer le spi, aller vite dans le raz de Sein, faire de belles manœuvres… Au fur et à mesure j’ai retrouvé le rythme et le bon sens pour aller là où je le souhaitais. Cela a fini par payer », raconte le navigateur qui s’est engagé dans une audacieuse option Est qui lui a permis de faire une « remontada ». C’est finalement à la 11e place qu’il a rallié Kinsale.

« Encore dans le match pour le classement général »
Armel revient de loin et compte tenu du contexte de cette première étape, c’est une satisfaction de terminer avec moins d’une heure de retard sur le vainqueur. « Je sauve mon étape ! Je suis encore dans le match pour le classement général » se réjouit-il.

Ça enchaîne : départ dimanche de la deuxième étape
Le skipper peut encore espérer remporter la Solitaire, alors qu’il reste trois étapes et plus de 1500 milles à parcourir. Le repos sera très limité puisque les concurrents repartiront dès dimanche. La deuxième étape, la plus longue de cette édition avec 650 milles, les mènera de Kinsale à Roscoff, via l’Ile de Man. Pour Armel, l’objectif sera double : gagner « à domicile » en baie de Morlaix et rester dans le coup au classement général.

 

À découvrir également

La saga des Pen Duick
Passion
La saga des Pen Duick
L’histoire des Pen Duick est indissociable de celle du marin qui les a rendus mythiques, Eric Tabarly. Pendant 60 ans, de 1938 à 1998, année de sa disparition, Tabarly a sillonné les mers du globe à bord de cette lignée de six voiliers, avec à la clé beaucoup de plaisir, de nombreux succès et quelques déceptions. Véritable visionnaire, le célèbre marin a imaginé sur ses bateaux des innovations que l’on retrouve sur les machines actuelles de course au large. Aujourd’hui, cinq des six Pen Duick naviguent  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
La médecine et la course au large
Passion
La médecine et la course au large
Quand ils partent en mer, les marins, en particuliers les solitaires, doivent pouvoir se transformer en médecin ou infirmier. Ils embarquent non seulement une trousse à pharmacie conséquente mais apprennent aussi à recoudre une plaie, poser une attelle, réduire une fracture… et révisent les gestes vitaux en cas d’accident. Dans le milieu de la course au large, il est incontournable. Durant plusieurs décennies, il a été le médecin de la Solitaire du Figaro, accompagnant la flotte des solitaires  [...]
21 juin 2018 21/06/18
Plus de passions
Saint-Malo : de la cité corsaire à la Route du Rhum
Passion
Saint-Malo : de la cité corsaire à la Route du Rhum
Édifiée entre le XVII ème et le XVIII ème siècle, Saint-Malo, « ville historique » de Bretagne, a de tout temps été tournée vers la mer. Terre de navigateurs, nombre de grands explorateurs, de capitaines cap-horniers, de corsaires ou de marins-pêcheurs y sont nés, sont partis de la cité corsaire. Tous les quatre ans depuis 1978, fin octobre début novembre, Saint-Malo vibre au rythme du Rhum.  [...]
25 octobre 2018 25/10/18
Plus de passions