News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
News
The Transat... là où tout a commencé
Passion
L'histoire de la légendaire transatlantique et de ses héros...
The Transat... là où tout a commencé
Naviguer en toute sécurité, c’est élémentaire !
Passion
Quelques rappels fondamentaux pour naviguer dans les meilleures conditions...
Naviguer en toute sécurité, c’est élémentaire !

Récit de la victoire d'Armel sur The Transat

Le skipper du monocoque Banque Populaire VIII Armel Le Cléac’h s’est adjugé samedi 14 mai, au terme d’une traversée magistrale, The Transat bakerly, la course transatlantique en solitaire la plus austère et la plus âpre, entre Plymouth et New York. Il s’impose avec brio sur le parcours originel de la plus ancienne des courses classiques, la Transat anglaise de Chichester et Tabarly. Un couronnement après sa deuxième place de 2008 derrière un certain Loïck Peyron! Et un succès majeur dans la carrière du breton plus que jamais au faîte de son art. Son monocoque lancé en 2015 se montre, à quelques mois du Vendée Globe, à la hauteur des attentes suscitées, performant à toutes les allures, et particulièrement convaincant dans l’efficacité de ses fameux foils. Dans l’intensité physique, comme dans la lucidité analytique, Armel réalise la course référence, un quasi sans faute qui n’a laissé aucune chance à ses redoutables adversaires, Vincent Riou (PRB), jamais en mesure de véritablement inquiéter Banque Populaire VIII tout au long des 3 050 milles du parcours.

Publication :

Dernière modification :

Par :

Une route atypique

Ainsi que ce fut le lot pour la majorité des coureurs solitaires de The Transat bakely, toutes classes concernées, la conjugaison des déplacements très sud des virulentes dépressions d’Atlantique Nord, avec la vaste zone d’exclusion des glaces mise en place par la Direction de course, a d’emblée imposé une trajectoire inhabituelle vers Ouessant et la traversée du golfe de Gascogne. La bagarre annoncée entre quatre des principaux protagonistes de la Classe Imoca, Vincent Riou (PRB), Sébastien Josse (Edmond de Rothschild), Jean Pierre Dick (St Michel Virbac) et Armel, a tenu toutes ses promesses et le commandement de la flotte au large du cap Finisterre a souvent changé de main. Travers au fort vent de nord est, le monocoque Banque Populaire VIII a trouvé sur une mer pourtant hachée, les conditions idéales pour se tester. « J’ai vite pris confiance en mon bateau et en nos systèmes de foils » précise Armel, «  et j’ai d’emblée, au plus fort du vent, pu attaquer. » Un moment distancé par Vincent Riou bien calé à son vent, Armel s’est donné sans retenue pour s’emparer du leadership. « J’étais en phase avec mon bateau et avec la météo. Je n’ai pas calculé mes efforts. Il fallait en permanence anticiper les manœuvres pour ne pas subir et me faire dépasser par la machine. Je suis content d’avoir beaucoup travaillé physiquement cet hiver. Cela a payé. »

Dépressions et transitions

Au 5ème jour de course, une nouvelle dépression vient balayer la flotte avec ses vents de nord ouest de 45 noeuds et plus. Banque Populaire VIII ne baisse pas de rythme et se recale sur la route directe. Alors que Sébastien Josse a dû jeter l’éponge suite à un violent départ à l’abattée, Armel porte son avantage à plus de 25 milles, « à la pédale » comme dirait les cyclistes, en vitesse pure, en puissance et en détermination. Jean-Pierre Dick, longtemps dans le même tempo, semble lâcher prise. Un formidable mano a mano s’engage entre PRB et Banque Populaire VIII dans le vaste contournement par le sud de la zone d’exclusion des glaces. Derrière les dépressions attendent d’angoissantes zones peu ventées, transitions entre deux systèmes. Premier à négocier ces moments de pétole, Armel est aussi le premier à en ressortir et l’élastique du différentiel entre lui et Riou se tend et se détend au rythme du franchissement de ces dorsales anticycloniques.

