News

Passion

Portraits

Coups de cœur

Photos

Albums

Videos

Chaines

Lexique

Aucun résultat n'a été trouvé pour votre recherche,
Essayez à nouveau
Portraits

Axel Mazella ATHLÈTES DE L’ÉQUIPE DE FRANCE DE VOILE EN KITEFOIL

Publication :

Dernière modification :

Banque Populaire @VoileBanquePop

Par :

Axel Mazella

Née le 10/12/1997 à Toulon

Club : Hyères Kitesurf Association (HKA)

Soutenu par la Banque Populaire Méditerranée

 

Axel Mazella a toujours été au contact de l’eau salée. La mer est son élément. Enfant, il grandit à Toulon. Ses premières passions sont le surf et la natation. « J’étais aussi attiré par les sports extrêmes terrestres, comme le VTT de descente, mais mes parents préféraient que je tombe dans l’eau plutôt que sur le sol », sourit Axel. Poussé par ses deux grand-frères, il débute le kitesurf en 2010, à l’âge de 12 ans. « J’ai tout de suite accroché et rapidement réussi à monter sur la planche et à tirer des bords dans les deux sens. J’aimais beaucoup la sensation de liberté apportée par ce sport », explique-t-il. 

 

Le début d’une longue série de titres et de voyages à travers le monde

Axel Mazella navigue beaucoup sur le spot réputé de l’Almanarre, à Hyères. En 2014, il participe à sa toute première compétition, le Mondial du Vent à Leucate. « C’était une épreuve de longue distance et je n’avais pas du tout le matériel adapté. Malgré tout, j’ai apprécié l’expérience, j’en voulais encore », se remémore-t-il. Axel adapte sa scolarité pour pouvoir naviguer un maximum. En troisième et en seconde, il suit des cours par correspondance. « Je pouvais ainsi profiter des meilleures conditions, je naviguais tous les jours. Cela m’a permis de beaucoup progresser et de prendre part à mes premières compétitions internationales. » En 2015, il remporte le Championnat du Monde Junior en Sardaigne. Il intègre l’Equipe de France, décroche un premier sponsor et déclenche une dynamique positive pour la suite.

 

« Avec le foil, tout était mieux, en se fatiguant moins ! »

En 2016, Axel Mazella se met sérieusement au kitefoil. « Ce support m’a plu car il permettait de voler au-dessus de l’eau, sans ressentir le clapot qui tape dans les jambes. La sensation de vitesse était accrue, les angles de navigation meilleurs. Bref, avec le foil, tout était mieux, en se fatiguant moins ! », s’enthousiasme Axel qui va devenir l’un des tous meilleurs spécialistes de la discipline. Dès 2016, il remporte son premier titre mondial, en moins de 21 ans. En 2017 et 2019, il gagne la Coupe du Monde. En 2019, 2020 et 2021 il signe trois succès d’affilée sur le Championnat d’Europe. À cela s’ajoutent de multiples titres de Champion de France.


Penser à l’après kite…

En parallèle de sa carrière de sportif de haut niveau, Axel Mazella entreprend des études de kinésithérapeute, de 2016 à 2020, bien conscient qu’il ne pourra pas éternellement vivre de sa passion du kitesurf. « Concilier les études et les compétitions n’a pas toujours été simple. J’ai eu des hauts et des bas », confie Axel. « Je me rappelle par exemple des Championnats du Monde au Lac de Garde en 2018. Je suis passé complètement à côté car j’avais des partiels très importants quelques jours plus tard. J’avais la tête ailleurs. Mais globalement, j’ai réussi à bien gérer puisque j’ai à la fois décroché mon diplôme et beaucoup de titres ! » Diplômé en 2020, Axel Mazella peut donc désormais se consacrer pleinement au kitesurf : son avenir est assuré. « Le jour où j’aurai besoin de travailler, je sais que j’ai ce diplôme au chaud. C’est un stress en moins, et la meilleure façon de préparer sereinement les Jeux Olympiques de Paris en 2024. »

 

« Si je remporte l’or olympique, j’aurai accompli de grandes choses dans ma vie, je pourrai être fier de moi »

Axel Mazella a forcément été très heureux quand il a appris que le kitefoil ferait partie des nouvelles épreuves inscrites au programme des Jeux Olympiques de Paris en 2024. « Les JO font rêver. Pour tout grand sportif qui se respecte, c’est le Graal. Après des titres européens et mondiaux, il ne manque plus que cela à mon palmarès. Si je remporte l’or olympique, j’aurai accompli de grandes choses dans ma vie, je pourrai être fier de moi. » Un seul Français obtiendra sa place pour les JO de Paris et ils sont cinq à vouloir décrocher ce précieux sésame, dont Axel. « Nous avons tous nos chances », dit-il. « Celui qui se qualifiera le méritera vraiment, et il aura toutes les cartes en main pour faire une très belle performance aux Jeux Olympiques. »

 

Chaînes

chaine EQUIPE DE FRANCE DE VOILE
Plus de chaînes

À découvrir également

Naviguer en toute sécurité, c’est élémentaire !
Passion
Naviguer en toute sécurité, c’est élémentaire !
Que ce soit en planche à voile, kitesurf, dériveur, catamaran de sport ou voilier habitable, la navigation en bord de plage, ou plus au large, obéit à un certain nombre de règles, notamment en matière de sécurité. Voici quelques rappels fondamentaux - permis voile, équipement indispensable, procédure avant de larguer les amarres, règles de route élémentaires - afin de partir naviguer dans les meilleures conditions ! Savez-vous qu’en France, seule nation du monde présente sur tous  [...]
21 septembre 2021 21/09/2021
Plus de passions
Support et Règles
Passion
La voile à Tokyo : supports et règles
LES 9 SÉRIES, présentées par Guillaume Chiellino, directeur de l'Équipe de France de voile : Nacra 17 (mixte) « C'est un bateau qui nécessite de prendre de bons départs et d’aller vite, il faut que le barreur soit un sacré pilote, notamment quand il y a du clapot, et que l’équipier allie côté physique et une bonne vision tactique et stratégique. » Long de 5,25m, ce catamaran pèse 142 kg. 470 (hommes / femmes) « Le 470 commence  [...]
21 septembre 2021 21/09/2021
Plus de passions
Açores
Passion
Anticyclone des Açores
Dans la remontée de l’Atlantique nord, le dernier grand écueil à négocier est le fameux anticyclone des Açores. Généralement positionné aux alentours de l’archipel portugais, il est, comme tous les anticyclones, synonyme de vents faibles, voire inexistants, d’autant plus quand on se rapproche de son centre. Les marins redoutent donc cette zone et doivent la contourner (le plus souvent par l’Ouest) avant de pouvoir faire route directe vers les Sables-d’Olonne. Les deux anticyclones  [...]
21 septembre 2021 21/09/2021
Plus de passions