La délicate approche du continent Nord Américain

Sous Terre-Neuve, la complexité de l’élaboration des systèmes météos venus du Labrador, avec leurs forts vents d’ouest, se double de l’arrivée du Gulf Stream, ce puissant « fleuve » de courant chaud qui remonte le long de la côte Est des Etats-Unis depuis le golfe du Mexique. Au terme de 8 jours d’une rare intensité, Armel négocie en leader ces nouveaux phénomènes si spécifiques à la transat anglaise. Avec plus de 50 milles d’avance sur Riou, la victoire n’est pourtant pas encore acquise, tant l’incertitude météo règne sous la Nouvelle Ecosse. Banque Populaire VIII bénéficie une nouvelle fois de sa position à l’ouest de ses adversaires. Il touche en premier le vent d’ouest et plonge tribord amure vers la latitude de New-York. Plus que jamais, il contrôle son adversaire, confiant en sa capacité de gérer les zones déventées, et concentré comme au premier jour, malgré la fatigue, pour anticiper toute tentative de débordement par le sud de son adversaire.

Première victoire en Imoca

L’arrivée est douloureuse. Armel est fatigué et le vent a déserté l’embouchure de l’Hudson. Banque Populaire VIII glisse pourtant avec facilité sur une mer lisse comme un miroir. Dans le matin américain, Armel ne peut plus être rejoint. La victoire est là, sa première en Imoca, sur l’une des plus impitoyables des transats. « J’avais à coeur de la gagner, après mes 2èmes places du Vendée Globe et de la Transat Jacques Vabre… Je suis heureux de remplir cet objectif, pour moi et pour le Team Banque Populaire. »

A noter :
Arrivée le samedi 14 mai à 17 heures, 27 minutes et 39 secondes heure française.

Banque Populaire VIII a franchi la ligne d’arrivée de The Transat bakerly au large de New-York, au terme de 12 jours 02 heures 28 minutes 39 secondes à la moyenne de 12,91 nœuds sur l’eau.

Armel Le Cléac’h  a parcouru sur l’eau 3 751 milles. Il améliore le temps de référence de la transat anglaise en monocoque ; Loïck Peyron vainqueur en 2008, avait mis 12 jours, 08heures,  45 minutes pour rallier Boston (moins éloigné que New York) au départ de Plymouth.

Crédit photos : Lloyd Images

À découvrir également

Les nouvelles vies des phares
Passion
Les nouvelles vies des phares
Depuis la dernière grande vague d’automatisation dans le début des années 1990, les phares sont peu à peu devenus des objets de patrimoine à protéger. A une époque où les dispositifs électroniques d’aides à la navigation se multiplient, l’intérêt du grand public pour ces édifices fascinants ne diminue pas, bien au contraire. Tout en conservant leur fonction initiale, beaucoup entament une « deuxième vie » grâce à l’instauration d’usages alternatifs. Le point avec Vincent Guigueno,  [...]
21 juin 2018 21/06/2018
Plus de passions
Kite-surf : le Team Banque Populaire dans le vent !
Passion
Kite-surf : le Team Banque Populaire dans le vent !
Entre ciel et mer, à la fois aérien et marin, ce sport de glisse connaît de nombreux aficionados à la recherche des meilleurs spots pour s’adonner au Freeride, Freestyle ou Waveriding. Yann Courtois, responsable gréement et sécurité est féru de kite depuis 19 ans. Il donne ici quelques conseils à tout ceux qui veulent s’y mettre. S’il ne jure que par les spots du Finistère Sud, une multitude d’endroits en France ou à travers le monde ont été testés par les riders de tous horizons. Faites  [...]
7 août 2020 07/08/2020
Plus de passions
Pot Au noir
Passion
Le Pot au Noir
C’est l’une des zones les plus redoutées des marins qui traversent l’Atlantique sur un axe Nord-Sud, ou tentent de boucler un tour du monde. Le Pot au Noir, aussi appelé « Zone de Convergence Inter Tropicale » (ZCIT), est marqué par une grande instabilité météorologique. Les grains violents peuvent succéder aux grands calmes. Sa traversée comporte une part d’aléatoire, ce qui peut créer de gros écarts. Explications.  [...]
18 novembre 2020 18/11/2020
Plus de passions